Quoi de neuf au potager ?

>> Retour au site de notre jardin











Suivez-nous ! facebook  twitter                            

samedi 17 mai 2014

Galettes d'arroche à la ricotta

C'est la première fois que j'utilise de la ricotta en cuisine et c'est un fromage délicieux ! On le fabrique avec du lactosérum (ce qui reste du lait après la fabrication du fromage).

Galettes d'arroche à la ricotta

En ce moment, nous avons de très beaux plants d'arroche (semis spontané) et j'avais entendu que les feuilles se cuisinent comme les épinards. Surprise : la superbe couleur rose fuschia de l'eau de cuisson.

Arroche Feuilles d'arroche

Mais assez bavardé, passons à la recette de nos galettes :

Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

Les ingrédients :
  • 3 œufs
  • Un pot de ricotta (Galbani)
  • Zeste d'un demi citron
  • Un saladier de feuilles d'arroche (ou autre légume-feuille, voir ci-dessous)
  • Un petit bol de chapelure (biscottes ou pain sec écrasé)
  • Un petit bol de fromage râpé
  • Sel, poivre, muscade.


Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

La recette :

  • Ébouillanter les feuilles d'arroche durant 3 minutes, les hacher et les essorer.
  • Fouetter les œufs et la ricotta pour obtenir une pâte sans grumeaux
  • Ajouter les autres ingrédients
  • Dans une poêle à frire, mettre rissoler dans l'huile des petits "poquets" de ce mélange.
  • Retourner les galettes et reformez les bords avec une spatule
  • Servir chaud ou froid. C'est délicieux !

Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

Merci à Meret Bissegger qui propose cette recette dans son livre et propose de la réaliser avec les plantes sauvages suivantes : pariétaire, ortie, chénopode, ail des ours, égopode podagraire,...

samedi 10 mai 2014

Douze photos du jardin : choisissez votre fond d'écran préféré !

Chers amis, lecteurs de ce blog, ou vous qui passez par hasard...

Ce matin, le temps était gris, ce qui est souvent propice aux photos. Armée du réflex de Nicolas, j'ai parcouru le jardin pour vous ramener quelques images qui me remplissent le coeur de bonheur. Je suis heureuse de le spartager avec vous (ce qui ne signifie pas que ces photos soient libres de droits !).

Cela me ferait plaisir que vous me laissiez, dans les commentaires, votre avis sur ces photos, ainsi que le nom de celle que vous préférez.

Je débute en photo et j'aimerais m'améliorer, grâce à vous !

Ail décoratif
Ail décoratif

Alchemille
Alchemille

Ancolie
Ancolie

Ancolie
Ancolie

Bourrache officinale
Bourrache officinale

Clématite
Clématite

Coeur de Marie blanc
Coeur de Marie blanc

Feuille de gingko biloba
Feuille de gingko biloba

Hosta panaché
Hosta panaché

Oignon rocambole
Oignon rocambole

Bouton de rose Pierre de Ronsart
Bouton de rose Pierre de Ronsart

Georgette et Pipelette en goguette
Georgette et Pipelette en goguette

N'oubliez pas de voter pour votre photo préférée ! Les 3 photos recueillant le plus de votes (avant le 15 mai) seront téléchargeables comme fond d'écran.

Savez-vous planter des choux...

Avant d'installer nos buttes de permaculture, j'avoue avoir eu beaucoup de mal à récolter des choux au potager. Mais tout a changé, ce 1er mai, en découvrant non pas un, mais 3 énormes choux-fleurs, sur un pied de chou planté en... septembre 2012, soit deux ans plus tôt !

Récolte de chou-fleur

Eh oui, en permaculture, il ne faut pas être trop pressé... mais quelles belles surprises au détour d'un petit tour au jardin !

Nous n'avons pas pesé "la bête" mais à la tête de Florine, on devine qu'il était bien lourd !

Récolte de chou-fleur Récolte de chou-fleur

Quel contraste avec les pieds de chou achetés ce printemps (en mars) et qui, malgré un temps très doux, ont stressé et donné une pomme minuscule.

Récolte de chou-fleur Récolte de chou-fleur

Le chou planté en septembre a pris le temps de s'installer. Après avoir passé un hiver rigoureux sous la neige, il s'est épanoui l'été suivant et nous a ravis par la jolie couleur de ses feuilles. Et lorsque, après encore un hiver, ses collègues se sont mis à monter en fleurs, il nous a gratifié de trois magnifiques récoltes.

Notre chou-fleur durant l'été 2013

Il n'y a pas que le chou-fleur qui se plaît dans la permaculture : nous y avons aussi planté un chou Daubenton, 5 plants de choupin (essai pour les Facultés agronomiques de Gembloux) et du chou vert, qui a lui aussi donné trois belles têtes après deux hivers passés en terre.

Récolte de chou-fleur

Précisons que nous ne traitons ni ne protégeons les choux contre les chenilles, bien au contraire : nous préférons de loin avoir des papillons au jardin, et nous passer de choupin ;-)

Chou Daubenton Choupin

Désormais, nous pouvons fièrement chanter "Savez-vous planter des choux... à la mode de chez nous" !

dimanche 4 mai 2014

Recette du pain maison de Nicolas

Recette du pain maison de Nicolas

Ce matin, en allant à la boulangerie, notre petite Florine a fait une belle gaffe. La boulangère lui signalant qu'il n'y avait plus de croissants, elle répondit gentiment : "ce n'est pas grave, on mangera le bon pain de mon papa". Oups...

Il est vrai que depuis que Nicolas nous pétrit avec amour et lenteur, chaque dimanche, un délicieux pain "maison", nous avons bien du mal à apprécier celui des autres boulangers...

Voici sa recette, trouvée sur Internet et améliorée peu à peu chaque semaine.

Recette du pain maison de Nicolas

Ingrédients :

1 kg de farine
600 ml d'eau
2 petites pincées de sucre (pas indispensable)
1 cuillère à soupe rase de sel
42 gr de levure fraîche

Par facilité du papier anti adhésif.

Préparation :

Émietter la levure dans un bol et y ajouter un peu d'eau. Battre à la fourchette pour la rendre mousseuse. Laisser reposer une dizaine de minutes.

Dans un grand saladier, verser la farine, le sucre, le sel et mélanger.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Creuser un 'puit' y verser le reste de l'eau. Mélanger le tout à la cuillère en bois (ça semble 'sec' au début, c'est normal).

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Ajouter la levure après 10-15 minutes et commencer le pétrissage à la main. Si le mélange paraît trop sec, ajouter un peu d'eau.

Recette du pain maison de Nicolas

Fariner le plan de travail et y mettre la boule de pâte. L'aplatir, la plier en 2, faire tourner d'un quart de tour et recommencer l'opération pendant 15 - 20 min.
Fariner de temps en temps le plan de travail.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Une fois que la boule de pâte devient bien élastique, la mettre sur un papier anti adhésif, couvrir d'un essuie et laisser reposer dans un endroit chaud pendant 3 h.

Recette du pain maison de Nicolas

Au bout de 3 heures, la pâte a doublé de volume.

Recette du pain maison de Nicolas

Recommencer l'opération de pétrissage mais, juste avant de pétrir, faire sortir délicatement l'air contenu dans la pâte en poussant dessus.
Le second pétrissage est plus rapide, il faut veiller à bien emprisonner l'air dans le pain.
Donner la forme définitive à votre pain.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Recouvrir à nouveau et laisser gonfler encore une heure.

Recette du pain maison de Nicolas

Peu avant l'heure, préchauffer le four sur très chaud (moi j'utilise un four à air pulsé : température max : 190°).

Mettre dans le fond un plat avec de l'eau chaude pour humidifier le four.

Mettre votre pâte sur la plaque du four et, à l'aide d'un couteau très aiguisé, faire 3 ou 4 entailles dans la pâte puis enfourner.

Facultatif : après 20 ou 25 minutes de cuisson, retirer le plat d'eau pour avoir une croûte plus croustillante (attention en ouvrant le four, la vapeur qui s'échappe est brûlante). Remettre à cuire 10 min.

Après 30 ou 35 min de cuisson, retirer le pain et le laisser refroidir sur une grille.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

En tapotant dessus il doit "résonner".

Recette du pain maison de Nicolas

N'oubliez pas de "signer" votre pain avant de le couper (faire une croix sur le fond du pain).

jeudi 1 mai 2014

Tortilla au chénopode Bon-Henri

C'est dans un potager gallo-romain que j'ai découvert le chénopode Bon-Henri. Jusqu'ici, mes tentatives de le consommer étaient assez décevantes car, crue, la plante est assez amère. Le livre de Meret Bisseger propose d'en faire une tortilla, et c'est très bon.

Tortilla au chénopode Bon-Henri Tortilla au chénopode Bon-Henri

La recette :

- Cueillir un grand saladier de chénopode Bon-Henri (j'ai complété avec de l'arroche car je n'ai qu'un plant dans mon jardin).
- Blanchir les feuilles de chénopode pendant 3 minutes, les essorer et les hacher grossièrement - Cuire des pommes de terre à chair ferme "en chemise" puis les peler et les couper en rondelles de 3 à 5 mm
- Mélanger dans un saladier : 4 à 6 oeufs, les rondelles de pommes de terre, les feuilles cuites, sel, poivre, muscade, piment d'Espelette
- On peut ajouter de l'ail, du xeres, des lardons,... selon les goûts.

Tortilla au chénopode Bon-Henri Tortilla au chénopode Bon-Henri

Beurrer un moule à tarte et faire cuire au four à feu doux pendant 20 minutes (vérifier la cuisson, les oeufs doivent avoir "pris"). C'est encore meilleur servi au jardin !

mercredi 9 avril 2014

Deux recettes à base de renouée du Japon

La renouée du Japon fait partie des abominables plantes invasives et si vous en avez chez vous, mon seul conseil est de l'éradiquer vite fait (arracher et brûler les racines car même au compost, elle reprend).

Si par hasard vous en rencontrez en balade au mois d'avril, profitez-en : la renouée du Japon se consomme à l'état de jeune pousse (max. 50 à 70 cm). Plus tard, elle devient ligneuse.

Jeunes pousses de renouée du Japon

Voici deux recettes tirées du livre de Meret Bissegger : "La Cuisine des Plantes Sauvages", éditions Ulmer.

Tarte à la renouée du Japon (recette sucrée)

La tarte de renouée se prépare comme la tarte à la rhubarbe :

Tarte à la renouée du Japon

- une pâte à tarte "maison" ou toute faite
- couper une vingtaine de jeunes tiges en petits dés (on arrête aux feuilles)
- un mélange de 3 œufs, 250 ml de crème fraîche, une c à s de fromage blanc
- 6 c à s de miel ou de sirop de poire (nous avons mis notre gelée de pétales de pissenlits)
- mélanger le tout, verser sur la pâte et les tronçons de renouée

Cuire 40 minutes au four pas trop chaud. Déguster tiède.

Tarte à la renouée du Japon

Pour être tout à fait franche, le goût est moins bon que la jeune rhubarbe qui pousse en même temps. La tarte est originale, certes, mais si vous avez de la rhubarbe, y'a pas photo !

Renouée du Japon farcie au gratin (recette salée)

Une autre recette, salée cette fois, propose de farcir des sections plus grosses avec du fromage frais et de les gratiner.

Renouée du Japon farcie Renouée du Japon farcie

La farce se compose de fromage blanc, fromage de chèvre, noix pilées et ail des ours.

Vu la difficulté de farcir les tiges (il y a les noeuds et on n'avait pas de douille), on a préféré les couper en deux dans le sens de la longueur, les farcir et ensuite les refermer.

Grosse erreur : on n'avait pas pelé les tiges. L'écorce des tiges de renouées, même jeunes, est très ligneuse. On les a mangées comme des feuilles d'artichauts en grattant l'intérieur.

Renouée du Japon farcie

Le verdict : saveur acidulée franchement... bof. La renouée en cuisine sera plutôt utilisée pour faire des décorations (ou des montages floraux) mais elle n'est pas vraiment mangeable, même jeune.

dimanche 6 avril 2014

Beignets de gaillet gratteron

Le gaillet gratteron forme de longues tiges carrées avec des feuilles verticillées (réunies en cercle autour de la tige, en étages successifs). La tige, les feuilles et les graines collent aux vêtements, d'où mon appellation erronée de "plaque madame" (qui désigne la bardane).


Gaillet gratteron Gaillet gratteron

Ayant découvert dans l'excellent ouvrage de Meret Bissegger que le gaillet (gratteron et blanc) était comestible, j'ai improvisé cette recette en partant de la pâte à beignets préparée pour nos feuilles de consoude.

Cueillir les extrémités des tiges du gratteron (sur 15 cm et à l'état jeune sinon les tiges sont trop coriaces).

Les cuire quelques minutes dans l'eau bouillante (personnellement, je remplis ma bouilloire électrique et je verse l'eau bouillante sur les feuilles dans un plat, sans recuire). Égoutter et couper les tiges en petits morceaux.

Beignets de gaillet gratteron

Préparer une pâte à beignets (œufs, farine, lait : la pâte est moins liquide qu'une pâte à crêpe). Ajouter sel et poivre, et selon les goûts de l'ail et/ou de la sauce soja.

Mélanger les feuilles de gaillet à la pâte et verser... dans les moules de la machine à croque-monsieur (idée venue suite à une panne de gaz !). La recette peut aussi se réaliser dans un appareil à mini-crêpes.

Le résultat : de jolis beignets bien gonflés et dorés, prêts à déguster. Le goût du gaillet gratteron cuit est légèrement amer, il n'en faut donc pas trop (en proportion de la pâte) pour plaire aux enfants.

Gaillet gratteron Gaillet gratteron

Le nec plus ultra : prenez une rallonge électrique et cuisinez sur votre terrasse ou dans votre jardin :-)

N'hésitez pas à me donner votre avis sur la recette et vos suggestions pour l'améliorer !

mercredi 2 avril 2014

Cake salé à l'égopode podagraire

Dans la série "quelle mauvaise herbe allons-nous manger ce soir ?", voici une délicieuse recette, qui nécessite peu de choses et qui a beaucoup plu aux enfants.

Cake à l'égopode Cake à l'égopode

Ingrédients (pour 4 personnes, 8 selon Marmiton mais on a tout dévoré avec les enfants) :

- 200 g de farine
- 1 sachet de levure
- 4 œufs
- 7 cl d'huile
- 12,5 cl de lait
- 100 g de parmesan râpé
- sel
- poivre

Et comme garniture :

Un grand saladier plein de jeunes feuilles d'égopode. On peut aussi utiliser des orties, du chénopode (blanc ou Bon Henri) ou des feuilles de bettes.

