Quoi de neuf au potager ?

>> Retour au site de notre jardin











Suivez-nous ! facebook  twitter                            

vendredi 31 octobre 2014

Les Jardins d'Oo

De délicieux légumes, cultivés au naturel par Xavier et Bili, son cheval de trait brabançon, vous attendent aux Jardins d'Oo, rue de la Victoire à Noville-les-Bois (Fernelmont). Coup de projecteur sur un maraîcher pas comme les autres...

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

L'organisation organique

"Nous nous devons de nous orienter vers des actes bénéfiques, joyeux et qui rendent heureux. Nos métiers ne peuvent plus nous étouffer, mais doivent nous donner de l'énergie, de l'espoir et du bonheur."

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Sur base de valeurs fortes (être libre, solidaire et biopositif), Xavier quitte une carrière bien chargée de manager dans le monde associatif pour retourner à la Terre, vivante et nourricière et se relier aux animaux.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

"Je propose de nous organiser comme la Nature et d'y puiser des idées pour de nouvelles solutions. Cette organisation organique (Oo) peut s'appliquer à toute organisation humaine, communauté, association et même aux entreprises."

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Retour au Jardin... d'Oo

Début 2014, Xavier a commencé à cultiver un champ d'un quart d'hectare à Noville-les-Bois, au cœur du fertile plateau hesbigon. Aujourd'hui, vous pouvez aller y chercher vos légumes, en échange de quelques pièces laissées en toute confiance dans une tirelire.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Le choix est vaste et varie en fonction de la saison. En ce moment, de délicieuses carottes sont prêtes à déterrer, vous pouvez cueillir des pains de sucre et des aromates, mais aussi choisir dans un bel assortiment de courges, d'oignons et d'échalotes.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

En pratique

- Téléphonez à Xavier (0498 321 481 - 081 510 166) ou envoyez-lui un mail (info@ooexperience.be) pour devenir membre des Jardins d'Oo (inscription gratuite et sans engagement)
- Le champ est accessible jour et nuit, toute la semaine. Il vous manque une échalote ? Hop, prenez votre vélo et venez vous servir (selon la saison) en laissant le prix indiqué dans la tire-lire
- N'oubliez pas vos sacs et emballages !
- Adresse du champ : Jardins d'Oo, rue de la Victoire, juste à gauche de la police, à Noville-les-Bois (Fernelmont).
- Le samedi matin, vous serez accueilli par le jardinier lui-même, c'est encore plus sympa.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Pour connaître la liste des légumes du moment, consultez le site http://www.ooexperience.be/ ou inscrivez-vous à la newsletter.

Conclusion

Vous l'avez compris, les Jardins d'Oo, c'est bien plus qu'un champ de légumes bio en libre service. C'est une façon concrète de nous relier, à la terre qui nous nourrit, aux animaux qui nous ont tant aidés dans l'évolution de notre société, et surtout à nous relier aux autres.

samedi 17 mai 2014

Galettes d'arroche à la ricotta

C'est la première fois que j'utilise de la ricotta en cuisine et c'est un fromage délicieux ! On le fabrique avec du lactosérum (ce qui reste du lait après la fabrication du fromage).

Galettes d'arroche à la ricotta

En ce moment, nous avons de très beaux plants d'arroche (semis spontané) et j'avais entendu que les feuilles se cuisinent comme les épinards. Surprise : la superbe couleur rose fuschia de l'eau de cuisson.

Arroche Feuilles d'arroche

Mais assez bavardé, passons à la recette de nos galettes :

Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

Les ingrédients :
  • 3 œufs
  • Un pot de ricotta (Galbani)
  • Zeste d'un demi citron
  • Un saladier de feuilles d'arroche (ou autre légume-feuille, voir ci-dessous)
  • Un petit bol de chapelure (biscottes ou pain sec écrasé)
  • Un petit bol de fromage râpé
  • Sel, poivre, muscade.


Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

La recette :

  • Ébouillanter les feuilles d'arroche durant 3 minutes, les hacher et les essorer.
  • Fouetter les œufs et la ricotta pour obtenir une pâte sans grumeaux
  • Ajouter les autres ingrédients
  • Dans une poêle à frire, mettre rissoler dans l'huile des petits "poquets" de ce mélange.
  • Retourner les galettes et reformez les bords avec une spatule
  • Servir chaud ou froid. C'est délicieux !

Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

Merci à Meret Bissegger qui propose cette recette dans son livre et propose de la réaliser avec les plantes sauvages suivantes : pariétaire, ortie, chénopode, ail des ours, égopode podagraire,...

samedi 10 mai 2014

Douze photos du jardin : choisissez votre fond d'écran préféré !

Chers amis, lecteurs de ce blog, ou vous qui passez par hasard...

Ce matin, le temps était gris, ce qui est souvent propice aux photos. Armée du réflex de Nicolas, j'ai parcouru le jardin pour vous ramener quelques images qui me remplissent le coeur de bonheur. Je suis heureuse de le spartager avec vous (ce qui ne signifie pas que ces photos soient libres de droits !).

Cela me ferait plaisir que vous me laissiez, dans les commentaires, votre avis sur ces photos, ainsi que le nom de celle que vous préférez.

Je débute en photo et j'aimerais m'améliorer, grâce à vous !

Ail décoratif
Ail décoratif

Alchemille
Alchemille

Ancolie
Ancolie

Ancolie
Ancolie

Bourrache officinale
Bourrache officinale

Clématite
Clématite

Coeur de Marie blanc
Coeur de Marie blanc

Feuille de gingko biloba
Feuille de gingko biloba

Hosta panaché
Hosta panaché

Oignon rocambole
Oignon rocambole

Bouton de rose Pierre de Ronsart
Bouton de rose Pierre de Ronsart

Georgette et Pipelette en goguette
Georgette et Pipelette en goguette

N'oubliez pas de voter pour votre photo préférée ! Les 3 photos recueillant le plus de votes (avant le 15 mai) seront téléchargeables comme fond d'écran.

Savez-vous planter des choux...

Avant d'installer nos buttes de permaculture, j'avoue avoir eu beaucoup de mal à récolter des choux au potager. Mais tout a changé, ce 1er mai, en découvrant non pas un, mais 3 énormes choux-fleurs, sur un pied de chou planté en... septembre 2012, soit deux ans plus tôt !

Récolte de chou-fleur

Eh oui, en permaculture, il ne faut pas être trop pressé... mais quelles belles surprises au détour d'un petit tour au jardin !

Nous n'avons pas pesé "la bête" mais à la tête de Florine, on devine qu'il était bien lourd !

Récolte de chou-fleur Récolte de chou-fleur

Quel contraste avec les pieds de chou achetés ce printemps (en mars) et qui, malgré un temps très doux, ont stressé et donné une pomme minuscule.

Récolte de chou-fleur Récolte de chou-fleur

Le chou planté en septembre a pris le temps de s'installer. Après avoir passé un hiver rigoureux sous la neige, il s'est épanoui l'été suivant et nous a ravis par la jolie couleur de ses feuilles. Et lorsque, après encore un hiver, ses collègues se sont mis à monter en fleurs, il nous a gratifié de trois magnifiques récoltes.

Notre chou-fleur durant l'été 2013

Il n'y a pas que le chou-fleur qui se plaît dans la permaculture : nous y avons aussi planté un chou Daubenton, 5 plants de choupin (essai pour les Facultés agronomiques de Gembloux) et du chou vert, qui a lui aussi donné trois belles têtes après deux hivers passés en terre.

Récolte de chou-fleur

Précisons que nous ne traitons ni ne protégeons les choux contre les chenilles, bien au contraire : nous préférons de loin avoir des papillons au jardin, et nous passer de choupin ;-)

Chou Daubenton Choupin

Désormais, nous pouvons fièrement chanter "Savez-vous planter des choux... à la mode de chez nous" !

dimanche 4 mai 2014

Recette du pain maison de Nicolas

Recette du pain maison de Nicolas

Ce matin, en allant à la boulangerie, notre petite Florine a fait une belle gaffe. La boulangère lui signalant qu'il n'y avait plus de croissants, elle répondit gentiment : "ce n'est pas grave, on mangera le bon pain de mon papa". Oups...

Il est vrai que depuis que Nicolas nous pétrit avec amour et lenteur, chaque dimanche, un délicieux pain "maison", nous avons bien du mal à apprécier celui des autres boulangers...

Voici sa recette, trouvée sur Internet et améliorée peu à peu chaque semaine.

Recette du pain maison de Nicolas

Ingrédients :

1 kg de farine
600 ml d'eau
2 petites pincées de sucre (pas indispensable)
1 cuillère à soupe rase de sel
42 gr de levure fraîche

Par facilité du papier anti adhésif.

Préparation :

Émietter la levure dans un bol et y ajouter un peu d'eau. Battre à la fourchette pour la rendre mousseuse. Laisser reposer une dizaine de minutes.

Dans un grand saladier, verser la farine, le sucre, le sel et mélanger.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Creuser un 'puit' y verser le reste de l'eau. Mélanger le tout à la cuillère en bois (ça semble 'sec' au début, c'est normal).

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Ajouter la levure après 10-15 minutes et commencer le pétrissage à la main. Si le mélange paraît trop sec, ajouter un peu d'eau.

Recette du pain maison de Nicolas

Fariner le plan de travail et y mettre la boule de pâte. L'aplatir, la plier en 2, faire tourner d'un quart de tour et recommencer l'opération pendant 15 - 20 min.
Fariner de temps en temps le plan de travail.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Une fois que la boule de pâte devient bien élastique, la mettre sur un papier anti adhésif, couvrir d'un essuie et laisser reposer dans un endroit chaud pendant 3 h.

Recette du pain maison de Nicolas

Au bout de 3 heures, la pâte a doublé de volume.

Recette du pain maison de Nicolas

Recommencer l'opération de pétrissage mais, juste avant de pétrir, faire sortir délicatement l'air contenu dans la pâte en poussant dessus.
Le second pétrissage est plus rapide, il faut veiller à bien emprisonner l'air dans le pain.
Donner la forme définitive à votre pain.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Recouvrir à nouveau et laisser gonfler encore une heure.

Recette du pain maison de Nicolas

Peu avant l'heure, préchauffer le four sur très chaud (moi j'utilise un four à air pulsé : température max : 190°).

Mettre dans le fond un plat avec de l'eau chaude pour humidifier le four.

Mettre votre pâte sur la plaque du four et, à l'aide d'un couteau très aiguisé, faire 3 ou 4 entailles dans la pâte puis enfourner.

Facultatif : après 20 ou 25 minutes de cuisson, retirer le plat d'eau pour avoir une croûte plus croustillante (attention en ouvrant le four, la vapeur qui s'échappe est brûlante). Remettre à cuire 10 min.

Après 30 ou 35 min de cuisson, retirer le pain et le laisser refroidir sur une grille.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

En tapotant dessus il doit "résonner".

Recette du pain maison de Nicolas

N'oubliez pas de "signer" votre pain avant de le couper (faire une croix sur le fond du pain).

jeudi 1 mai 2014

Tortilla au chénopode Bon-Henri

C'est dans un potager gallo-romain que j'ai découvert le chénopode Bon-Henri. Jusqu'ici, mes tentatives de le consommer étaient assez décevantes car, crue, la plante est assez amère. Le livre de Meret Bisseger propose d'en faire une tortilla, et c'est très bon.

Tortilla au chénopode Bon-Henri Tortilla au chénopode Bon-Henri

La recette :

- Cueillir un grand saladier de chénopode Bon-Henri (j'ai complété avec de l'arroche car je n'ai qu'un plant dans mon jardin).
- Blanchir les feuilles de chénopode pendant 3 minutes, les essorer et les hacher grossièrement - Cuire des pommes de terre à chair ferme "en chemise" puis les peler et les couper en rondelles de 3 à 5 mm
- Mélanger dans un saladier : 4 à 6 oeufs, les rondelles de pommes de terre, les feuilles cuites, sel, poivre, muscade, piment d'Espelette
- On peut ajouter de l'ail, du xeres, des lardons,... selon les goûts.