Cake à l'égopode

Blanchir les feuilles, les essorer et les hacher grossièrement. Les insérer au mélange (assez liquide, c'est normal).

Facultatif : quelques fines tranches de lard coupées en petits morceaux.

Cuisson environ 45 minutes à 180 degrés.

La recette de la base de cake vient de Marmiton.

dimanche 30 mars 2014

Plantes sauvages, les premiers légumes de l'année

Avec le retour des beaux jours, de nombreuses plantes sauvages et légumes vivaces pointent leur nez. C'est l'occasion de déguster leurs jeunes pousses tendres et très savoureuses.

Fenouil sauvage Consoude

Chou d'Aubenton Bourrache

Fin-mars :

- ail des ours
- plantain corne de cerf
- fenouil sauvage
- livêche
- cerfeuil musqué
- chou d'Aubenton
- consoude
- ciboule, cive de Saint Jacques, oignon rocambole

Consoude Livèche

Ail des ours Cerfeuil musqué

Ciboule

Et début-avril :

- bourrache
- orties
- pissenlits
- fleurs de pissenlits
- boutons d'ail des ours
- égopode
- gaillet gratteron
- chénopode Bon Henri
- fleurs de plantain
- aspérule odorante (pour le Maitrank, mmmm)

J'ai préparé une soupe avec les jeunes feuilles de fenouil, de la bourrache, de la livêche et un peu de céleri (et des pommes de être pour épaissir). Un goût de soupe au cerfeuil, trop bon !

Également tout simple et délicieux, des tartines des maquée (fromage blanc très épais) à la ciboulette, ou les œufs des poules brouillés à la ciboulette.

Ciboule

Des recettes à base de plantes sauvages et de légumes vivace se trouvent à la rubrique "Recette" de ce blog. N'hésitez pas à nous en suggérer d'autres en laissant un commentaire ci-dessous ! Merci d'avance !

samedi 22 mars 2014

Un potager couvert en permanence, c'est tout bénéfice !

Dans son guide du "nouveau" jardinage, Dominique Soltner préconise de couvrir en permanence le sol du potager d'une épaisse couche de "mulch" (déchets verts, paille, BRF,...).

Cette technique (déjà bien connue en permaculture) favorise la vie dans le sol (vie bactérienne, vers de terre), le rend plus fertile et évite beaucoup de travail au jardinier.

Potager couvert de mulch

Un sol plus fertile

La couverture du sol évite le "lessivage" des minéraux par les pluies d'hiver, une vraie catastrophe pour le sol. Au contraire, bien nourri par le compost en décomposition, le sol s'enrichit en humus durant l'hiver et sera nettement plus fertile.

Fini le bêchage, et le désherbage !

Le sol est travaillé en permanence par les vers de terre sous la couche de mulch. Il sera donc inutile (et même très néfaste) de le labourer, et les indésirables n'y auront plus droit de cité. Finies les corvées du bêchage et du désherbage !

Potager couvert de mulch Potager couvert de mulch

Finis les arrosages !

La couverture permanente du sol évite le dessèchement l'été (où l'on utilisera plutôt de la paille). Finie la corvée d'arrosage (sauf lors des semis et repiquages). Même s'il ne pleut pas, la couche de mulch retient l'eau emmagasinée par le sol durant l'hiver. Sur ce point, je reste un peu sceptique mais on verra après l'été...

Le guide de Dominique Soltner

Le "Guide du nouveau jardinage" est plutôt coûteux (30 eur). Sa mise en page est assez moche (j'ose le dire) et, à la première lecture, on a l'impression que toutes les pages répètent la même chose : il faut couvrir le sol (c'est écrit en rouge et en gras !).

Toutefois, il ne m'a pas fallu 3 pages pour être totalement convaincue de la méthode !

Guide du nouveau jardinage, Dominique Soltner

En relisant le guide de façon approfondie, j'y découvre de précieuses informations, comme la page expliquant de façon didactique ce qu'est l'humus, ou celle, très concrète, sur la culture des pommes de terre.

Chose originale, Dominique Soltner est un fan inconditionnel du compost "industriel" produit à haute température et que l'on trouve dans les parcs à container. Personnellement, je n'ai pas grande confiance dans ce compost dont on ignore l'origine, mais il faut reconnaître que pour le semis, il présente l'avantage de ne plus contenir de graines, à l'opposé de mon compost peu fermenté qui en est bourré !

Quelle différence avec la permaculture ?

La culture sous mulch se pratique en longues plate-bandes de 1m30 de largeur maximum (pour ne pas devoir marcher sur le sol).

Les buttes de permaculture sont également couvertes en permanence. Mais vu leur forme arrondie, le mulch à tendance à glisser vers le bas, laissant parfois le sol à nu. Le dessèchement reste un problème en haut des buttes, même si cela va déjà beaucoup mieux que dans les carrés.

Potager couvert de mulch

Pourquoi changer de méthode de jardinage ?

Le jardinage est un éternel recommencement, et chaque année nous apprend de nouvelles techniques.

Après les carrés, jolis mais peu productifs, nous avons essayé la permaculture.

La forme de la butte ne permet pas la culture en lignes, elle est surtout idéale pour les gros légumes (choux, poirées, scaroles, courgettes) et les légumes vivaces.

Dans les plates-bandes, je compte revenir à une culture en lignes, en essayant d'appliquer les principes de Gertrud Franck (lignes espacées de 50 cm, séparées d'une ligne d'engrais vert ou d'épinards) en alternant les lignes de légumes feuilles, fruits et racines.

J'espère enfin réussir un potager productif, avec des légumes que j'adore mais que je ne suis pas encore parvenue à faire pousser, comme les carottes, les épinards ou les haricots. On vous tient au courant !

vendredi 21 mars 2014

Dernières récoltes : les légumes de fin d'hiver

Dès le 21 mars, les légumes qui ont passé l'hiver au potager vont monter en graines. C'est le moment de récolter ceux qui ont été épargnés par le gel tels que : cresson de jardin, choux, poireaux, bettes, chicorée pain de sucre, scarole, doucette (mâche) et claytone de Cuba.

Choux au printemps

Gardez toujours quelques plantes pour qu'elles se ressèment spontanément (éviter toutefois d'utiliser des semences F1 pour ne pas avoir de curieuses surprises à la seconde génération).

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Quelques idées de menus de fin d'hiver aux légumes du potager :

- soupe de cresson de jardin et claytone de Cuba
- poireaux étuvés (par exemple en accompagnement d'un poisson)
- bettes au gratin avec des petits cubes de jambon et une sauce blanche
- risotto de chicorée pain de sucre
- chou farci
- soupe au chou.

mercredi 12 mars 2014

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Après 8 ans de bons et loyaux services, j'ai décidé de sacrifier 3 de nos 6 carrés pour revenir à un potager plus traditionnel, avec des lignes de 1m30 de largeur séparées par une mince allée.

Pourquoi arrêter le potager en carrés ?

Il y a 8 ans, nous étions parmi les tout premiers à adopter cette nouvelle manière de jardiner dans des mouchoirs de poche. Si le potager en carrés nous a donné beaucoup de satisfaction, notamment par son esthétique et sa facilité d'accès, force est de constater que la méthode des carrés présente des faiblesses.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Principaux inconvénients du potager en carrés :
  • Très faible productivité : quand un semis n'est pas raté ni attaqué par les prédateurs, il donne au mieux 16 radis ou 3 laitues. Souvent, c'est juste bon pour l'apéro, mais pas pour nourrir une famille nombreuse !
  • La place occupée par les allées représente une importante surface "perdue" pour la culture
  • Les carrés dessèchent très fort en été si on ne les arrose pas. Les résultats sont très décevants pour les pois, haricots et pour toutes les cucurbitacées, gourmandes en eau. Comme nous ne souhaitons pas devenir esclave de l'arrosage, il ne reste plus au bout de l'été que des fleurs de soucis, tournesols et bourrache, mais plus aucun légume !
  • Il est très difficile, sans abîmer ses carrés, de lutter contre les indésirables aux racines profondes, comme le liseron et le chiendent. Au bout de quelques années ceux-ci finissent pas s'installer profondément sous les carrés où ils ne craignent pas l'arrachage, et ils envahissent tout en lançant leur feuilles vers le haut.
  • Les allées, rapidement colonisées par l'herbe, les renoncules et les pissenlits, représentent un gros travail d'entretien, le tout à la cisaille et à quatre pattes (4 côtés de 1m30 x 6 carrés, plusieurs fois par an, faites le compte...)
  • Le sol, trop riche en azote (apports de compost) et exposé aux pluies (pas facile de pailler quand toute la surface est semée), ne maintient pas seul son équilibre comme en permaculture ou en jardinage sous paillage
  • La pourriture des planches est inévitable au bout de 8 ans (je m'estime heureuse qu'elles aient tenu aussi longtemps).

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Pourquoi conserver quand même 3 carrés ?

Les carrés sont parfaits pour les semis de printemps (à condition de résister aux limaces). La terre s'y réchauffe plus vite qu'ailleurs au jardin. Les légumes feuilles y poussent très bien (cycle court, terre riche en compost, multiples variétés sur de petites surfaces, l'idéal pour une salade variée). Les aromatiques y sont également à l'aise.

Et puis, ils sont très esthétiques, aussi nous conservons les 3 carrés entourés de buis en boule et agrémentés de diverses structures en bois pour y faire grimper de ipomées ou des haricots d'Espagne purement décoratifs.

On y cultivera des légumes feuilles (roquette, laitue à couper, pourpier, ficoïde, persil puis mâche, cresson de jardin, chicorée et claytone de Cuba en hiver). En revanche, nous n'y avons jamais réussi les épinards, pourtant réputés faciles à cultiver.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Vers un jardin plus productif ?

Les carrés ont été transformés en une grande bande de culture de 1m30 de large, où je cultiverai les légumes en lignes, sans labour et sans marcher sur le sol. Les allées ont été remplies de compost et seules les planches extérieures du rectangle sont conservées, pour contenir la terre surélevée. Le sol sera paillé en permanence entre les lignes de culture, pour éviter l'évaporation en été et favoriser le travail des vers de terre en hiver.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Premiers semis et plantations (en mars) : fèves, salades et persil sous tunnel, ail, oignons et échalotes. Les résultats suivront... les photos aussi :-) A bientôt !

vendredi 27 décembre 2013

Culture de champignons de Paris

La culture des pleurotes nous ayant donné beaucoup de satisfaction, nous avons décidé cet hiver de tenter celle des champignons de Paris. Nous nous plaignons souvent de notre cave, très humide, mais elle se révèle être une excellente champignonnière !

culture de champignons de Paris

17 novembre : mise en place de la culture. Une simple botte de paille, vendue dans son plastique transparent, qu'il suffit d'ouvrir et de recouvrir d'une couche de terreau (fourni dans le paquet). Le kit coûte une vingtaine d'euros (en jardinerie). Il faut arroser très légèrement le terreau, pas trop souvent pour éviter tout risque de pourriture.

culture de champignons de Paris culture de champignons de Paris

Après 3 semaines, premières petites taches blanches dans le terreau. Nous récoltons notre tout premier champignon le 12 décembre. Il nous étonne par sa fermeté et sa densité : rien à voir avec les champignons tout légers du commerce !

culture de champignons de Paris

Après encore 2 semaines, la production est au plus beau et les champignons semblent grossir de plus en plus vite !

culture de champignons de Paris culture de champignons de Paris

Jusqu'à présent, nous les dégustons crus, nature, en rondelles, à l'apéritif. Nous n'avons pas encore essayé les toasts ni les champignons farcis. Dès que ce sera le cas, je compléterai cette page, promis !

culture de chicons à la cave

Petite info utile, les champignons de Paris cohabitent très bien avec une culture de chicons en bacs. Même époque de l'année et mêmes conditions de culture.

dimanche 22 décembre 2013

Hivernales au Jardin du Curé (Huy)

L'église St Pierre est une jolie église dont les parties les plus anciennes remontent à l'époque gothique. Ses fonts baptismaux romans et ses magnifiques vitraux modernes en font un lieu où je ne manque jamais de m'arrêter entre la gare et le centre de Huy.

Hivernales au Jardin du curé à Huy

Derrière l'église se cache un trésor merveilleux : le jardin du curé Michel Teheux et son presbytère, qui sont mis en scène et totalement transformés à l'approche de Noël. Les portes sont ouvertes quelques week-ends par an, pour le plus grand bonheur des visiteurs.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Avec ses buis, ses petits sentiers, ses saules tortueux, le jardin ne manque pas de charme. Ajoutez-y les illuminations, lanternes et lampions, les installations éphémères et les décorations et vous pénétrez dans un jardin d'Eden, généreux et coloré, au coeur de l'hiver.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Hivernales au Jardin du curé à Huy

Après avoir découvert la buanderie et l'orangerie, aux décors romantiques et rétro, nous pensions avoir terminé la visite. Alors qu'elle ne faisait que commencer !

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Entrant dans la cure, nous restons bouche bée devant un foisonnement de décors. Chaque pièce est transformée selon le thème de Noël, décliné tantôt en fanfare vénitienne et baroque, tantôt en glace (la cave) et en neige (le grenier), en chambre romantique ou en salle de bains humoristique, sans oublier le grenier, véritable caverne d'Ali-Baba pour les enfants, émerveillés.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Les moindres détails sont un bonheur pour les yeux… et pour l'âme, car nul doute que la personne qui a créé ces compositions était inspiré par "là-haut".

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Un grand artiste que ce Michel Teheux, que nous n'avons pas eu la chance de rencontrer, car le curé de Huy coordonne également un spectacle de Noël à la cathédrale Saint Paul de Liège.

Hivernales au Jardin du curé à Huy

Je regrette vraiment de ne pas avoir emporté un bon appareil photo, car les images présentées dans cet article ne pas à la hauteur de la beauté et de la poésie des lieux. Allez découvrir cet endroit magique en décembre 2014 ! Merci Monsieur le Curé pour votre confiance et votre générosité.

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

En été, le jardin doit également être magique, entre les roses, les géraniums, les hortensias, les sédums, les roses trémières, les cosmos, les dahlias, les delphiniums, les iris, ainsi que les tomates, courgettes, salades, condiments fraisiers mélangés au gré des couleurs et des saisons. Je ne doute pas que notre curé - artiste soit aussi un excellent jardinier !

Hivernales au Jardin du curé à Huy Hivernales au Jardin du curé à Huy

lundi 21 octobre 2013

Vos recettes de plantain corne de cerf

Au printemps, nous avons semé du plantain "corne de cerf" au potager. Connaissez-vous ce légume ?

A vrai dire, je ne trouve pas ce plantain exceptionnel à l'état cru, en salade (sauf les jeunes feuilles au printemps). En interrogant les amis de notre page Facebook, j'ai reçu de nombreuses et alléchantes recettes chaudes à base de ce plantain "cornu". En voici quelques-unes que je me réjouis d'essayer.

Plantain corne de cerf Eloge du plantain

Pommes de terre au plantain corne de cerf (de Gérard et Stéphane)

Oignons rouges finement coupés, quelques pommes de terre tièdes en cube, huile de colza grillé, fleur de sel. Au dernier moment, couper le plantain et en parsemer les pommes de terres tièdes, le tour est joué....

Oeuf poché sur lit de plantain corne de cerf (de Stéphane)

Servir un œuf bio poché sur un lit de corne de cerf et roquette sauvage ( jeunes pousses). Accompagner de lamelles de jambon cru grillé, le tout assaisonné au dernier moment d'une vinaigrette tiède ou chaude (huile d 'olive et vinaigre de framboise, shizo en lamelles)

Salade tiède au plantain corne de cerf (de Stéphane)

Quelques cotes de poirée de couleur (rouge, rose, jaunes) tranchées crues en fines lamelles, juste revenues à l'huile d'olive, servies avec de la ficoide glaciale et des chrysanthèmes comestibles, de la laitue oreille du diable en chiffonnade, du fromage persillé. Servir avec une vinaigrette chaude ou tiède (huile d'olive,hysope, vinaigre de xérès), fleur de sel et poivre (croûtons, lardons grillés facultatifs)

Purée verte (de Laure)

Blanchir les feuilles de plantain corne de cerf quelques minutes et les mixer, ajouter à la purée de pommes de terre, assaisonner et déguster... Remarque : je préparais déjà la purée verte avec le mouron blanc, en voici une variante intéressante.

Minestra maritata (de Mariateresa)

C'est une soupe traditionnelle chez nous préparée avec des herbed sauvages et cultivées. Je blanchis le plantain corniculé dans l'eau bouillante dix minutes. J'en ai toujours au congélateur. En suite, je prépare une sauce avec l'huile, l'ail que je fais dorer et ensuite j'ajoute des tomates. À ce point, je mets dans la cocotte les plantains bouillis et je couvre avec un beau bouillon de viande ou de poulet. Je fais mijoter une demi heure (ils doivent rester croquants mais tendres) et ensuite je finis avec des oeufs battus avec du pecorino italien et des morceaux de restes de mozzarella, salami, fromages, etc. en laissant reposer un peu avec le couvercle.

Toasts aux fleurs de plantain lancéolé (envoyé par Michel)

Le stand "cuisine sauvage" présent au Marché aux vieilles variétés horticoles de Namur nous a fait déguster ce délicieux toast au goût de champignon. On cueille des fleurs de plantain lancéolé (attention, pas trop tard car, à l'état de graine, ça gratte la gorge et c'est moins bon). On coupe les fleurs en petits morceaux et on les fait revenir dans la poële avec un peu d'huile. Lorsqu'une bonne odeur de champignon se dégage, on ajoute de la crème et on sert immédiatement sur un toast de pain grillé. On peut ajouter une échalote rotie.

Avez-vous d'autres recettes ou informations sur le plantain ? N'hésitez pas à les laisser en commentaire.

Pour en savoir plus sur le plantain, lisez l'excellent ouvrage "Eloge du plantain " de Bernard Bertrand.

mardi 15 octobre 2013

La cisaille à haie : une forme de "slow gardening" ?

Cette année, je me suis mise à tailler la haie avec une ancienne cisaille de mon grand-père. D'abord pour dégager un sentier le long du potager, puis dans l'enclos des poules... Ensuite, je me suis prise au jeu et j'ai taillé l'ensemble de notre haie à la cisaille à main.

Cisaille à haie

Quelques inconvénients de la méthode "ancienne" :

  • les cloches (ampoules) sur les mains
  • la nécessité de bien aiguiser son outil (prévoir un sécateur pour les grosses branches)
  • la lenteur... encore que, ne serait-elle pas un de ses plus grands atouts ?
Le fils de ma voisine me proposa très gentiment de venir "couper tout ça à la machine, et en une demi-heure c'est terminé". Seulement voilà, je n'avais pas envie d'avoir "vite" terminé ma haie. Car petit à petit, l'action de tailler devenait pour moi un plaisir, une sorte d'activité méditative...

Cisaille à haie Cisaille à haie

Avec de nombreux avantages en prime pour la cisaille :

  • le silence
  • la légèreté, surtout en comparaison avec notre taille-haie
  • pas de mélange à faire, ni de fil que l'on risque toujours de couper
  • pas de danger (on a même une main pour se tenir quand on est au-dessus de l'échelle)
  • le coût de l'appareil et de son entretien
  • la sauvegarde de la clématite des haies et des nids des moineaux
  • l'exercice physique en douceur
  • le style plus naturel de la haie
  • et, comme me le fit remarquer notre petite Florine, "c'est chouette Maman quand tu tailles la haie, on parle avec tous les voisins".
Cisaille à haie Cisaille à haie

Et voilà de quoi fabriquer, à la tondeuse, cette fois (!), du bon BRF pour la permaculture !

Cette méthode est surtout adaptée pour une taille d'entretien. Tous les 2 ou 3 ans, un passage du taille-haie mécanique permettra de rectifier le tracé des haies à forte croissance.

dimanche 6 octobre 2013

Comment cultiver le safran ?

Nicolas et moi sommes depuis toujours de grands amateurs de safran. Connu depuis l'Egypte ancienne, le pistil du crocus sativus est en effet l'une des meilleures épices au monde.

Safran en fleur

Utilisé il y a 3000 ans en médecine chinoise, le safran serait plein de vertus : puissant anti-dépresseur, antioxydant, bon pour la peau, la mémoire, la digestion, le cholestérol et même... aphrodisiaque.

Son seul défaut : le prix ! Un gramme de safran coûte environ 30 euros. Ce qui peut se comprendre lorsque l'on sait qu'il faut 150 fleurs pour obtenir 5 grammes de pistils frais, et que le séchage fait perdre au produit 80% de sa masse. Ce qui donne 150.000 fleurs pour 1 kilo de safran !

Après avoir traversé des safranières cet été dans le Quercy, j'avais acheté quelques bulbes à un pépiniériste hollandais lors de la Fête des Plantes à Hex.

C'est à l'occasion d'une visite chez le producteur du Safran de Cotchia (Wasseiges, Belgique) que j'ai eu l'occasion d'en savoir plus sur la culture de l'or rouge.

La plantation du crocus à safran

La variété s'appelle le crocus sativus. A la différence du crocus commun, il fleurit en octobre (pas au printemps !), un peu comme les colchiques (mais il n'est pas de la même famille).

Bulbes de safran Culture de safran

Il faut un bulbe de min. 8 cm de "tour de taille" pour qu'il fleurisse la 1ère année.

On plante les bulbes en été avant le 15 juillet en sol aéré (pas tassé), à raison de 30 bulbes au mètre carré, avec une exposition ensoleillée (sud ou sud-ouest). Les bulbes restent en place au moins 5 ans. Ils vont se multiplier s'ils ne sont pas trop serrés.

Le bulbe du crocus à safran résiste à -15° C si il est planté profond (20 à 30 cm).

On trouve des plantations dans les sols très calcaires du Quercy mais il semble que le sol argilo-marneux de la Hesbaye humide lui convienne également.

La ferme de Cotchia pratique la culture sur butte car, en Belgique, les pluies fréquentes présentent un danger de pourriture. Le bulbe est donc planté à 5 cm de profondeur et la butte fait 15 cm de haut.

Le principal ennemi du bulbe de safran est le mulot (ou rate) qui emprunte les galeries creusées par les taupes.

La butte de culture est désherbée délicatement (à la main) durant toute l'année. Ceci dit, dans le Quercy, le champ de safran n'était pas particulièrement nettoyé et le safran poussait plutôt bien (mais le sol calcaire étant desséché en été, il y a nettement moins d'adventices que dans la bonne terre bien fertile de Hesbaye !).

Culture de safran sur butte

On peut planter du safran dans un bac (8 cm entre les bulbes) mais ne pas utiliser du terreau (risque de pourriture du bulbe après floraison).

La récolte

La floraison a lieu en octobre et s'étale sur 6 semaines (en Belgique), durant lesquelles on récolte les fleurs ouvertes 3 fois par jour.

Safran de Cotchia en pleine floraison

Le rendement sera faible la première année (1 fleur pour 3 bulbes) en raison de l'acclimatation du bulbe : celle-ci sera d'autant plus facile que les bulbes proviennent d'un climat semblable au vôtre (ou plus rigoureux). Évitez donc de ramener vos bulbes du Maroc !

Dès la deuxième année, si les conditions sont bonnes, le crocus sativus produira 2 fleurs par bulbe.

Pour fleurir, le safran a besoin de températures fraîches la nuit. Il faut donc éviter de pailler le sol.

Il faut ensuite émonder (couper) les pistils (1 pistil se divise en 3 stigmates) puis les sécher, les peser et les emballer.

On conseille d'attendre quelques semaines avant de le consommer pour que le safran développe tout son arôme.

Fleur de crocus à safran Fleur de crocus à safran

Quelques chiffres

- 150.000 fleurs pour 1 kg de safran
- 150 fleurs pour un gramme de safran
- Cueillette manuelle : 1000 bulbes/heure
- Émondage : 400 bulbes/heure
- Séchage : perte de 80% de son poids en eau
- Prix au kilo : environ 30.000 euros

Safran du Quercy

Les imitations du safran

Les produits falsifiés ou impurs représentent au minimum 80% du safran vendu dans le monde !

Mélanges ou confusion avec :

- Carthame (le "safran du pauvre") qui est une plante tinctoriale
- Souci
- Curcuma (appelé "safran des Indes")
- Paprika
- Barbe de maïs
- Brique, craie,...

En règle générale, éviter les produits bon marché et en poudre, et bien examiner les pistils : ils doivent être rouge vif, avec très peu de jaune (la base du pistil n'a aucun goût). Faites aussi confiance à votre odorat : une fois qu'on a senti du vrai safran, on ne s'y trompe pas.

Les producteurs de safran

Les grands producteurs actuels de safran sont l'Iran, l'Espagne, l'Inde (région du Cachemere), le Maroc, l'Italie et la Grèce.

La France ne produit plus que 14 kg par an (elle en produisait une tonne sous l'ancien régime).

La Belgique débute et l'intérêt pour cette production à haute valeur ajoutée semble aller crescendo sous nos latitudes.

Safran iranien, espagnol et français

Cuisiner le safran

Ne JAMAIS mettre les pistils directement dans la sauce ou dans le plat !

Pour qu'il donne tout son arôme et toute sa couleur or, il faut laisser tremper le safran dans de l'eau, du lait, de la crème, du bouillon ou du vin (mais pas d'huile) durant 3 à 4h (si possible 24h) dans 1/2 cm de liquide.

Idée : infuser dans bac à glaçon une nuit (2 pistils par glaçon) puis congeler.

Proportion en cuisine : 2 pistils (6 stigmates) par personne

Ajouter votre infusion en fin de préparation (max 15 min de cuisson). Évitez les ustensiles en bois !

Recettes pour un menu 100% safran

- Kir ou kir royal au sirop de safran (ferme de Cotchia).
- Gambas flambées au pastis et risotto safrané (5 pistils pour 250 gr).
- Péché mignon au safran : dans un plat au four, couche de purée de légumes (ex : potimarrons), poisson blanc, sauce crème avec infusion de safran.
- Quatre-quart safrané

Produits préparés au safran

Le safran de Cotchia

C'est en 2009, suite à un reportage télévisé, que les époux Léonard décident de reconvertir leur boucherie à la ferme en safranière.

Aujourd'hui, leur plantation compte près de 120.000 bulbes + une pépinière pour la multiplication.

Leur activité se répartit entre :

- Production de safran
- Produits dérivés
- Formations de futurs producteurs
- Visites guidées (groupes uniquement, 10 eur/personne)
- Et la vente de 35.000 bulbes par an.

Fleur de crocus à safran
Photo : Safran de Cotchia

Quelques producteurs belges et français :

Voici des sites pour en savoir plus et acheter du vrai bon safran :

- Safran de Cotchia
- Safran gaumais
- Safran bio Lou Cantou (Quercy)

dimanche 22 septembre 2013

Dégustation organoleptique de tomates anciennes

C'est dans le cadre de la "Journée Saveurs" au Centre Horticole de Gembloux que nous avons été invités à une dégustation organoleptique d'anciennes variétés de tomates vertes et noires.

Dégustation organoleptique de tomates anciennes

Le Centre Horticole de Gembloux possède une vaste collection de tomates, don de Luc Fichot, collectionneur passionné, qui en avait rassemblé (et cultivé !) près de 1200 variétés au cours de sa vie.

Afin de maintenir la collection, une centaine de variétés sont semées chaque année au CTH, où elle font l'objet de tests, puis d'une soigneuse récolte des semences en vue de leur conservation.

Ces tests portent sur le rendement, la résistance au mildiou, la propension à l'éclatement, mais aussi sur le goût, en vue d'une mise sur le marché de certaines espèces.

Dégustation organoleptique de tomates anciennes Dégustation organoleptique de tomates anciennes

Une dégustation organoquoi ???

"Organoleptique" signifie l'analyse du produit sous l'angle des sens (goût, toucher, odorat,...), au moyen d'une grille d'analyse plus ou moins complexe.

Durant la "Journée des Saveurs", les visiteurs étaient amenés à tester onze variétés de tomates, au travers des critères suivants :

Fermeté
Jus
Sucre
Acidité
Épaisseur épiderme
Arôme

Les goûteurs donnent ensuite une cote sur 10 avec leur appréciation globale de chaque tomate.

Dégustation organoleptique de tomates anciennes Dégustation organoleptique de tomates anciennes

Nos préférées :

Black Prince 8/10
Noire de Crimée 8/10
Verte Green Brandy 9/10
Aunt Ruby German Green 7/10

En savoir plus :

Le site de Luc Fichot reprenant des photos de toute sa collection
Le site du CTH avec la page consacrée à la collection de tomates Luc Fichot

vendredi 20 septembre 2013

Visite du potager de Hex (Limbourg)

C'est à l'occasion de sa Fête des Plantes Rares de septembre que nous avons découvert le fabuleux potager du château de Hex.

Potager du château de Hex

J'avoue que j'ai été sidérée par la taille, les couleurs, la variété des légumes et des fleurs... Je peux dire honnêtement que je ne connais pas de plus beau potager en Belgique. D'ailleurs, voyez vous-même :

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Outre le potager, la visite permet de découvrir le jardin à la française, des chambres de verdures, un jardin d'inspiration chinoise et un immense parc à l'anglaise.