Tortilla au chénopode Bon-Henri Tortilla au chénopode Bon-Henri

Beurrer un moule à tarte et faire cuire au four à feu doux pendant 20 minutes (vérifier la cuisson, les oeufs doivent avoir "pris"). C'est encore meilleur servi au jardin !

mercredi 9 avril 2014

Deux recettes à base de renouée du Japon

La renouée du Japon fait partie des abominables plantes invasives et si vous en avez chez vous, mon seul conseil est de l'éradiquer vite fait (arracher et brûler les racines car même au compost, elle reprend).

Si par hasard vous en rencontrez en balade au mois d'avril, profitez-en : la renouée du Japon se consomme à l'état de jeune pousse (max. 50 à 70 cm). Plus tard, elle devient ligneuse.

Jeunes pousses de renouée du Japon

Voici deux recettes tirées du livre de Meret Bissegger : "La Cuisine des Plantes Sauvages", éditions Ulmer.

Tarte à la renouée du Japon (recette sucrée)

La tarte de renouée se prépare comme la tarte à la rhubarbe :

Tarte à la renouée du Japon

- une pâte à tarte "maison" ou toute faite
- couper une vingtaine de jeunes tiges en petits dés (on arrête aux feuilles)
- un mélange de 3 œufs, 250 ml de crème fraîche, une c à s de fromage blanc
- 6 c à s de miel ou de sirop de poire (nous avons mis notre gelée de pétales de pissenlits)
- mélanger le tout, verser sur la pâte et les tronçons de renouée

Cuire 40 minutes au four pas trop chaud. Déguster tiède.

Tarte à la renouée du Japon

Pour être tout à fait franche, le goût est moins bon que la jeune rhubarbe qui pousse en même temps. La tarte est originale, certes, mais si vous avez de la rhubarbe, y'a pas photo !

Renouée du Japon farcie au gratin (recette salée)

Une autre recette, salée cette fois, propose de farcir des sections plus grosses avec du fromage frais et de les gratiner.

Renouée du Japon farcie Renouée du Japon farcie

La farce se compose de fromage blanc, fromage de chèvre, noix pilées et ail des ours.

Vu la difficulté de farcir les tiges (il y a les noeuds et on n'avait pas de douille), on a préféré les couper en deux dans le sens de la longueur, les farcir et ensuite les refermer.

Grosse erreur : on n'avait pas pelé les tiges. L'écorce des tiges de renouées, même jeunes, est très ligneuse. On les a mangées comme des feuilles d'artichauts en grattant l'intérieur.

Renouée du Japon farcie

Le verdict : saveur acidulée franchement... bof. La renouée en cuisine sera plutôt utilisée pour faire des décorations (ou des montages floraux) mais elle n'est pas vraiment mangeable, même jeune.

dimanche 6 avril 2014

Beignets de gaillet gratteron

Le gaillet gratteron forme de longues tiges carrées avec des feuilles verticillées (réunies en cercle autour de la tige, en étages successifs). La tige, les feuilles et les graines collent aux vêtements, d'où mon appellation erronée de "plaque madame" (qui désigne la bardane).


Gaillet gratteron Gaillet gratteron

Ayant découvert dans l'excellent ouvrage de Meret Bissegger que le gaillet (gratteron et blanc) était comestible, j'ai improvisé cette recette en partant de la pâte à beignets préparée pour nos feuilles de consoude.

Cueillir les extrémités des tiges du gratteron (sur 15 cm et à l'état jeune sinon les tiges sont trop coriaces).

Les cuire quelques minutes dans l'eau bouillante (personnellement, je remplis ma bouilloire électrique et je verse l'eau bouillante sur les feuilles dans un plat, sans recuire). Égoutter et couper les tiges en petits morceaux.

Beignets de gaillet gratteron

Préparer une pâte à beignets (œufs, farine, lait : la pâte est moins liquide qu'une pâte à crêpe). Ajouter sel et poivre, et selon les goûts de l'ail et/ou de la sauce soja.

Mélanger les feuilles de gaillet à la pâte et verser... dans les moules de la machine à croque-monsieur (idée venue suite à une panne de gaz !). La recette peut aussi se réaliser dans un appareil à mini-crêpes.

Le résultat : de jolis beignets bien gonflés et dorés, prêts à déguster. Le goût du gaillet gratteron cuit est légèrement amer, il n'en faut donc pas trop (en proportion de la pâte) pour plaire aux enfants.

Gaillet gratteron Gaillet gratteron

Le nec plus ultra : prenez une rallonge électrique et cuisinez sur votre terrasse ou dans votre jardin :-)

N'hésitez pas à me donner votre avis sur la recette et vos suggestions pour l'améliorer !

mercredi 2 avril 2014

Cake salé à l'égopode podagraire

Dans la série "quelle mauvaise herbe allons-nous manger ce soir ?", voici une délicieuse recette, qui nécessite peu de choses et qui a beaucoup plu aux enfants.

Cake à l'égopode Cake à l'égopode

Ingrédients (pour 4 personnes, 8 selon Marmiton mais on a tout dévoré avec les enfants) :

- 200 g de farine
- 1 sachet de levure
- 4 œufs
- 7 cl d'huile
- 12,5 cl de lait
- 100 g de parmesan râpé
- sel
- poivre

Et comme garniture :

Un grand saladier plein de jeunes feuilles d'égopode. On peut aussi utiliser des orties, du chénopode (blanc ou Bon Henri) ou des feuilles de bettes.

Cake à l'égopode

Blanchir les feuilles, les essorer et les hacher grossièrement. Les insérer au mélange (assez liquide, c'est normal).

Facultatif : quelques fines tranches de lard coupées en petits morceaux.

Cuisson environ 45 minutes à 180 degrés.

La recette de la base de cake vient de Marmiton.

dimanche 30 mars 2014

Plantes sauvages, les premiers légumes de l'année

Avec le retour des beaux jours, de nombreuses plantes sauvages et légumes vivaces pointent leur nez. C'est l'occasion de déguster leurs jeunes pousses tendres et très savoureuses.

Fenouil sauvage Consoude

Chou d'Aubenton Bourrache

Fin-mars :

- ail des ours
- plantain corne de cerf
- fenouil sauvage
- livêche
- cerfeuil musqué
- chou d'Aubenton
- consoude
- ciboule, cive de Saint Jacques, oignon rocambole

Consoude Livèche

Ail des ours Cerfeuil musqué

Ciboule

Et début-avril :

- bourrache
- orties
- pissenlits
- fleurs de pissenlits
- boutons d'ail des ours
- égopode
- gaillet gratteron
- chénopode Bon Henri
- fleurs de plantain
- aspérule odorante (pour le Maitrank, mmmm)

J'ai préparé une soupe avec les jeunes feuilles de fenouil, de la bourrache, de la livêche et un peu de céleri (et des pommes de être pour épaissir). Un goût de soupe au cerfeuil, trop bon !

Également tout simple et délicieux, des tartines des maquée (fromage blanc très épais) à la ciboulette, ou les œufs des poules brouillés à la ciboulette.

Ciboule

Des recettes à base de plantes sauvages et de légumes vivace se trouvent à la rubrique "Recette" de ce blog. N'hésitez pas à nous en suggérer d'autres en laissant un commentaire ci-dessous ! Merci d'avance !

samedi 22 mars 2014

Un potager couvert en permanence, c'est tout bénéfice !

Dans son guide du "nouveau" jardinage, Dominique Soltner préconise de couvrir en permanence le sol du potager d'une épaisse couche de "mulch" (déchets verts, paille, BRF,...).

Cette technique (déjà bien connue en permaculture) favorise la vie dans le sol (vie bactérienne, vers de terre), le rend plus fertile et évite beaucoup de travail au jardinier.

Potager couvert de mulch

Un sol plus fertile

La couverture du sol évite le "lessivage" des minéraux par les pluies d'hiver, une vraie catastrophe pour le sol. Au contraire, bien nourri par le compost en décomposition, le sol s'enrichit en humus durant l'hiver et sera nettement plus fertile.

Fini le bêchage, et le désherbage !

Le sol est travaillé en permanence par les vers de terre sous la couche de mulch. Il sera donc inutile (et même très néfaste) de le labourer, et les indésirables n'y auront plus droit de cité. Finies les corvées du bêchage et du désherbage !

Potager couvert de mulch Potager couvert de mulch

Finis les arrosages !

La couverture permanente du sol évite le dessèchement l'été (où l'on utilisera plutôt de la paille). Finie la corvée d'arrosage (sauf lors des semis et repiquages). Même s'il ne pleut pas, la couche de mulch retient l'eau emmagasinée par le sol durant l'hiver. Sur ce point, je reste un peu sceptique mais on verra après l'été...

Le guide de Dominique Soltner

Le "Guide du nouveau jardinage" est plutôt coûteux (30 eur). Sa mise en page est assez moche (j'ose le dire) et, à la première lecture, on a l'impression que toutes les pages répètent la même chose : il faut couvrir le sol (c'est écrit en rouge et en gras !).

Toutefois, il ne m'a pas fallu 3 pages pour être totalement convaincue de la méthode !

Guide du nouveau jardinage, Dominique Soltner

En relisant le guide de façon approfondie, j'y découvre de précieuses informations, comme la page expliquant de façon didactique ce qu'est l'humus, ou celle, très concrète, sur la culture des pommes de terre.

Chose originale, Dominique Soltner est un fan inconditionnel du compost "industriel" produit à haute température et que l'on trouve dans les parcs à container. Personnellement, je n'ai pas grande confiance dans ce compost dont on ignore l'origine, mais il faut reconnaître que pour le semis, il présente l'avantage de ne plus contenir de graines, à l'opposé de mon compost peu fermenté qui en est bourré !

Quelle différence avec la permaculture ?

La culture sous mulch se pratique en longues plate-bandes de 1m30 de largeur maximum (pour ne pas devoir marcher sur le sol).

Les buttes de permaculture sont également couvertes en permanence. Mais vu leur forme arrondie, le mulch à tendance à glisser vers le bas, laissant parfois le sol à nu. Le dessèchement reste un problème en haut des buttes, même si cela va déjà beaucoup mieux que dans les carrés.

Potager couvert de mulch

Pourquoi changer de méthode de jardinage ?

Le jardinage est un éternel recommencement, et chaque année nous apprend de nouvelles techniques.

Après les carrés, jolis mais peu productifs, nous avons essayé la permaculture.

La forme de la butte ne permet pas la culture en lignes, elle est surtout idéale pour les gros légumes (choux, poirées, scaroles, courgettes) et les légumes vivaces.

Dans les plates-bandes, je compte revenir à une culture en lignes, en essayant d'appliquer les principes de Gertrud Franck (lignes espacées de 50 cm, séparées d'une ligne d'engrais vert ou d'épinards) en alternant les lignes de légumes feuilles, fruits et racines.

J'espère enfin réussir un potager productif, avec des légumes que j'adore mais que je ne suis pas encore parvenue à faire pousser, comme les carottes, les épinards ou les haricots. On vous tient au courant !

vendredi 21 mars 2014

Dernières récoltes : les légumes de fin d'hiver

Dès le 21 mars, les légumes qui ont passé l'hiver au potager vont monter en graines. C'est le moment de récolter ceux qui ont été épargnés par le gel tels que : cresson de jardin, choux, poireaux, bettes, chicorée pain de sucre, scarole, doucette (mâche) et claytone de Cuba.

Choux au printemps

Gardez toujours quelques plantes pour qu'elles se ressèment spontanément (éviter toutefois d'utiliser des semences F1 pour ne pas avoir de curieuses surprises à la seconde génération).