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Potager du château de Hex Potager du château de Hex

Bref, contrairement aux autres "foires de jardinage", le jardin de Hex mérite à lui seul le prix de l'entrée (8 EUR, gratuit jusque 16 ans). Les stands des exposants sont le "bonus" pour le visiteur !

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

Potager du château de Hex

En pratique :

Le jardin est ouvert deux fois par an, le deuxième week-end de juin (avec les roses à l'honneur) et de septembre (où le potager est au plus beau). Sur demande, le jardin reçoit des groupes pour visites privées guidées. Contact : gardens@hex.be

lundi 16 septembre 2013

Agenda des fêtes des plantes en Belgique - automne 2013


Voici les principales fêtes des plantes organisées cet automne en Belgique.

6-7-8 septembre 2013

Salon Valériane à Namur

14-15 septembre 2013

Festival of Plants, Hex Gardens (Limbourg)

21-22 septembre 2013

Fête des Courges chez Pierre Lhoas à Ohey
Journées découvertes à L'Ortie-Culture à Stave (Mettet)
Jardins d'automne à Jehay (Amay)
Parcours Saveurs au Centre Technique Horticole (22/9 à Gembloux)

28-29 septembre 2013

Potager en Fête aux Jardins d'Annevoie (Dinant)
Plantes Rares et de Collection à La Feuillerie (Tournai)
Portes ouvertes à la Pépinière de la Thyle (Court-St-Etienne)

4-5-6 octobre 2013

Fêtes des plantes et du jardin à Aywiers

12-13 octobre 2013

Festival des Plantes à Beez (Namur)
Fête des Plantes à Beervelde (Lochristi)

11-20 octobre 2013

Festival du film Nature (Namur)

18-19-20 octobre 2013

Journée des Plantes à Courson (Paris)
Maraude au verger d'Haugimont (Gesves), le 20/10 de 10h à 18h.

dimanche 15 septembre 2013

Mes coups de coeur à Hex

Lorsque je visite une fête des plantes, j'aime particulièrement les exposants dont il émane la passion, l'amour de leurs produits et une volonté sincère de partager leurs connaissances avec le public.

Lors de ma visite au Festival des Plantes Rares de Hex, je n'ai pas été déçue. Voici mes 5 coups de coeur pour cette édition d'automne 2013 :

Vannerie traditionnelle par Michel Heusterspreute

Festival of Rare plants Hex

Michel est un passionné d'agronomie, qui en connait beaucoup, beaucoup sur les plantes et leurs usages anciens. Il nous montre la fabrication d'un banneton traditionnel, composé de torons de paille de seigle liés avec de l'éclisse de ronce (écorce tirée de longues tiges de ronce dont on a préalablement ôté les épines). Cette technique permet aussi de fabriquer des ruches.

Festival of Rare plants Hex Festival of Rare plants Hex

Nos deux petites sorcières, elles, ont préféré enfourcher un balais de genêt avec son manche en bois de noisetier.

Bulbes Peter C. Nijssen (NL)

Les Pays-Bas sont tout proches, et c'est un incroyable choix de bulbes que propose cette pépinière hollandaise, partant des tulipes les plus précoces, jusqu'aux bulbes de safran, en passant par les ails ornementaux géants. J'ai craqué !

Festival of Rare plants Hex Festival of Rare plants Hex

www.pc-nijssen.nl

Semis de fleurs Silène et plants à repiquer De Loods

Mon coup de coeur va à Silène pour son incroyable choix de fleurs, annuelles, vivaces, bisannuelles, prés fleuris,... Rien que pour les Amarantes, ils ont 6 sortes différentes.
J'ai également été ravie de trouver des plants de salade et de scarole à repiquer à la Boerderij De Loods, venue de Alost. Des plants "bio", pleins de santé, qui résistent (un peu) mieux aux limaces que ceux des jardineries traditionnelles et qui embelliront notre potager cet automne.

www.silene.be
www.boerserijdeloods.be

Festival of Rare plants Hex Festival of Rare plants Hex

Anciens outils Garden & Wood (UK)

Enfin, un coup de coeur tout spécial pour ce "brocanteur des outils", qui remet patiemment à neuf des outils trouvés sur des brocantes anglaises, pour leur donner une seconde vie. Moi qui aime les objets qui ont une âme, j'ai craqué pour une "garden fork" avec le manche déjà bien usé, qui me permettra de désherber délicatement mes carrés.

Hex est la seule foire en Belgique à laquelle participe "Garden & Wood", avis aux amateurs...

Festival of Rare plants Hex Festival of Rare plants Hex

Festival of Rare plants Hex Festival of Rare plants Hex

www.gardenandwood.co.uk

Sans oublier de mentionner de joyeuses retrouvailles avec Wallogreen et Promesses d'Ombre, mes coups de coeur à Beez l'an dernier.

La Fête des plantes rares se tient deux fois par an à Hex (en juin et en septembre). Les dates seront annoncées sur la page Facebook de notre potager.

vendredi 26 juillet 2013

Les Jardins de Coursiana (La Romieu)

Cet été, j'ai eu l'occasion de visiter les Jardins de Coursiana, situés au milieu des plantations de pruneau d'Agen, à deux pas de La Romieu dans le département du Gers (32).

Jardins de Coursiana

Ce jardin à l'Anglaise de 6 ha est géré avec passion et goût par la famille Delannoy.

Jardins de Coursiana Jardins de Coursiana

Il comprend un remarquable arboretum avec 700 essences d'arbres, dont les plus rares, un incroyable ensemble de parterres fleuris (magnifiques en cette fin-juillet), un potager, un verger très tentant et un jardin dédié aux plantes ayant des propriétés médicinales.

Jardins de Coursiana Jardins de Coursiana

Jardins de Coursiana Jardins de Coursiana

Jardins de Coursiana Jardins de Coursiana

Jardins de Coursiana Jardins de Coursiana

Quelques explications ponctuent le parcours, mettant en exergue des plantes méconnues ou exceptionnelles.

Jardins de Coursiana Jardins de Coursiana

La tour de l'église de La Romieu, qui domine le jardin, ajoute encore au charme du lieu.

Jardins de Coursiana

Pour en savir plus : http://www.jardinsdecoursiana.com/

mardi 25 juin 2013

L'école de Florine visite le potager

Ce 23 juin, vingt petits bouts de 5 ans ont découvert notre jardin sauvage.

L'école visite le potager

Au programme : dégustation d'herbes aromatiques, chasse aux escargots (les poules étaient ravies), observation des légumes (légumes-feuilles, légumes-racines, légumes-fruits et... fleurs comestibles, ce qui les a beaucoup étonnés).

L'école visite le potager L'école visite le potager

Après leur collation, les enfants ont pu repiquer une petite plante d'amaranthe : chacun est ainsi reparti fièrement avec son petit pot.

L'école visite le potager L'école visite le potager

A mon grand bonheur, Madame Anne, l'institutrice de Florine, a tout de suite réagi positivement lorsque, début-mai, je lui ai amené quelques semences "maison". Elle a acheté du terreau, trouvé des pots et fait un premier "bricolage" en proposant aux enfants de semer une graine de leur choix : tournesol, tagète ou potimarron.

L'école visite le potager

L'école visite le potager

Au cours du mois de mai, l'institutrice de 3ème maternelle a regorgé d'idées pour traiter le thème du potager : un très beau livre lu en classe ("Le secret du potager"), la fabrication d'une abeille géante,...

L'école visite le potager L'école visite le potager

Comme quoi, il suffit parfois de semer une toute petite graine pour faire germer de bonnes idées et, qui sait, peut-être une passion chez l'un de ces petits jardiniers en herbes !

Connaissez-vous d'autres initiatives pour faire découvrir le jardinage aux écoliers ? N'hésitez pas à les partager en commentant cet article ! Merci d'avance.

lundi 24 juin 2013

Quiche à l'égopode

L'égopode (Aegopodium podagraria) est une mauvaise herbe, pardon une indésirable, qui cause bien du tracas aux jardiniers. Nous l'appelons la "fausse angélique", non seulement par sa ressemblance avec l'angélique (feuilles sont divisées en trois folioles, elles-même divisées en trois) mais aussi parce que l'on ne s'en méfie jamais assez quand elle apparait au jardin.

Egopode et angélique

Tout ça, c'était avant de découvrir que l'égopode se mange, et donne même un très bon goût aux potages.

La recette ci-dessous provient des bénévoles du Jardin des Plantes de Pitet (Fallais).

Ingrédients :
- un rouleau de pâte feuilletée
- 150 gr de jeunes feuilles d'égopode (je mets toujours un peu plus, un saladier)
- 1 échalote
- 1 petit pot de yaourt (remplace la crème fraîche)
- 2 oeufs
- 1 fromage de chèvre frais
- ciboulette, persil
- sel, poivre, muscade

Egopode Quiche à l'égopode

Etaler la pâte.
Cuire les feuilles d'égopode hachées dans un peu d'huile avec les échalotes rissolées. Ajouter un peu d'eau si nécessaire.
Mélanger dans un pot : oeufs, yaourt ou crème, herbes hachées, égopode cuite. Assaisonner.

Garnir la pâte avec ce mélange. Recouvrir de rondelles de chèvre.
Cuire 40 minutes à four chaud (200 °C)

dimanche 23 juin 2013

Le "chicken mulch"

En permaculture, on essaie d'utiliser un maximum les ressources de son jardin pour pailler le sol de son potager. Le "chicken mulch" est une application simple et utile de cet écosystème.

Chicken mulch

Pour réussir un bon "chicken mulch", il vous faut :

- des poules dans un enclos
- des tontes de pelouse
- idéalement quelques jours sans pluie

Chicken mulch

Déposez l'herbe tondue en petit tas dans l'enclos des poules.

Chicken mulch

Laissez-les gratter, mélanger, fertiliser (je passe les détails...) et manger les petites bestioles ainsi que les graines, pendant environ une semaine. Lorsque le mélange est bien sec et couleur terre, ratissez et épandez en couche fine dans la permaculture. Renouvelez très régulièrement l'opération, surtout en été.

Chicken mulch Chicken mulch

Plus jamais vous ne jetterez vos tontes au parc à container, elles sont tellement plus utiles au jardin !

dimanche 26 mai 2013

Semences hybrides F1 : pourquoi les éviter

Même en étant adepte des semenciers bio (Kokopelli et Semailles principalement), j'avoue que je n'avais jamais fait très attention à cette petite mention "F1" très discrète sur certains sachets de graines du commerce.

Semences hybrides F1

F1 et jardinage spontané : incompatible

Un de mes grands bonheurs au jardin, c'est de laisser vivre aux légumes leur cycle complet : juste après le semis, j'observe les jeunes pousses pour apprendre à les reconnaître, je ne cueille pas tous les légumes à maturité (tant je les trouve beaux !), je les laisse monter en fleur (après l'hiver pour la plupart des légumes) et je laisse leurs graines se disperser dans la terre de la permaculture.

Au printemps suivant, soit 2 ans après le premier semis, vient la récompense : le légume s'est ressemé tout seul, au bon endroit, sans se soucier de la lune ou des Saints de Glace,...

Cette façon de jardiner, en harmonie avec ses plantes, n'est pas possible si l'on sème des hybrides F1.

Permaculture Semis naturels dans la permaculture

En effet, un hybride est issu du croisement de deux variétés différentes d'une même espèce. Seule la première génération (dite F1) va avoir les caractéristiques annoncées sur le paquet de graines.

Un exemple

Imaginos un épinard à grosses feuilles et à tige robuste obtenu en croisant :
- un épinard à grosse tige et petites feuilles
- un autre à grosses feuilles mais peu productif.

Si on récolte les graines de l'hybride ou qu'on les laisse simplement se ressemer, elles vont donner, dans la génération F2, des plantes aux caractéristiques variables : certaines identiques à la plante "mère", mais d'autres avec des caractéristiques des "grands-parents", pas toujours intéressantes pour le jardinier.

Dans notre exemple, on aurait 1/4 d'épinards à petites feuilles, 1/4 peu productif, et la moitié semblable aux parents.

Pour l'agriculteur, il n'est pas possible de récolter les graines issues d'hybrides F1 car la perte de rendement serait trop importante : au moins 25% des plantes de la génération F2 seront non conformes.

Par contre, les légumes hybrides sont souvent plus résistants, mieux calibrés, bref : idéaux pour une agriculture industrialisée et standardisée.

Donc il suffit de racheter des semences chaque année ?

C'est vrai que si on regarde juste le prix dérisoire d'un sachet de semences, on ne voit pas l'intérêt de conserver, de récolter et de partager ses graines.

Pourtant, les semences des espèces cultivées chez vous (récoltées sur les plus beaux spécimens) donneront des légumes mieux adaptés à votre sol et à votre climat. Et face aux pratiques des semenciers (semences stériles notamment), il est temps que les jardiniers fassent de petits gestes de résistance, pour protéger, reproduire et échanger les anciennes variétés potagères.

Bien choisir ses semences

C'est avec effroi que j'ai trouvé des panais, des tomates et du komatsuna "F1" dans mes semences. Mes panais allaient justement monter en graines, je les ai arrachés en grinçant des dents : on ne m'y reprendra plus !

Tomates cerise hybrides F1 Komatsuna de Baumaux, encore un hybride F1

Pour en savoir plus :

Vos meilleures recettes à base de rhubarbe

Tarte à la rhubarbe

Une publication de Nicolas dimanche dernier a suscité une avalanche de bonnes idées pour la préparation de ce légume (aussi étonnant que cela puisse paraître, la rhubarbe est un légume et non un fruit). Je les ai rassemblées ici pour ne pas les perdre.

Compotes et confitures :

Sylvie : compote rhubarbe cannelle servie avec un biscuit "petit beurre"

Brigitte : compote de rhubarbe, coulis de fraise avec une boule de glace à la vanille
Catherine : compote banane et rhubarbe
Dominique : confiture rhubarbe-gingembre (30g de gingembre frais rapé par kilo de rhubarbe)
Geneviève : confiture de rhubarbe sur feu de bois !!!

Tartes sucrées à la rhubarbe :

A peu près toutes les tartes se garnissent d'un mélange de cubes de rhubarbe, oeufs battus et crème fraiche.