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Quelques idées de menus de fin d'hiver aux légumes du potager :

- soupe de cresson de jardin et claytone de Cuba
- poireaux étuvés (par exemple en accompagnement d'un poisson)
- bettes au gratin avec des petits cubes de jambon et une sauce blanche
- risotto de chicorée pain de sucre
- chou farci
- soupe au chou.

mercredi 12 mars 2014

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Après 8 ans de bons et loyaux services, j'ai décidé de sacrifier 3 de nos 6 carrés pour revenir à un potager plus traditionnel, avec des lignes de 1m30 de largeur séparées par une mince allée.

Pourquoi arrêter le potager en carrés ?

Il y a 8 ans, nous étions parmi les tout premiers à adopter cette nouvelle manière de jardiner dans des mouchoirs de poche. Si le potager en carrés nous a donné beaucoup de satisfaction, notamment par son esthétique et sa facilité d'accès, force est de constater que la méthode des carrés présente des faiblesses.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Principaux inconvénients du potager en carrés :
  • Très faible productivité : quand un semis n'est pas raté ni attaqué par les prédateurs, il donne au mieux 16 radis ou 3 laitues. Souvent, c'est juste bon pour l'apéro, mais pas pour nourrir une famille nombreuse !
  • La place occupée par les allées représente une importante surface "perdue" pour la culture
  • Les carrés dessèchent très fort en été si on ne les arrose pas. Les résultats sont très décevants pour les pois, haricots et pour toutes les cucurbitacées, gourmandes en eau. Comme nous ne souhaitons pas devenir esclave de l'arrosage, il ne reste plus au bout de l'été que des fleurs de soucis, tournesols et bourrache, mais plus aucun légume !
  • Il est très difficile, sans abîmer ses carrés, de lutter contre les indésirables aux racines profondes, comme le liseron et le chiendent. Au bout de quelques années ceux-ci finissent pas s'installer profondément sous les carrés où ils ne craignent pas l'arrachage, et ils envahissent tout en lançant leur feuilles vers le haut.
  • Les allées, rapidement colonisées par l'herbe, les renoncules et les pissenlits, représentent un gros travail d'entretien, le tout à la cisaille et à quatre pattes (4 côtés de 1m30 x 6 carrés, plusieurs fois par an, faites le compte...)
  • Le sol, trop riche en azote (apports de compost) et exposé aux pluies (pas facile de pailler quand toute la surface est semée), ne maintient pas seul son équilibre comme en permaculture ou en jardinage sous paillage
  • La pourriture des planches est inévitable au bout de 8 ans (je m'estime heureuse qu'elles aient tenu aussi longtemps).

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Pourquoi conserver quand même 3 carrés ?

Les carrés sont parfaits pour les semis de printemps (à condition de résister aux limaces). La terre s'y réchauffe plus vite qu'ailleurs au jardin. Les légumes feuilles y poussent très bien (cycle court, terre riche en compost, multiples variétés sur de petites surfaces, l'idéal pour une salade variée). Les aromatiques y sont également à l'aise.

Et puis, ils sont très esthétiques, aussi nous conservons les 3 carrés entourés de buis en boule et agrémentés de diverses structures en bois pour y faire grimper de ipomées ou des haricots d'Espagne purement décoratifs.

On y cultivera des légumes feuilles (roquette, laitue à couper, pourpier, ficoïde, persil puis mâche, cresson de jardin, chicorée et claytone de Cuba en hiver). En revanche, nous n'y avons jamais réussi les épinards, pourtant réputés faciles à cultiver.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Vers un jardin plus productif ?

Les carrés ont été transformés en une grande bande de culture de 1m30 de large, où je cultiverai les légumes en lignes, sans labour et sans marcher sur le sol. Les allées ont été remplies de compost et seules les planches extérieures du rectangle sont conservées, pour contenir la terre surélevée. Le sol sera paillé en permanence entre les lignes de culture, pour éviter l'évaporation en été et favoriser le travail des vers de terre en hiver.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Premiers semis et plantations (en mars) : fèves, salades et persil sous tunnel, ail, oignons et échalotes. Les résultats suivront... les photos aussi :-) A bientôt !

vendredi 27 décembre 2013

Culture de champignons de Paris

La culture des pleurotes nous ayant donné beaucoup de satisfaction, nous avons décidé cet hiver de tenter celle des champignons de Paris. Nous nous plaignons souvent de notre cave, très humide, mais elle se révèle être une excellente champignonnière !

culture de champignons de Paris

17 novembre : mise en place de la culture. Une simple botte de paille, vendue dans son plastique transparent, qu'il suffit d'ouvrir et de recouvrir d'une couche de terreau (fourni dans le paquet). Le kit coûte une vingtaine d'euros (en jardinerie). Il faut arroser très légèrement le terreau, pas trop souvent pour éviter tout risque de pourriture.

culture de champignons de Paris culture de champignons de Paris

Après 3 semaines, premières petites taches blanches dans le terreau. Nous récoltons notre tout premier champignon le 12 décembre. Il nous étonne par sa fermeté et sa densité : rien à voir avec les champignons tout légers du commerce !

culture de champignons de Paris

Après encore 2 semaines, la production est au plus beau et les champignons semblent grossir de plus en plus vite !

culture de champignons de Paris culture de champignons de Paris

Jusqu'à présent, nous les dégustons crus, nature, en rondelles, à l'apéritif. Nous n'avons pas encore essayé les toasts ni les champignons farcis. Dès que ce sera le cas, je compléterai cette page, promis !

culture de chicons à la cave

Petite info utile, les champignons de Paris cohabitent très bien avec une culture de chicons en bacs. Même époque de l'année et mêmes conditions de culture.

dimanche 22 décembre 2013

Hivernales au Jardin du Curé (Huy)

L'église St Pierre est une jolie église dont les parties les plus anciennes remontent à l'époque gothique. Ses fonts baptismaux romans et ses magnifiques vitraux modernes en font un lieu où je ne manque jamais de m'arrêter entre la gare et le centre de Huy.