Quelques variantes :

Marie-Louise : rhubarbe amandes http://www.odelices.com/recette/tarte-a-la-rhubarbe-et-amandes-r2651/
Aline : rhubarbe banane
Joëlle : rhubarbe canelle
Antinéa : rhubarbe myrtille http://cookbook.tokedh.net/?p=1032
Astrid : Alain Ducasse remplace la crème par du yaourt et ajoute du gingembre râpé, du sucre vanillé et de la poudre d'amandes

Rhubarbecompote de rhubarbe

Quelques trucs et astuces

Truc de Joëlle : utiliser une pâte à tarte levée pour être assez forte pour supporter l'eau de la rhubarbe à la cuisson
Truc de Brigitte : pour la rhubarbe ne perde pas trop d'eau sur le fond de tarte, cuire les morceaux dans l'eau sucrée quelque minute et laisser bien égouter
Truc de Patricia : rhubarbe coupée en petit dés avec le sucre mise à dégorger la veille.
Françoise : dans le fond sur la pâte je mets une couche de biscuits secs écrasés ma rhubarbe en petits cube, j'ajoute 3 œufs battus entiers avec un peu de crème fraiche et du sucre. Un régal !

Crumble :

La croute sablée du crumble se marie à merveille à l'acidité de la rhubarbe. On peut éventuellement y ajouter des pommes, et de la cannelle.

Pour la recette, mélanger 150 gr de farine de froment, 120 gr de sucre, puis incorporer 75 gr de beurre avec les doigts pour obtenir une pâte sableuse. Verser sur les cubes de rhubarbe (préalablement dégorgés dans du sucre). Cuire 25 minutes au four.

Crumble à la rhubarbe Crumble à la rhubarbe

Merci aux conseils de :
Nicole : crumble ....à la rhubarbe
Cécile : crumble pommes rhubarbe (et cannelle)
ZapHap : recette du crumble (en néerlandais) http://zaphap.blogspot.be/2013/05/rabarbercrumble.html

Tartes salées :

Marc : Rhubarbe, oignons, 1/2 chèvre, 1/2 Picoleur!
Autres recettes (boissons, vins,…) : http://www.vignes.be/rhubarbe.htm

lundi 13 mai 2013

Les légumes asiatiques : insolites et faciles à cultiver

J'avoue éprouver une grande curiosité lorsque je découvre des légumes au nom insolite ou inconnu. Alors quand je vois un sachet de graines intitulé mizuna, komatsuna ou amsoi, c'est plus fort que moi, je sème ! La plupart de ces légumes sont des légumes-feuilles, assez faciles à faire pousser.

Petit retour d'expérience et quelques déboires avec les légumes orientaux au potager :

Semis en pleine terre :

Mizuna (brassica rapa var. japonica) pousse très très bien. Note : c'est pratiquement le même légume que Namenia (brassica rapa), pousses de navettes, ou mesophylla (qui n'est pas asiatique !)

Mizuna Namenia

Semis sous abri, puis repiquer :

Komatsuna (brassica rapa peruirridis), sorte de chou à feuilles séparées
Kintsai ou céleri chinois --> semis raté :-(
Amsoi (brassica juncea, var. rugosa), moutarde verte chinoise également décrite comme chou, apparentée au pak-choi
Baselle (famille des basellacées), pas facile à faire germer

Komatsuna Semences de Komatsuna F1

Autres légumes asiatiques que je n'ai pas testés :

Pak-choi (brassica campestris var. chinensis)
Tah Tsai, chou rosette (brassica rapa, var. rosularis

Où se procurer les graines de légumes chinois ?

Semailles et Kokopelli ont un beau choix. C'est toutefois Everseeds qui a le mieux développé sa gamme de légumes asiatiques. Dans les jardineries, on trouve également les légumes orientaux de Sluis Garden.

dimanche 5 mai 2013

Comment trouver des morilles ?

Chaque année, entre mi-avril et début-mai, mon mari disparaît dans les bois, à la recherche de jolies demoiselles en forme d'éponge, de couleur blonde, brune ou noire.

Toast aux morilles

La chasse aux morilles est une grande tradition dans la famille. Mon papa en était tellement passionné qu'il a demandé comme dot, lors de nos fiançailles, que Nicolas lui ramène mon poids en morille (le pauvre, il devra encore arpenter les bois pendant de nombreuses années). Du côté de Nicolas et ses frères, la légende dit que le test de chaque fiancée était : "tu préfères qui, ta fiancée ou les morilles ?". Sans mentionner l'ignoble Oncle François qui, sous je ne sais quelle menace obscure, a fait signer à nos enfants un papier promettant de ne jamais manger de morilles. Heureusement, le papier maudit a été égaré !

Voici d'ailleurs le genre de concours auxquel tous les trois se livraient, en avril 2008.

Morilles Morillons
A gauche : morille record, trouvée en 2012. A droite : ne pas confondre morille et morillons. Ces derniers ont nettement moins de goût mais peuvent pousser (et se cuisiner) ensemble avec les "vraies" morilles.


Après cette longue introduction, vous vous dites "Ca y est ? elle va enfin nous les révéléer, ses places à morilles ???". Que nenni ! On ne donne pas ses places même à sa femme comme disait mon papa... à moins d'être sur son lit de mort !

Chasse aux morilles

Trouver une "place à morilles" requiert de maîtriser deux conditions : le bon endroit et le bon moment.

Pour le moment, surveillez les gens trop bavards sur leur blog ou leur page Facebook (je ne vise personne...). Si ils en trouvent dans votre région, il y a de fortes chances que "les vôtres" soient également sorties. Une période de douceur après une longue période de froid et un peu de pluie donne en général une bonne année. Après le 1er mai, il devient très difficile de repérer les morilles, car la végétation pousse dans les sous-bois et cache le sol.

Pour l'endroit, sachez que la morille est fidèle. Elle reviendra probablement chaque année là où vous l'avez trouvée, à moins que le terrain n'ai été profondément modifié par l'homme.

Bois à morilles

Voici quelques indices....
  • La morille pousse dans les sous-bois (noisetiers, frênes,...), de préférence à la lisière du bois
  • Elle aime les talus, les éboulis, les vieilles souches, les vieux feux et même les vieux journaux
  • La morille est un champion des sols calcaires. Si vous avez des carrières de calcaire ou de dolomie dans le coin, c'est un bon indice.
  • Vous pourrez également repérer le biotope propice aux plantes suivantes, qui y poussent.
Indicateurs d'un biotope propice aux morilles

Avez-vous vu ces fleurs dans les sous-bois ? Alors, soyez attentif aux morilles !
  • Doronic (j'ai un doute, là)
  • Parisette à quatre feuilles
  • Orchis maculata et/ou mascula (orchidée sauvage protégée)
  • Euphorbe
  • Anémone Sylvie
  • Sceau de Salomon
Mais pourquoi faire tant d'histoire autour d'un simple champignon de printemps ? Parce que c'est tout simplement un délice inimitable !

Toast aux morilles

Alors, si vous avez de la chance ou du flair... bon appétit !

Des recettes à base de pissenlits

Début-mai, les pissenlits colorent d'or les champs et les jardins. Plutôt que de pester sur ces "mauvaises herbes", découvrons leurs vertus, et surtout les bons petits plats à base de "l'or du pré", également appelé "dent de lion" à cause de la forme dentelée de ses feuilles.

Recettes à base de pissenlits

Quelques idées de recettes (de haut en bas sur la photo) : Cueillette des pétales de pissenlits Nettoyage des boutons de pissenlits

Pour la récolte, n'hésitez pas à solliciter toute la famille, notamment pour le nettoyage des boutons (il faut enlever la barbichette de feuilles) ou l'effeuillage des pétales (400 fleurs représentent à peine 300 grammes de pétales) !

samedi 4 mai 2013

Gelée de fleurs de pissenlits

Pour réaliser cette gelée de fleurs de pissenlits, j'ai suivi la recette de la cramaillote, ou miel de pissenlits, sur un blog dédié aux plantes sauvages.

Gelée de fleurs de pissenlits

La recette en quelques mots :
  • Pour la récolte, mettez toute la famille à contribution car 400 grammes de pétales (sans les parties vertes, au goût amer), cela représente deux saladiers pleins !
  • Je ne lave pas les pétales puisqu'ils vont cuire et qu'ils perdraient ainsi une partie de leur pollen, qui fait tout l'intérêt de cette recette
  • Laisser macérer quelques heures dans de l'eau (j'ai mis presque 2 litres pour tout recouvrir) avec 2 oranges et deux citrons non traités en morceaux (avec la peau)
  • Cuire 1/2 heure puis filtrer le jus
  • Mélanger 800 grammes de sucre pour 1 litre de jus et cuire à feu doux en remuant constamment
  • Après environ 20 minutes, on atteint le point de gélification. Verser dans des pots et couvrir.
Pour les débutants (comme moi), un petit conseil, faites la cuisson en deux fois, cela évitera les déboires tels que (c'est du vécu) :
  • la gelée dure comme du caramel sec, sans doute à cause d'un feu trop chaud (on peut juste s'en servir comme miel dans les tisanes, à condition d'avoir une cuillet solide !)
  • la gelée qui reste liquide (on peut la recuire)
Le goût est assez proche du miel (de pissenlits, ha ha) et il paraît que la gelée a des vertus contre les maladies des bronches.

jeudi 2 mai 2013

Petit tour matinal au potager en carrés

Après un hiver qui a duré trop longtemps, les premiers semis ont bien réussi au potager en carrés.

Potager en carrés au mois d'avril

Le secret ? Nous avons découvert un truc pour éloigner les limaces des semis : le marc de café, récolté tout l'hiver et mis à sécher, puis rémandu autour des jeunes plantules.

Marc de café contre les limaces Marc de café contre les limaces

Visiblement, nos baveuses n'aiment pas le café !

samedi 27 avril 2013

Variations culinaires autour de l'ail des ours

L'ail des ours est une des premières plantes sauvages de l'année. Il apprécie les sous-bois calcaires et se multiplie par repiquage, une fois qu'il a trouvé un biotope favorable. Chez nous, le petit sous-bois de noisetiers en est envahi.

Recettes à base d'ail des ours

Avec son fort goût d'ail, la feuille ne peut être confondue avec celle du muguet. Néanmoins, soyez prudents en cas de doute et ne consommez l'ail des ours qu'avant sa floraison (entre mi-avril et début-mai).

Voici quelques idées de recettes, testées et approuvées par toute la famille :
  • Beurre à l'ail des ours
  • Câpres de boutons de fleurs d'ail des ours (verser du vinaigre bouillant dans un pot avec les boutons, des grains de poivre, du gros sel, de la coriandre)
  • Conserve des feuilles hachées dans de l'huile d'olive (garder au frigo)
  • Toasts au chèvre frais et ail des ours ciselé, encore meilleurs combinés avec des tomates séchées.
Sur ce, bonne cueillette et bon appétit !

Cueillette d'ail des ours

jeudi 18 avril 2013

Avril : le bonheur des premiers semis

Plus encore que mai, avril est le mois des semis.

Sous la serre, dans des caissettes, nous préparons la belle saison avec les légumes et les fleurs qui seront repiqués au jardin dès la mi-mai, après les "Saints de Glace" et leurs redoutables gelées.

Premiers semis sous abri en avril

Quelques semis de légumes faciles à réussir en caissette :
  • Les courges, potirons et autres pâtissons
  • Les laitues pommées
  • La chicorée pain de sucre
  • Le maïs
  • Le persil plat et frisé
  • Le basilic (attendre qu'il fasse chaud)

Premiers semis sous abri en avril

Et du côté des fleurs à semer en avril (dans des pots ou des caissettes) :
  • Les tagètes
  • Les cosmos
  • Les lavatères
  • Les tournesols
  • Les ipomées, pois de senteur et haricots d'Espagne, dans des haut pots de carton "faits maison"
  • Le cléome spinosa (une de mes fleurs préférées)
  • L'amarante (pas facile de repiquer ses petites plantules, mais vous serez récompensés de vos efforts car c'est une fleur magnifique)
Premiers semis sous abri en avril Premiers semis en pleine terre en avril

En pleine terre, de préférence au potager en carré, plus chaud que la permaculture, je sème en avril :
  • des radis
  • de la laitue à couper
  • de la roquette
  • du cresson de jardin
  • des épinards
  • de la coriandre
  • du cerfeuil
  • également les carottes mais je les rate toujours
  • sans oublier les pois mais pas dans les carrés, trop secs (on peut les semer dès le mois de mars, mais ceux semés en avril les rattrapent en taille !)
C'est fou le bonheur que l'on ressent à chaque fois que les petites pousses sortent de terre !

Premiers semis en pleine terre en avril Premiers semis sous abri en avril

lundi 8 avril 2013

Nos poules déménagent !

A leur arrivée, en avril 2012, nous avons installé nos 3 poules dans un petit enclos (5m x 2,50m) au fond du jardin. Dans l'enclos, je n'ai pas pu m'empêcher de planter quelques fleurs (protégées par un grillage)...

Les poules déménagent

Quand j'ai vu la taille des tournesols et des cosmos... j'ai compris que les poules étaient un merveilleux moyen de préparer le sol avant d'installer un potager. J'ai donc décidé de déménager les poulettes pour leur "piquer" leur espace et y planter des potirons.

Les poules déménagent

Le seul "hic", c'est que les pauvres poulettes étaient toutes désorientées à l'autre bout du jardin. Le premier soir, elles voulaient absolument retourner dans leur enclos habituel, et ce n'est pas la présence du poulailler qui les a rassurées.

Les poules déménagent

Elles ont mis une semaine pour retrouver seules le chemin de leur nouveau terrain de jeux (nous avons donc dû les y maintenir enfermées, les pauvres qui aiment tant batifoler dans le jardin).

Les poules déménagent

Finalement, nous avons opté sur un compromis moins radical : déplacer légèrement l'ancien enclos, pour profiter d'une bande de terrain bien fertile. Les piquets de châtaigner sont très faciles à déplacer : en 2 heures, le nouvel enclos était prêt...

Les poules déménagent

...et les poules sont toutes heureuses de retrouver leurs habitudes, après un mois d'exil à l'autre bout du jardin !

Combien de poules pour nourrir une famille ?

Avec nos 3 poules, nous avons juste assez d'oeufs pour nourrir notre famille (5 personnes). Les poulettes avaient 6 mois lorsqu'elles sont arrivées, en avril 2012.

Georgette, Mignonette et Pipelette gardées par Florine

Trois semaines après leur installation, Georgette, la poule rousse (qui se révèle de loin la meilleure pondeuse), s'est mise à pondre, bientôt suivie des deux autres : Mignonette, la poule noire et Pipelette, le coucou de Malines, aux beaux oeufs marrons et pointus.

Récolter ses oeufs de poule, le bonheur

Toutes trois nous gratifient désormais d'un délicieux oeuf quotidien, mis à part quelques jours de pause par mois.

Trois poules en hiver Récolter ses oeufs de poule, le bonheur

Même durant l'hiver, les poules nous ont offert leurs bons oeufs, avec juste une pause pour Pipelette, le Coucou de Malines, qui a eu la mauvaise idée de muer juste avant les grands froids et qui a cessé de pondre pendant 2 mois, le temps de se refaire un plumage.