Hivernales au Jardin du curé à Huy

Derrière l'église se cache un trésor merveilleux : le jardin du curé Michel Teheux et son presbytère, qui sont mis en scène et totalement transformés à l'approche de Noël. Les portes sont ouvertes quelques week-ends par an, pour le plus grand bonheur des visiteurs.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Avec ses buis, ses petits sentiers, ses saules tortueux, le jardin ne manque pas de charme. Ajoutez-y les illuminations, lanternes et lampions, les installations éphémères et les décorations et vous pénétrez dans un jardin d'Eden, généreux et coloré, au coeur de l'hiver.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Hivernales au Jardin du curé à Huy

Après avoir découvert la buanderie et l'orangerie, aux décors romantiques et rétro, nous pensions avoir terminé la visite. Alors qu'elle ne faisait que commencer !

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Entrant dans la cure, nous restons bouche bée devant un foisonnement de décors. Chaque pièce est transformée selon le thème de Noël, décliné tantôt en fanfare vénitienne et baroque, tantôt en glace (la cave) et en neige (le grenier), en chambre romantique ou en salle de bains humoristique, sans oublier le grenier, véritable caverne d'Ali-Baba pour les enfants, émerveillés.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Les moindres détails sont un bonheur pour les yeux… et pour l'âme, car nul doute que la personne qui a créé ces compositions était inspiré par "là-haut".

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Un grand artiste que ce Michel Teheux, que nous n'avons pas eu la chance de rencontrer, car le curé de Huy coordonne également un spectacle de Noël à la cathédrale Saint Paul de Liège.

Hivernales au Jardin du curé à Huy

Je regrette vraiment de ne pas avoir emporté un bon appareil photo, car les images présentées dans cet article ne pas à la hauteur de la beauté et de la poésie des lieux. Allez découvrir cet endroit magique en décembre 2014 ! Merci Monsieur le Curé pour votre confiance et votre générosité.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

En été, le jardin doit également être magique, entre les roses, les géraniums, les hortensias, les sédums, les roses trémières, les cosmos, les dahlias, les delphiniums, les iris, ainsi que les tomates, courgettes, salades, condiments fraisiers mélangés au gré des couleurs et des saisons. Je ne doute pas que notre curé - artiste soit aussi un excellent jardinier !

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

lundi 21 octobre 2013

Vos recettes de plantain corne de cerf

Au printemps, nous avons semé du plantain "corne de cerf" au potager. Connaissez-vous ce légume ?

A vrai dire, je ne trouve pas ce plantain exceptionnel à l'état cru, en salade (sauf les jeunes feuilles au printemps). En interrogant les amis de notre page Facebook, j'ai reçu de nombreuses et alléchantes recettes chaudes à base de ce plantain "cornu". En voici quelques-unes que je me réjouis d'essayer.

Plantain corne de cerf Eloge du plantain

Pommes de terre au plantain corne de cerf (de Gérard et Stéphane)

Oignons rouges finement coupés, quelques pommes de terre tièdes en cube, huile de colza grillé, fleur de sel. Au dernier moment, couper le plantain et en parsemer les pommes de terres tièdes, le tour est joué....

Oeuf poché sur lit de plantain corne de cerf (de Stéphane)

Servir un œuf bio poché sur un lit de corne de cerf et roquette sauvage ( jeunes pousses). Accompagner de lamelles de jambon cru grillé, le tout assaisonné au dernier moment d'une vinaigrette tiède ou chaude (huile d 'olive et vinaigre de framboise, shizo en lamelles)

Salade tiède au plantain corne de cerf (de Stéphane)

Quelques cotes de poirée de couleur (rouge, rose, jaunes) tranchées crues en fines lamelles, juste revenues à l'huile d'olive, servies avec de la ficoide glaciale et des chrysanthèmes comestibles, de la laitue oreille du diable en chiffonnade, du fromage persillé. Servir avec une vinaigrette chaude ou tiède (huile d'olive,hysope, vinaigre de xérès), fleur de sel et poivre (croûtons, lardons grillés facultatifs)

Purée verte (de Laure)

Blanchir les feuilles de plantain corne de cerf quelques minutes et les mixer, ajouter à la purée de pommes de terre, assaisonner et déguster... Remarque : je préparais déjà la purée verte avec le mouron blanc, en voici une variante intéressante.

Minestra maritata (de Mariateresa)

C'est une soupe traditionnelle chez nous préparée avec des herbed sauvages et cultivées. Je blanchis le plantain corniculé dans l'eau bouillante dix minutes. J'en ai toujours au congélateur. En suite, je prépare une sauce avec l'huile, l'ail que je fais dorer et ensuite j'ajoute des tomates. À ce point, je mets dans la cocotte les plantains bouillis et je couvre avec un beau bouillon de viande ou de poulet. Je fais mijoter une demi heure (ils doivent rester croquants mais tendres) et ensuite je finis avec des oeufs battus avec du pecorino italien et des morceaux de restes de mozzarella, salami, fromages, etc. en laissant reposer un peu avec le couvercle.

Toasts aux fleurs de plantain lancéolé (envoyé par Michel)

Le stand "cuisine sauvage" présent au Marché aux vieilles variétés horticoles de Namur nous a fait déguster ce délicieux toast au goût de champignon. On cueille des fleurs de plantain lancéolé (attention, pas trop tard car, à l'état de graine, ça gratte la gorge et c'est moins bon). On coupe les fleurs en petits morceaux et on les fait revenir dans la poële avec un peu d'huile. Lorsqu'une bonne odeur de champignon se dégage, on ajoute de la crème et on sert immédiatement sur un toast de pain grillé. On peut ajouter une échalote rotie.

Avez-vous d'autres recettes ou informations sur le plantain ? N'hésitez pas à les laisser en commentaire.

Pour en savoir plus sur le plantain, lisez l'excellent ouvrage "Eloge du plantain " de Bernard Bertrand.

mardi 15 octobre 2013

La cisaille à haie : une forme de "slow gardening" ?

Cette année, je me suis mise à tailler la haie avec une ancienne cisaille de mon grand-père. D'abord pour dégager un sentier le long du potager, puis dans l'enclos des poules... Ensuite, je me suis prise au jeu et j'ai taillé l'ensemble de notre haie à la cisaille à main.

Cisaille à haie

Quelques inconvénients de la méthode "ancienne" :

  • les cloches (ampoules) sur les mains
  • la nécessité de bien aiguiser son outil (prévoir un sécateur pour les grosses branches)
  • la lenteur... encore que, ne serait-elle pas un de ses plus grands atouts ?
Le fils de ma voisine me proposa très gentiment de venir "couper tout ça à la machine, et en une demi-heure c'est terminé". Seulement voilà, je n'avais pas envie d'avoir "vite" terminé ma haie. Car petit à petit, l'action de tailler devenait pour moi un plaisir, une sorte d'activité méditative...

Cisaille à haie Cisaille à haie

Avec de nombreux avantages en prime pour la cisaille :

  • le silence
  • la légèreté, surtout en comparaison avec notre taille-haie
  • pas de mélange à faire, ni de fil que l'on risque toujours de couper
  • pas de danger (on a même une main pour se tenir quand on est au-dessus de l'échelle)
  • le coût de l'appareil et de son entretien
  • la sauvegarde de la clématite des haies et des nids des moineaux
  • l'exercice physique en douceur
  • le style plus naturel de la haie
  • et, comme me le fit remarquer notre petite Florine, "c'est chouette Maman quand tu tailles la haie, on parle avec tous les voisins".
Cisaille à haie Cisaille à haie

Et voilà de quoi fabriquer, à la tondeuse, cette fois (!), du bon BRF pour la permaculture !

Cette méthode est surtout adaptée pour une taille d'entretien. Tous les 2 ou 3 ans, un passage du taille-haie mécanique permettra de rectifier le tracé des haies à forte croissance.

dimanche 6 octobre 2013

Comment cultiver le safran ?

Nicolas et moi sommes depuis toujours de grands amateurs de safran. Connu depuis l'Egypte ancienne, le pistil du crocus sativus est en effet l'une des meilleures épices au monde.

Safran en fleur

Utilisé il y a 3000 ans en médecine chinoise, le safran serait plein de vertus : puissant anti-dépresseur, antioxydant, bon pour la peau, la mémoire, la digestion, le cholestérol et même... aphrodisiaque.

Son seul défaut : le prix ! Un gramme de safran coûte environ 30 euros. Ce qui peut se comprendre lorsque l'on sait qu'il faut 150 fleurs pour obtenir 5 grammes de pistils frais, et que le séchage fait perdre au produit 80% de sa masse. Ce qui donne 150.000 fleurs pour 1 kilo de safran !

Après avoir traversé des safranières cet été dans le Quercy, j'avais acheté quelques bulbes à un pépiniériste hollandais lors de la Fête des Plantes à Hex.

C'est à l'occasion d'une visite chez le producteur du Safran de Cotchia (Wasseiges, Belgique) que j'ai eu l'occasion d'en savoir plus sur la culture de l'or rouge.

La plantation du crocus à safran

La variété s'appelle le crocus sativus. A la différence du crocus commun, il fleurit en octobre (pas au printemps !), un peu comme les colchiques (mais il n'est pas de la même famille).

Bulbes de safran Culture de safran

Il faut un bulbe de min. 8 cm de "tour de taille" pour qu'il fleurisse la 1ère année.

On plante les bulbes en été avant le 15 juillet en sol aéré (pas tassé), à raison de 30 bulbes au mètre carré, avec une exposition ensoleillée (sud ou sud-ouest). Les bulbes restent en place au moins 5 ans. Ils vont se multiplier s'ils ne sont pas trop serrés.

Le bulbe du crocus à safran résiste à -15° C si il est planté profond (20 à 30 cm).

On trouve des plantations dans les sols très calcaires du Quercy mais il semble que le sol argilo-marneux de la Hesbaye humide lui convienne également.

La ferme de Cotchia pratique la culture sur butte car, en Belgique, les pluies fréquentes présentent un danger de pourriture. Le bulbe est donc planté à 5 cm de profondeur et la butte fait 15 cm de haut.

Le principal ennemi du bulbe de safran est le mulot (ou rate) qui emprunte les galeries creusées par les taupes.

La butte de culture est désherbée délicatement (à la main) durant toute l'année. Ceci dit, dans le Quercy, le champ de safran n'était pas particulièrement nettoyé et le safran poussait plutôt bien (mais le sol calcaire étant desséché en été, il y a nettement moins d'adventices que dans la bonne terre bien fertile de Hesbaye !).

Culture de safran sur butte

On peut planter du safran dans un bac (8 cm entre les bulbes) mais ne pas utiliser du terreau (risque de pourriture du bulbe après floraison).

La récolte

La floraison a lieu en octobre et s'étale sur 6 semaines (en Belgique), durant lesquelles on récolte les fleurs ouvertes 3 fois par jour.

Safran de Cotchia en pleine floraison

Le rendement sera faible la première année (1 fleur pour 3 bulbes) en raison de l'acclimatation du bulbe : celle-ci sera d'autant plus facile que les bulbes proviennent d'un climat semblable au vôtre (ou plus rigoureux). Évitez donc de ramener vos bulbes du Maroc !

Dès la deuxième année, si les conditions sont bonnes, le crocus sativus produira 2 fleurs par bulbe.

Pour fleurir, le safran a besoin de températures fraîches la nuit. Il faut donc éviter de pailler le sol.

Il faut ensuite émonder (couper) les pistils (1 pistil se divise en 3 stigmates) puis les sécher, les peser et les emballer.

On conseille d'attendre quelques semaines avant de le consommer pour que le safran développe tout son arôme.

Fleur de crocus à safran Fleur de crocus à safran

Quelques chiffres

- 150.000 fleurs pour 1 kg de safran
- 150 fleurs pour un gramme de safran
- Cueillette manuelle : 1000 bulbes/heure
- Émondage : 400 bulbes/heure
- Séchage : perte de 80% de son poids en eau
- Prix au kilo : environ 30.000 euros

Safran du Quercy

Les imitations du safran

Les produits falsifiés ou impurs représentent au minimum 80% du safran vendu dans le monde !