Récolter ses oeufs de poule, le bonheur

Georgette (la rousse) et Mignonette (la noire), quant à elles, ont pondu 6 jours sur 7 pendant tout l'hiver. On a même eu quelques réserves d'oeufs pour préparer des "cocognes" le jour de Pâques.

Trois poules en hiver Trois poules en hiver

Désormais, nous mettons les oeufs au menu deux fois par semaine. Une façon super écologique de remplacer la viande !

Trois poules en hiver

Nous avons également eu droit à quelques records : deux oeufs de près de 100 grammes, signés Georgette et Pipelette.

Trois poules en hiver Trois poules en hiver

Vous voulez connaître le secret de ces oeufs "d'autruche" ??? Eh bien, ils ont été pondus après que les poules ont passé la journée à se goinfrer de vers de terre, en liberté dans le jardin !

Trois poules en hiver

samedi 6 avril 2013

Hellébores, cadeau d'un printemps tardif

Ce printemps 2013 a été tellement glacial que toute la végétation est à l'arrêt.

Hellébores Hellébores

Toute ? Non, heureusement, les hellébores profitent du temps sec pour déployer leurs jolies corolles multicolores.

Hellébores

Hellébores

Hellébores

Hellébores

Notre collection a été plus belle, notamment en février 2008, mais on se console comme on peut !

vendredi 1 mars 2013

Un hiver avec nos poules

Dès le 2 décembre, nos poulettes ont découvert la neige. Nous avions tellement peur qu'elles aient froid que nous leur avons mis une bouillotte, la nuit, dans leur poulailler. En fait, les poules supportent très bien le froid, mais elles détestent mettre les pattes dans la neige.

Trois poules en hiver Trois poules en hiver

Tout l'hiver, les poules nous ont offert leurs bons oeufs, avec juste une pause pour Pipelette, le Coucou de Malines, qui a eu la mauvaise idée de muer juste avant les grands froids et qui a cessé de pondre pendant 2 mois, le temps de se refaire un plumage.

Trois poules en hiver Trois poules en hiver

Dès que la neige a fondu, nous ouvrons les portes de l'enclos et laissons nos poules se promener en liberté. Elles sont si heureuses de gratter, de grignoter, de se rouler dans la poussière,...

Trois poules en hiver

Un gros investissement en treillage a été nécessaire pour protéger les zones sensibles (permaculture, massifs, potager en carré) mais je suis certaine que les limaces ne seront pas trop nombreuses cette année, ce qui compensera les éventuels dommages collatéraux.

Trois poules en hiver Les poules jardinent

Nous attendons maintenant le retour des beaux jours pour pouvoir "travailler" avec elles au potager !

samedi 26 janvier 2013

Trois bouillottes au banc d'essai

Ces journées de grand froid vous incitent à rester au coin du feu, sous la couette, sous la couverture ? Plutôt que de monter le chauffage, couvrez-vous bien et découvrez les bienfaits de la bonne vieille bouillotte !

Nous en avons testé 3 pour vous (de gauche à droite) :
  • La bouillotte en noyaux de cerise
  • La bouteille de Bols, en grès
  • La bouillotte en caoutchouc
Bouillottes au banc d'essai

Les bouillottes en grès et en caoutchouc se remplissent d'eau chaude (JAMAIS d'eau bouillante dans la bouillotte en caoutchouc, gros risques de brûlures graves). L'avantage de ces deux bouillottes est qu'elles gardent la chaleur très longtemps, même toute la nuit sous la couette. Personnellement, j'avais une bouteille de Bols dans mon lit, enfilée dans une grosse chaussette, jusqu'à ce que je découvre une réédition de la bouillotte en caoutchouc entourée d'un doux tissus en polar.

L'avantage de la bouteille en grès est qu'elle se lave très facilement. Par nuit de grand gel, nous l'installons dans le poulailler pour réchauffer nos poules !

Bouillotte en caoutchouc Bouillotte en bouteille de Bols

La bouillotte en noyaux de cerises se réchauffe 3 minutes au four à micro-ondes. Elle se refroidit en moins d'une heure et finit par brûler, ce qui entraîne la perte des noyaux. Et "cerise sur le gâteau", tous les modèles en tissu ne se lavent pas (il faut un velcro pour retirer les noyaux car pas question de les mettre à la machine à laver !).

Bouillotte à noyaux de cerises

Redécouvrez donc les bonnes vieilles bouillottes de nos grands-mères et profitez-en pour baisser le chauffage de quelques degrés !

dimanche 9 décembre 2012

Graines germées, mode d'emploi

En hiver, une des choses qui manquent le plus au jardinier, c'est le bonheur de voir pousser les graines qu'il a semées...

Graines germées

Pourtant, plusieurs cultures peuvent se pratiquer quand tout est gelé dehors : les chicons (endives), les champignons et... les graines germées. Tout l'hiver, ces petites pousses gonflées de bons nutriments agrémenteront vos salades, potages ou autres tartines...

La méthode de culture des graines germées est assez simple :

- tremper les graines entre 4h et 24h selon les espèces
- laisser germer 2 jours à la pénombre (notre cuisine étant sombre, surtout en hiver, je ne l'ai pas fait) en rinçant minimum 2x par jour
- laisser pousser jusqu'à la taille souhaitée en rinçant minimum 2x par jour à l'eau fraîche.

Graines germées Graines germées

Il faut 4 à 5 jours seulement pour une délicieuse récolte de luzerne. La moutarde, par contre, a mis près de 10 jours avant d'être consommable.

Quel germoir choisir ?

Le germoir en plastique coûte cher (presque 20 EUR), il se casse la pipe à chaque arrosage, et les graines passent à travers des trous.

J'ai essayé de simples bocaux de récupération, avec une toile genre moustiquaire bien fixée à la place du couvercle. Beaucoup plus simple et économique :
- trempage et pousse dans le même bocal
- plus simple de bien rincer toutes les graines
- j'ai l'impression que les graines germent mieux et poussent plus vite.

Graines germées Graines germées

Les espèces que j'ai essayées :

- cressonnette
- moutarde
- luzerne (alflafa)
et un mélange "salade folle" de la marque Lima.

Je dois reconnaître que les semences sélectionnées par Lima "pour germoir" donnent de bien meilleurs résultats que les graines potagères classiques.

Graines germées

Quelques conseils reçus sur la page Facebook :

- Il faut essayer les germes de chou rouge, c'est délicieux. Pour les sandwiches crudités c'est le top (Patricia)
- Quand j'ai commencé à faire germer des graines, je me suis acheté la cruche BRITA. On m'avait conseillé l'eau filtrée pour une meilleure qualité de germes (Patricia)
- Mettre les graines à l'abri de la lumière les premiers jours seulement pour recréer une ambiance de germination proche du naturel (Thérèse)

lundi 26 novembre 2012

Rizotto au chou pointu

Voici une recette délicieuse et très facile pour accommoder le chou blanc (pointu ou rond) en un grand plat familial dont tout le monde se régale : le rizotto au chou blanc.

Rizotto au chou pointu

La recette :

  • Dans une bonne cocotte en fonte, faire revenir deux échalotes dans un peu d'huile
  • Ajouter 350 gr de viande hachée (proc et boeuf) et une petite boite de lardons (si il manque un des deux ingrédients, ce n'est pas grave)
  • Ajouter des herbes aromatiques du jardin : thym, sauge, laurier
  • Bien émietter la viande en tournant jusqu'à ce qu'elle soit cuite
Rizotto au chou pointu Rizotto au chou pointu
  • Ajouter 100 gr de riz (de préférence pour rizotto mais sinon riz basmati ou thaï) et deux verres d'eau, tourner
  • Ajouter un demi chou coupé en lamelles (ça déborde presque mais ça va réduire !)
  • On peut aussi ajouter une carotte en petits cubes pour la couleur
  • Ajouter un cube de bouillon de légumes et du poivre
  • Laisser mijoter à feu doux 20 minutes ou plus
Rizotto au chou pointu Rizotto au chou pointu

Rien que de regarder la photo, j'en ai l'eau à la bouche !

Rizotto au chou pointu

dimanche 25 novembre 2012

J'aime pas les topinambours !

Bon, je dois vous faire un aveu... Même si j'ai publié une recette élogieuse sur ce tubercule oublié, même si j'apprécie sa résistance à la sécheresse, je n'aime pas, mais alors pas du tout les topinambours ! Je n'aime pas l'odeur, je n'aime pas la couleur, j'ai des crampes d'estomac...

Topinambours

Certes, on m'a donné plein de trucs pour rendre les topinambours plus digestes :
  • Ne pas les consommer trop frais
  • Les manger crus (râpés par exemple)
  • Les cuire longtemps
  • Ajouter à l'eau de cuisson :
    • Du bicarbonate de soude
    • Des clous de girofle
    • Des pommes de terre
    • De la sauge
  • Ajouter de la sauge et des pommes de terre à la recette
  • Utiliser des huiles essentielles de gingembre et cardamome pour faciliter la digestion
La couleur de l'eau de cuisson (avec bicarbonate et clous de girofles) est un peu inquiétante...

Topinambours

L'épluchage est archi-pénible, qu'on les pèle crus avant la cuisson ou cuits (et si ils sont trop cuits, c'est carrément la galère).

Topinambours Topinambours

Et en plus, j'ai découvert que le topinambour est une plante invasive. Et de fait, ils prennent de plus en plus de place au potager, envahissant mes carrés et ne fleurissant même pas (ou alors très très tard dans la saison)

Topinambours Topinambours

C'est donc décidé, l'an prochain, bye bye les topinambours. On essaiera d'autres légumes racines, comme les ocas du Pérou, les crosnes du Japon... Comme dit Nicolas, si on les a oubliés, ces légumes, ce n'est pas par hasard ;-)

Soupe de cresson de jardin

Cresson de jardin

Voici la recette de la soupe de cresson que j'ai réalisée dans le cadre de mon défi "cinq menus aux légumes de novembre".
  • Faire revenir des échalotes dans une casserole à fond épais
  • Y jeter le cresson bien nettoyé, 3 ou 4 pommes de terre en dés et quelques restes de légumes verts si vous en avez (éviter le céleri au goût trop fort). Exemple : courge, 1/4 de chou, fanes de radis, salade,...
  • Ajouter un cube de viande et laisser cuire
  • Mixer et servir avec une "cloutch" de crème fraîche.

Cresson de jardin Soupe de cresson de jardin

Attention, si le cresson est un peu vieux, quelques risques de fils avec les grosses tiges. Sinon c'est un délice.

Bettes au gratin

La bette, ou blette, voilà un bon légume, résistant à la sécheresse, encore abondant en automne. Ses cardes se déclinent en diverses couleurs : blanches (les plus résistantes au gel), jaunes, roses, rouges, oranges,...

Recette de bettes au gratin

Ma recette préférée : les bettes au gratin

Recette de bettes au gratin Recette de bettes au gratin

Comment faire ? C'est un jeu d'enfant !

  • Dans une grande casserole d'eau salée, cuire d'abord les cardes, puis ajouter les feuilles grossièrement ciselées
  • Bien égoutter
  • Disposer dans un plat à gratin et ajouter des cubes de jambon
  • Préparer une sauce béchamel (beurre, puis farine, puis ajouter le lait en tournant bien, sel, poivre, muscade)
  • Napper les bettes de sauce et terminer par une généreuse couche de fromage rapé.
  • Faire gratiner et servir :-)


Recette de bettes au gratin

Cinq menus aux légumes de novembre

En cette semaine de novembre, je me suis lancé un petit défi : trouver dans mon potager de quoi préparer, chaque jour, un plat nourrissant pour ma petite famille (5 personnes).

Légumes de novembre

Défi (presque) réussi, avec l'aide de nos poules (OK, les oeufs ne sont pas des légumes, mais ils viennent aussi... du jardin !)

Jour 1 : potage de cresson et omelette aux herbes

Légumes de novembre
Légumes de novembre

Jour 2 : bettes au gratin

Légumes de novembre

Jour 3 : crosnes sautées en apéro et topinambours rissolés

Légumes de novembre

Jour 4 : grande salade fraîche et oeufs à la coque

Légumes de novembre

Dans la salade, on trouve : ciboule, feuille de chêne, cresson de jardin, mini-roquette semée en septembre, cresson aliénois et coriandre. Un régal !!!

Jour 5 : rizotto de chicorée pain de sucre

Rizotto de chicorée pain de sucre

La recette du rizotto à la chicorée pain de sucre provient de l'excellent blog "La cuisine à quatre mains" que je vous recommande.

Les autres recettes se trouvent sur ce blog (suivez les liens).

Autres recettes de novembre :

dimanche 18 novembre 2012

Un maraîcher pas comme les autres à Namur

Si vous êtes un fidèle du marché du samedi matin à Namur, vous avez certainement remarqué cet étal tenu par un couple adorable, qui vend de délicieux légumes bio à des prix plus que raisonnables.

Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur

Ingénieur agronome, François Dereppe s'est lancé dans le maraîchage biologique voici plusieurs années.

Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur

Son terrain, situé entre les maisons du quartier résidentiel de Saint-Servais (Namur), il le connait, le nettoie, l'enrichit, sans jamais recourir à la chimie.

Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur

J'ai été vraiment impressionnée de voir tout ce que le jardin offrait encore comme légumes à la mi-novembre : cerfeuil, épinards, mâche, coriandre, poireaux, ciboule, navets, céleri rave, roquette, bettes,...

Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur

Chaque année, ce maraîcher pas comme les autres apprend de ses expériences et de ses légumes : à quelle date semer, comment lutter contre les indésirables, comment éviter les maladies,... Et les résultats sont saisissants !

Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur

Le jardin se visite parfois avec des associations. Vous pouvez également vous y rendre le vendredi après-midi pour acheter vos légumes directement à la ferme (attention, fermeture de novembre à mai).

Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur

Monsieur et Madame Dereppe étant très discrets, je ne mentionne pas leurs coordonnées sur ce site mais vous pouvez me la demander (en commentaire ou via les réseaux sociaux) ou leur rendre visite sur le marché à Namur.

Maraîcher Dereppe à Saint Servais, Namur

lundi 5 novembre 2012

Attention, plantes invasives !

Qu'est-ce qu'une plante invasive ? Il s'agit d'une espèce exotique introduite il y a moins de 500 ans dans nos contrées, et qui s'y développe à tel point qu'elle menace les espèces locales, la biodiversité et même l'écosystème tout entier.

Balsamine de l'Himalaya
Balsamine de l'Himalaya (liste noire)

Lors du dernier Festival des Plantes à Beez, nous avons rencontré Catherine Mathys, de l'association AlterIAS, qui sonne l'alarme contre les plantes invasives dans nos jardins.