Mélanges ou confusion avec :

- Carthame (le "safran du pauvre") qui est une plante tinctoriale
- Souci
- Curcuma (appelé "safran des Indes")
- Paprika
- Barbe de maïs
- Brique, craie,...

En règle générale, éviter les produits bon marché et en poudre, et bien examiner les pistils : ils doivent être rouge vif, avec très peu de jaune (la base du pistil n'a aucun goût). Faites aussi confiance à votre odorat : une fois qu'on a senti du vrai safran, on ne s'y trompe pas.

Les producteurs de safran

Les grands producteurs actuels de safran sont l'Iran, l'Espagne, l'Inde (région du Cachemere), le Maroc, l'Italie et la Grèce.

La France ne produit plus que 14 kg par an (elle en produisait une tonne sous l'ancien régime).

La Belgique débute et l'intérêt pour cette production à haute valeur ajoutée semble aller crescendo sous nos latitudes.

Safran iranien, espagnol et français

Cuisiner le safran

Ne JAMAIS mettre les pistils directement dans la sauce ou dans le plat !

Pour qu'il donne tout son arôme et toute sa couleur or, il faut laisser tremper le safran dans de l'eau, du lait, de la crème, du bouillon ou du vin (mais pas d'huile) durant 3 à 4h (si possible 24h) dans 1/2 cm de liquide.

Idée : infuser dans bac à glaçon une nuit (2 pistils par glaçon) puis congeler.

Proportion en cuisine : 2 pistils (6 stigmates) par personne

Ajouter votre infusion en fin de préparation (max 15 min de cuisson). Évitez les ustensiles en bois !

Recettes pour un menu 100% safran

- Kir ou kir royal au sirop de safran (ferme de Cotchia).
- Gambas flambées au pastis et risotto safrané (5 pistils pour 250 gr).
- Péché mignon au safran : dans un plat au four, couche de purée de légumes (ex : potimarrons), poisson blanc, sauce crème avec infusion de safran.
- Quatre-quart safrané

Produits préparés au safran

Le safran de Cotchia

C'est en 2009, suite à un reportage télévisé, que les époux Léonard décident de reconvertir leur boucherie à la ferme en safranière.

Aujourd'hui, leur plantation compte près de 120.000 bulbes + une pépinière pour la multiplication.

Leur activité se répartit entre :

- Production de safran
- Produits dérivés
- Formations de futurs producteurs
- Visites guidées (groupes uniquement, 10 eur/personne)
- Et la vente de 35.000 bulbes par an.

Fleur de crocus à safran
Photo : Safran de Cotchia

Quelques producteurs belges et français :

Voici des sites pour en savoir plus et acheter du vrai bon safran :

- Safran de Cotchia
- Safran gaumais
- Safran bio Lou Cantou (Quercy)

dimanche 22 septembre 2013

Dégustation organoleptique de tomates anciennes

C'est dans le cadre de la "Journée Saveurs" au Centre Horticole de Gembloux que nous avons été invités à une dégustation organoleptique d'anciennes variétés de tomates vertes et noires.

Dégustation organoleptique de tomates anciennes

Le Centre Horticole de Gembloux possède une vaste collection de tomates, don de Luc Fichot, collectionneur passionné, qui en avait rassemblé (et cultivé !) près de 1200 variétés au cours de sa vie.

Afin de maintenir la collection, une centaine de variétés sont semées chaque année au CTH, où elle font l'objet de tests, puis d'une soigneuse récolte des semences en vue de leur conservation.

Ces tests portent sur le rendement, la résistance au mildiou, la propension à l'éclatement, mais aussi sur le goût, en vue d'une mise sur le marché de certaines espèces.

Dégustation organoleptique de tomates anciennes Dégustation organoleptique de tomates anciennes

Une dégustation organoquoi ???

"Organoleptique" signifie l'analyse du produit sous l'angle des sens (goût, toucher, odorat,...), au moyen d'une grille d'analyse plus ou moins complexe.

Durant la "Journée des Saveurs", les visiteurs étaient amenés à tester onze variétés de tomates, au travers des critères suivants :

Fermeté
Jus
Sucre
Acidité
Épaisseur épiderme
Arôme

Les goûteurs donnent ensuite une cote sur 10 avec leur appréciation globale de chaque tomate.

Dégustation organoleptique de tomates anciennes Dégustation organoleptique de tomates anciennes

Nos préférées :

Black Prince 8/10
Noire de Crimée 8/10
Verte Green Brandy 9/10
Aunt Ruby German Green 7/10

En savoir plus :

Le site de Luc Fichot reprenant des photos de toute sa collection
Le site du CTH avec la page consacrée à la collection de tomates Luc Fichot

vendredi 20 septembre 2013

Visite du potager de Hex (Limbourg)

C'est à l'occasion de sa Fête des Plantes Rares de septembre que nous avons découvert le fabuleux potager du château de Hex.

Potager du château de Hex

J'avoue que j'ai été sidérée par la taille, les couleurs, la variété des légumes et des fleurs... Je peux dire honnêtement que je ne connais pas de plus beau potager en Belgique. D'ailleurs, voyez vous-même :

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Outre le potager, la visite permet de découvrir le jardin à la française, des chambres de verdures, un jardin d'inspiration chinoise et un immense parc à l'anglaise.

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Bref, contrairement aux autres "foires de jardinage", le jardin de Hex mérite à lui seul le prix de l'entrée (8 EUR, gratuit jusque 16 ans). Les stands des exposants sont le "bonus" pour le visiteur !

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

En pratique :

Le jardin est ouvert deux fois par an, le deuxième week-end de juin (avec les roses à l'honneur) et de septembre (où le potager est au plus beau). Sur demande, le jardin reçoit des groupes pour visites privées guidées. Contact : gardens@hex.be