La liste des plantes invasives élaborée par la Plateforme Biodiversité comprend une soixantaine d'espèces, classées en liste noire (statut A) ou liste grise (statut B) selon leur danger (avéré ou à surveiller) pour la Nature et en particulier pour les écosystèmes sensibles ou rares (pelouses calcicoles, zones humides, berges de rivières,...).

Dans la liste noire, les invasives les plus connues sont la berce du Caucase, la renouée du Japon, la balsamine de l'Himalaya. La liste noire inclut aussi certaines plantes d'aquarium qui envahissent un étang en quelques années : myriophyllum, élodée, lentille d'eau,... Et des espèces potagères comme... les topinambours !

Quelques exemples de dégâts causés par les invasives :

- Le rosier rugueux envahit les dunes littorales et détruit cet écosystème fragile
- La balsamine de l'Himalaya a déjà envahi 56% des berges des rivières en Tchéquie et menace toute d'Europe d'ici-2025
- La Renouée du Japon pose de vrais problèmes dans presque toute l'Europe, j'en ai hélas vu énormément dans les talus et les déblais en parcourant les sentiers vers Compostelle à travers la France

Solidage ou verge d'or Renouée du Japon
Solidage, ou verge d'or (liste noire) et renouée du Japon (liste noire)

Le hic, c'est que, malgré leur nocivité pour la biodiversité, certaines plantes sont encore commercialisées dans des pépinières, magasins d'aquariophilie et grainetiers (rosier rugueux, arbre à papillon, aster novi belgii, lupin vivace, ...).

Arbre à papillons ou budleia Aster Nova Belgii
Arbre à papillons ou budleia (liste grise) et aster Nova Belgii (liste grise)

Topinambour Topinambour
Topinambour (liste noire)

Comment agir concrètement ?

1. Essayez de bien connaître la liste des plantes invasives disponible sur www.alterias.be
2. Évitez de les planter, de les échanger, de les acheter
3. Remplacez-les par des plantes locales favorables à la biodiversité (plein d'idées sont proposées par AlterIAS)
4. Ne jetez jamais vos déchets verts dans la nature et faites très attention aux terres de remblai (contenant des graines ou des fragments de rhizomes)
5. Sensibilisez votre entourage et les pépiniéristes qui vendraient encore certaines de ces plantes.

Pour marquer votre engagement, vous pouvez également signer le Code de conduite sur les invasives. Plus il y aura de personnes adhérant au Code de conduite, plus AlterIAS en prouvera l'importance, entre autre vis-à-vis des professionnels de l'horticulture.

La rencontre avec AlterIAS a été pour moi un véritable électrochoc. En effet, la plupart des photos illustrant cet article (sauf la renouée, ouf !) ont été prises... dans mon jardin. J'ai pris conscience du danger de ces plantes pour les écosystèmes et décidé fermement de toutes les éradiquer de chez moi (avec des moyens naturels, bien entendu !).

samedi 20 octobre 2012

Le GAC, une autre façon de faire ses courses du samedi

Faire ses courses du samedi matin à deux pas de chez soi, en sirotant un café et en papotant avec des gens sympa dans l'atelier d'un sculpteur ? C'est ce que propose le groupement d'achats communs (GAC) de mon village. Franchement, entre ce moment de détente et le stress d'un supermarché bondé, il n'y a pas photo...

Groupement d'achats communs à Fernelmont Groupement d'achats communs à Fernelmont

Depuis mon premier panier bio, il y a juste un an, le GAC s'est bien développé. Aujourd'hui, il propose, en plus des fruits et légumes, du pain, des fromages, des produits d'entretien, du café, du thé, de la confiture et, à certaines dates, de la volaille, de la viande, de l'huile d'olive, des semences,...

Le principe
  • Le GAC est ouvert à tous moyennant une cotisation annuelle modique (quelques euros)
  • Le GAC a sélectionné une série de producteurs locaux, si possible bio ou pratiquant une agriculture raisonnée
  • Chacun passe sa commande par Internet, selon ses besoins, au plus tard le lundi qui précède la livraison
  • La commande est prête le samedi entre 10h30 et 12h30 au local du GAC
  • Des bénévoles assurent le service (préparation des commandes, paiement,...)
Groupement d'achats communs à Fernelmont Groupement d'achats communs à Fernelmont

Groupement d'achats communs à Fernelmont Groupement d'achats communs à Fernelmont

Les avantages pour le consommateur
  • Des tarifs intéressants grâce aux commandes groupées
  • La découverte de légumes insolites et de nouvelles recettes
  • Mieux que la traçabilité, le GAC permet un contact quasi direct entre l'agriculteur et le consommateur
Groupement d'achats communs à Fernelmont

Les avantages pour la collectivité
  • L'emballage et le transport sont réduits au minimum
  • Pas de gaspillage (100% des fruits et légumes produits arrivent au consommateur)
  • Un juste prix pour le travail des agriculteurs
Si le concept se développe, il permettra le maintien dans nos pays d’une agriculture durable, à échelle humaine, proposant des produits de qualité.

Les groupements d'achat commun (GAC) ou solidaires (GAS) se développent de plus en plus en Belgique. En France, on rencontre les AMAP (Associations pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne).

Les GAC sont des mouvements citoyens, bénévoles et apolitiques (même si on y rencontre sans surprise une grande proportion d'électeurs verts). En savoir plus :

vendredi 19 octobre 2012

Mes coups de cœur à Beez

A quoi reconnait-on les vrais passionnés de jardinage ? Ce sont ces centaines de visiteurs qui n'ont pas craint de braver la "drache nationale", munis de leurs bottes et de leur chapeau, pour découvrir les nouveautés du Festival des Plantes à Beez. Pour tout vous avouer, j'ai attendu le dimanche, plus sec, pour y faire quelques folies.

Promesses d'Ombres au Festival des Plantes à Beez Green it Yourself au Festival des Plantes à Beez

Voici mes 3 coups de cœur pour cette édition d'automne 2012 :

Wallogreen

Quelle découverte que ce stand avec de bonnes variétés de fraisiers, mais surtout une foule de semences de légumes oubliés ou inconnus, comme le maceron (smyrnium olusatrum), un prédécesseur du céleri, ou la coriandre à feuilles d'aneth. Sans compter une incroyable collection de tomates. Le clou du spectacle, pardon du stand : Hablitzia tamnoides, une plante originaire de Sibérie, comestible à l'état jeune (pousses et feuilles), et qui peut atteindre des proportions étonnantes. Snif, tous les plants ont été vendus aux courageux du samedi (j'espère que vous en diviserez pour le printemps...).

Wallogreen au Festival des Plantes à Beez Wallogreen au Festival des Plantes à Beez

Easy Garden

Les sympathiques marchands de "Easy Garden" ont découvert un outil originaire de Nouvelle-Zélande (ou d'Australie ?) permettant de ramasser les balles de golf sans se baisser.

Cet instrument (une sphère composée de rayons de vélos qui tourne au bout d'un manche) se convertit en un astucieux ramasse noix et pommes. Un petit modèle est également adapté aux noisettes, glands, faines,... Pour vider le "ramasse-noix", il suffit de fixer une grosse dent sur un panier. La dent écarte les rayons et les fruits tombent dans le récipient, toujours sans se baisser.

Le prix (80 EUR) est vite amorti pour les grands jardins et vergers. Mais pas de chance pour cette année, il y a très peu de fruits dans les jardins. Revenez l'automne prochain !

Easy Garden au Festival des Plantes à Beez Easy Garden au Festival des Plantes à Beez

Adavalue

Les "fabricants" de coccinelles pourraient susciter la méfiance après les ravages causés par coccinelles asiatiques sur nos petites "bêtes à Bon Dieu" autochtones. Adavalue l'a bien compris et propose des kits d'élevage et des larves de coccinelles indigènes à deux points (adalia bipunctata). A essayer avec les enfants, puis à déployer au jardin.

Le saviez-vous ? Les larves des coccinelles consomment beaucoup plus de pucerons que les coccinelles adultes. Seul regret, ce n'est pas la bonne saison pour élever ces petites bêtes. Il faudra revenir au printemps !

Adavalue au Festival des Plantes à Beez

Et tous les autres exposants...

Notons aussi les adorables pépiniéristes de "Promesses d'Ombres", les jeunes fondateurs de l'entreprise "Green it Yourself" et bien sûr les Semences de Kokopelli, dont le combat pour la sauvegarde des anciennes variétés de légumes est aussi remarquable que difficile. Ce sont mes chouchous depuis... que je jardine !

jeudi 18 octobre 2012

Sachets de graines en pliage

J'essaie de plus en plus de récolter mes propres semences à l'automne.

Pliage de sachet de graines

D'abord pour avoir des graines "fraîches" chaque année, qui ont une meilleure germination, mais aussi pour partager mes semences.

Après les sachets de graines très artistiques réalisés par les enfants l'an dernier, voici un système beaucoup plus simple, rapide, sans colle ni papier collant.

Le pliage se réalise au départ d'une feuille A4, de préférence blanche sur une face pour noter le nom de la plante.

Pliage de sachet de graines Pliage de sachet de graines

Couper un carré dans la feuille A4 en la pliant en diagonale. Plier un des angles aux 2/3 de la base.

Pliage de sachet de graines Pliage de sachet de graines

Plier l'autre angle en le superposant exactement au premier. Glisser un des coins dans la fente du second.

Pliage de sachet de graines Pliage de sachet de graines

Plier la partie carrée du sachet en deux vers le haut. Replier le triangle qui formera le "couvercle". Marquer les plis.

Pliage de sachet de graines Pliage de sachet de graines

Déplier à nouveau le sachet pour introduire les graines, puis le refermer en glissant les deux pattes triangulaires dans la fente.

Votre sachet est parfaitement étanche et prêt à passer l'hiver !

lundi 1 octobre 2012

Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) en pratique

Bois Raméal Fragmenté

Nous avons une longue et haute haie de hêtre et de charme que nous taillons le plus tard possible dans la saison. Au lieu de nous débarrasser des branches, nous recyclons au potager un des meilleurs mulch que la Nature nous met à disposition : le BRF (abréviation un peu barbare pour "Bois Raméal Fragmenté).

Comment fabriquer du BRF ?

Utilisez du bois feuillu, et des branches (avec feuilles vertes) de maximum 2 à 3 cm de diamètre. Vous pouvez bien entendu louer ou emprunter le broyeur du voisin, mais une vieille tondeuse fait bravement le même travail, un peu d'huile de bras en plus...

Bois Raméal Fragmenté Bois Raméal Fragmenté

Attention, le Bois Raméal Frangmenté ne se conserve pas en tas, il composte très rapidement. Si votre parcelle de potager n'est pas prête à recevoir le BRF, conservez les branches entières, sous une bâche (pour éviter qu'elles ne se dessechent), et broyez-les juste avant l'épandage.

Bois Raméal Fragmenté

Où épandre le BRF ?

Le Bois Raméal Fragmenté est un couvre-sol idéal pour le potager, les buttes de permaculture, les massifs de vivaces, pour protéger des plantes gélives,... N'hésitez pas à y aller généreusement : j'épands une couche de 5 à 10 cm d'épaisseur, en veillant à ne pas laisser le moindre coin de terre à nu.

Bois Raméal Fragmenté Bois Raméal Fragmenté

Evitez juste de lâcher les poules dans les parcelles couvertes de BRF, elles seront folles de joie mais vos légumes subiront quelques dommages colatéraux !

A quelle saison épandre le BRF ?

Le bois broyé s'épand au début de l'automne. Il a ainsi le temps de se décomposer durant l'hiver tout en évitant de priver les légumes d'azote (le BRF consomme de l'azote en se décomposant). Au printemps, vous découvrirez un sol plein d'humus, consciencieusement labouré par les vers de terre et prêt à planter.

Pour les autres saisons, il existe d'autres couvre-sols.

Peut-on semer sous du BRF ?

Longtemps, j'ai pensé que si le sol était couvert, les semis (spontanés ou assistés) ne pourraient pas s'y développer.

Bois Raméal Fragmenté

C'est avec grande surprise que j'ai constaté que la moutarde (engrais vert) poussait très bien à travers le BRF. Idem pour les semis spontanés d'épinards et de bettes. Une règle (à vérifier) semble être que les "grosses" semences (où commence gros et petit ?) poussent dans problème à travers le mulch.

Bois Raméal Fragmenté Bois Raméal Fragmenté

Deux articles pour aller plus loin :

Crosnes du Japon poêlées

Crosnes du Japon poêlées

Surprise dans un vieux seau de terreau abandonné dans un coin du jardin : des crosnes du Japon y avaient élu domicile depuis l'hiver dernier. Les prenant pour du simple lamier (fausse ortie), j'ai vidé sans ménagement le seau dans un parterre et... j'ai découvert cette sympathique récolte, idéale pour une entrée originale.

Crosnes du Japon poêlées Crosnes du Japon poêlées

La préparation des crosnes est des plus simples : les laver à l'eau claire avec une petite brosse et puis les jeter dans la poêle, avec du beurre ou de l'huile.

Crosnes du Japon poêlées Crosnes du Japon poêlées

Après 5 minutes, ajouter une gousse d'ail finement hachée et des herbes du jardin : persil plat, persil frisé, ciboule,... Poivrer et saler abondamment, et servir immédiatement sur des assiettes de dégustation. Un régal !

mardi 25 septembre 2012

Portes ouvertes d'automne à l'Ortie-Culture

Si vous fréquentez les bonnes fêtes des plantes ou le salon Valériane, vous y avez certainement aperçu Marie et Pascal, avec leur collection de graminées, vivaces et légumes exceptionnels.

Ortie Culture

Pourquoi alors se rendre à Stave, dans leur pépinière ? Tout simplement parce que ce n'est pas une pépinière : c'est juste... le paradis !

Ortie Culture Ortie Culture

Ortie Culture

Le site du Fourneau de Vaulx est un adorable hameau, avec des maisons de pierres aux volets bleus, des ruches et une yourte, le tout entouré d'un ruisseau, affluent de la Molignée.

Ortie Culture Ortie Culture

Ortie Culture

Tout autour des habitations, c'est une succession de jardins plus beaux les uns que les autres.

Ortie Culture Ortie Culture

Ortie Culture Ortie Culture

Ortie Culture Ortie Culture

Commençons par le potager fleuri près de la maison. De petits sentiers ondulent entre les parcelles de légumes ou d'engrais vert.

Ortie Culture Ortie Culture

Les framboises, les aromatiques et les fleurs se mélangent avec talent (celui de la nature et de la jardinière !) avec les légumes qui poussent ici avec bonheur.

Ortie Culture Ortie Culture

Vous passerez également par le jardin des légumes des Andes (les oxalys de Pascal feront fureur le printemps prochain).

Ortie Culture Ortie Culture

Derrière une haie, la vieille serre en fer forgé est un décor de théâtre où les bottes et les outils semblent attendre le jardinier, en papotant avec les tomates. Parlons-en des tomates ! De l'autre côté du jardin, une serre tunnel en abrite près de 200 variétés différentes !

Ortie Culture Ortie Culture

Sans parler des courges, des piments, des plantes condimentaires...

Ortie Culture Ortie Culture

Dans la parcelle en pente située entre la maison et les serres de la pépinière, vous évoluez entre les graminées, les vivaces, les choux, les aromatiques, les annuelles qui se sont ressemées toutes seules, les légumes vivaces, les arbustes aux couleurs de feu,...

Ortie Culture

Ortie Culture Ortie Culture

Ortie Culture Ortie Culture

Ortie Culture Ortie Culture

On en a "plein les yeux", à tel point que l'on ne sait plus où regarder !

Ortie Culture

Terminer par la pépinière est un peu dangereux pour vos finances mais si vous recherchez des légumes vivaces ou insolites, vous serez au comble du bonheur.

Ortie Culture

La pépinière est ouverte en semaine mais je vous recommande de surveiller l'agenda sur leur site pour les journées de découverte (potager, graminées,...) : http://www.ortie-culture.be

jeudi 20 septembre 2012

Des nouvelles de nos poules

Cela fait 5 mois que nous avons adopté Georgette, Mignonette et Pipelette, trois poulettes bien sympathiques qui font désormais partie intégrante de notre jardin.

Poules en liberté dans le jardin

Trois semaines pile plume après son arrivée, Georgette pondait son premier oeuf, bientôt suivie de ses consoeurs. Toutes trois nous gratifient désormais d'un délicieux oeuf quotidien, mis à part quelques jours de pause par mois.

Oeufs récoltés au poulailler Poules sur le toit du poulailler

Les poules sont également de précieuses alliées dans la lutte contre les limaces. Mignonette est une vraie arme de destruction massive lorsque je la lâche (sous surveillance) dans la permaculture. Bon à savoir : tant qu'il y a des limaces à picorer, elle ne touche pas à la salade ! Je protège toutefois les jeunes plants avec des bouteilles, des pots de fleurs,... sans oublier de mettre un seau sur la chenille de machaon !

Poules en liberté dans le jardin Poules en liberté dans le potager

Notre plus grande joie est d'ouvrir l'enclos et de laisser les poules vagabonder partout dans le jardin. Les haies, le compost et les parterres sont passés au crible mais les vivaces tiennent bien le coup. Nous espérons qu'elles retournent seules dans leur poulailler, mais ce n'est pas encore arrivé.

Ca pousse bien au poulailler Ca pousse bien au poulailler

Nous avons été très impressionnés par la taille des tournesols plantés dans l'enclos. Les poules enrichissent visiblement le terrain. A chaque nettoyage du poulailler (chaque semaine), je ne me prive pas d'épandre la sciure sur les planches de permaculture.

Fumier de poule en permaculture

Nous comptons d'ailleurs déplacer le poulailler tous les 6 mois afin de fertiliser de nouvelles zones du jardin, qui seront ensuite converties en potager ou en massif de fleur... cultivés en permaculture, bien sûr !

Poules en liberté dans le jardin

Sans oublier le bonheur tout simple de rendre visite à ses poules, de leur parler, de les regarder vivre, tout simplement... En bref, adoptez des poulettes, c'est chouette !

Des légumes sans arrosage ?

Chaque année, c'est pareil : on se lance dans les semis en avril et mai, tout pousse bien en juin et puis on part en vacances. Au retour, c'est la désolation au potager :
- des salades de 80 cm de hauteur
- des haricots desséchés sur leur tige
- des courges rabougries qui font pitié
- des endroits où il n'y a strictement plus rien (on retrouve juste l'étiquette du semis...)
- j'en passe, et des pires (et je ne vous montre pas les photos !)...

Si vous avez une résidence secondaire, vous hésitez peut-être à installer un potager, de peur que les légumes ne dépérissent en votre absence.

Pourtant, certains légumes peuvent résister à un été sans arrosage, du moins au nord de la Loire, où les températures restent dans les 20° C et où les périodes de sécheresse dépassent rarement 15 jours consécutifs.

Pour ma part, le Chemin de Compostelle m'attire irrésistiblement chaque été, au point que j'abandonne lâchement le potager durant deux mois ! Je sais, c'est indigne d'une jardinière, mais je suis persuadée qu'avec la permaculture, une bonne planification des semis et un peu de chance, il y a moyen de cultiver des légumes sans devoir arroser.

Petit inventaire des légumes qui ont survécu à un été (belge) sans arrosage :

Les herbes aromatiques

Persil plat et frisé semés au printemps et repiqués en mai
Ciboule et ciboulette
Aneth
Coriandre (elle a fait des graines mais celles-ci sont délicieuses !)

Ciboule Persil plat

Les tubercules

Topinambours
Crosnes du Japon
Ocas du Pérou
Pommes de terre (les feuilles ont entièrement disparu mais les patates sont bien là, sous terre : il faut juste un peu de chance pour les retrouver dans la permaculture !)

Topinambours Ocas du Pérou

Les légumes racine

Carottes et panais
Radis noirs semés en juin
Betteraves
Fenouil
Raifort

Carottes Fenouil

Les légumes feuilles

Bettes
Chicorées "pain de sucre"
Pourpier
Chénopode Bon Henri
Artichaut
Cardon

Bettes Chicorées Pain de sucre

Cresson Céleri

Parmi les légumes qui ont résisté à la sécheresse, on retrouve pas mal de légumes vivaces. Par définition, ces légumes "poussent tout seuls" et ne nécessitent pas d'arrosage. Ils sont les amis du jardinier paresseux et incontournables en permaculture.

Quelques conseils

- Un épais paillage autour des légumes est obligatoire si l'on veut limiter ou supprimer l'arrosage
- Oubliez le potager en carrés qui dessèche beaucoup trop en été : à peu près rien n'y a survécu à part le persil et des mini-carottes ! Attention aussi au sommet des buttes de la permaculture !
- Si vous avez un coin de jardin orienté au nord, ou sous-bois, c'est là que vous mettrez les courgettes durant l'été, en çroisant les doigts pour que les limaces n'en fassent pas un festin en votre absence et qu'il ne pleuve pas trop (attaque d'oïdium).

Capucines et courgettes semées dans un coin ombragé du jardin

lundi 11 juin 2012

Les plantes préférées des limaces... et celles qui les repoussent

Plantes préférées des limaces et escargots :

- hostas
- delphiniums
- asters
- dahlias



- jeunes semis sur un sol nu, en particulier au début du printemps
- jeunes plants fragilisés par le repiquage
- fraises juste mûres
- jeunes courgettes

- pelures d'agrumes (utile pour les piéger)
- tiges de moutarde (attention, la moutarde est utilisée comme engrais vert)

Plantes qui repoussent les limaces :

- ail, oignons, fenouil, ciboulette (à planter un peu partout dans votre potager)
- géraniums
- menthe
- tanaisie



Plantes ignorées par les limaces :

- Aromatiques : estragon, citronnelle, absinthe,
- Fleurs : coeur de Marie, bleuet, myosotis, fuschia, hortensia, lavande, tulipe, giroflée, capucine, pivoine

N'hésitez pas à compléter cette liste !

dimanche 10 juin 2012

10 trucs pour cohabiter (presque) pacifiquement avec les limaces

Cohabiter avec les limaces et les escargots : une utopie ?

Et si, au lieu de chercher à exterminer les limaces, on tentait de vivre ensemble au potager ? Un jardin transformé en écosystème harmonieux et équilibré, c'est notamment ce que propose la permaculture.

Comment cohabiter avec les limaces ?

Nos 10 trucs les plus efficaces pour limiter les ravages des limaces.

Protéger les plantes

1. Éviter de semer trop tôt dans l'année, surtout sur un sol nu. Les limaces affamées par un hiver de jeune se rueront sur vos jeunes plants. Préférer les semis en caissette (laitues, persil, céleri,...) et repiquer ensuite.
2. Protéger physiquement les plantes repiquées (collerettes anti-limaces, bouteilles de plastic) et les jeunes semis (rouleaux de papier WC autour des haricots). Le sable, la sciure et la cendre sont vite inefficaces dès qu'il pleut. La coquille d'oeuf est OK mais il faut un poulailler industriel pour en avoir en suffisance !

Protection contre les limaces Protection contre les limaces

Protection contre les limaces Protection contre les limaces

Protection contre les limaces Protection contre les limaces

3. Planter un peu partout au potager de l'ail, des oignons, de la ciboulette et du fenouil. Leur odeur éloigne les limaces et escargots. Oubliez les lignes d'ail, vive la permaculture et son désordre apparent !



3bis. Autre répulsif à répandre sur le sol du potager : du marc de café et de la tanaisie hachée (merci Madame Nature pour l'info !).

4. Donner à manger aux limaces en jetant toute plante arrachée sur le sol du potager. Les limaces préfèrent les plantes en cours de décomposition aux plantes vivantes !



Chasser la limace et l'escargot

On n'est pas des anges quand même, et même si une certaine forme de cohabitation est possible, il faut quand même réguler la population ennemie au strict minimum. Nous épargnerons les limaces qui sont assez malignes pour se planquer dans la terre et les escargots capables de s'échapper du poulailler.

Chasse à l'escargot Chasse à l'escargot

Les poules sont en effet un auxiliaire parfait pour la chasse à la limace, et elles dévoreront sans compter celles que vous leur apporterez. Si vous n'avez pas de poule, exercez-vous au lancer d'escargot vers le champ du voisin.

5. Récolter les escargots dès qu'il pleut et au petit matin
6. Piéger les limaces (planche ou plastic sur le sol, agrumes,...) et les cueillir au petit matin
7. Lâcher les poules dans les parterres de vivaces et d'aromatiques. Si vous avez couvert vos parterres de BRF (broyât de haies), les poules y gratteront frénétiquement à la recherche des baveuses, épargnant les plantes et nettoyant les herbes indésirables par la même occasion.

PS : on n'a pas dit de lâcher les poules dans le potager !!!

Ne pas attirer les limaces

À proscrire au potager :

8. Les tiges de moutarde (engrais vert) dans le paillage : elles ADORENT ça et mangeront tout ce qui y pousse ou qui est repiqué à proximité.
9. La bière, qui attire les limaces à des kilomètres à la ronde, n'en exterminant qu'une faible proportion.

Partager l'abondance :

10. Une place à table pour l'étranger, et... un huitième de la production pour les limaces.

Une amie nous expliquait qu'elle donnait tous les jours un œuf de ses poules à la fouine. Pourquoi ne pas appliquer ce principe aux limaces ? Chez nous, l'ennemi est autorisé à prélever une part raisonnable de nos cultures. Une salade sur six, un haricot sur dix, les feuilles des dahlias,...

Partager l'abondance, c'est aussi un des principes de la permaculture !

Cet article a été mis à l'honneur par Isabelle Masson, Madame Nature, dans l'émission de radio Nuwa du 15 juin 2012.

jeudi 17 mai 2012

Beignets de consoude ou poisson végétal

Ce soir, Nicolas nous a préparé des soles vertes... Pardon, des beignets de consoude.

Beignets de consoude

L'idéal est de cueillir de jeunes feuilles de consoude, par exemple au début du mois de mai. Attention à ne pas confondre la consoude avec les feuilles de digitale, MORTELLES !

Beignets de consoude Beignets de consoude

La consoude a des poils qui permettent de "coller" deux feuilles ensemble, un peu comme un velcro.

Beignets de consoude

Pour préparer les beignets, on enlève une partie de la nervure avec des cideaux, puis on plaque les feuilles deux par deux.

Beignets de consoude

On peut recouper les feuilles à la même taille, c'est plus joli.

Suggestion : farcir avec un mélange de fromage de chèvre, crème fraîche (pour liquéfier) et brins de ciboulette hachée. Dans ce cas, je mets la farce dans le creux des feuilles.

Beignets de consoude Beignets de consoude

Préparer une pâte à crêpes non sucrée (lait, oeufs, farine). Tremper les doubles feuilles dans la pâte et les frire à la poële. Servir chaud.

Beignets de consoude Beignets de consoude

Nos enfants ont adoré ce "poisson pané" croquant et original. Il est vrai que c'est très savoureux !

Les mille vertus de la consoude

Au mois de mai, la consoude pousse à une vitesse fulgurante. J'ai demandé aux fans de la page Facebook si ils en connaissaient toutes les vertus.

Consoude

Les réponses sont passionnantes. N'hésitez pas à les compléter en commentant cet article !

La consoude au jardin et au potager
  • Isabelle : Activateur de compost
  • Ray Monde : Je hache les feuilles que je mets au pieds des plants de tomate
  • Luc et Robert : Le purin de consoude est un exellent engrais pour les plantes.
  • Ingrid : En couvre sol au pied des arbres fruitiers elle enrichit la terre en azote
  • Ingrid : En engrais vert pour nettoyer une parcelle en friche que l'on veut cultiver
  • Isabelle : C'est une plante mellifère

Beauté et santé
  • Un coin de potager bio : Pour la cicatrisation des plaies par exemple, mais bien d'autres utilisations selon que l'on utilise les feuille ou encore mieux les racines !
  • Sophie : Top pour les peaux sensibles
  • Laurence : J'ai entendu dire que le nom vient du verbe souder, car elle a des vertus cicatrisantes, qu'on l'uiliser pour les blessures qu'elle "soudait" :)

La consoude en cuisine
  • Rose : Pour moi c'est surtout un des premiers légumes de l'année. Une soupe orties-consoude, c'est un délice.
  • Marie : J'en fais des beignets.
Consoude

Merci pour ces réponses plus intéressantes les unes que les autres. Vous êtes extraordinaires !!!

mardi 8 mai 2012

Soupe aux fanes de radis

Chaque année, en mars, nous semons une ligne de radis à la serre. Contrairement aux radis "de pleine terre", ceux-ci développent un magnifique feuillage, sans doûte dû à la teneur élevée en azote du sol de la serre où nous avons mis pas mal de compost.

Ce serait trop dommage de jeter ces magnifiques fanes, d'autant plus que l'on peut en faire un délicieux potage !

La recette est à peu près la même que pour la soupe aux orties, aux feuilles de capucines ou à la bourrache :

Soupe aux fanes de radis Soupe aux fanes de radis

On coupe une grande passoire remplie de feuilles bien fraîches. On les lave éventuellement avec du sel si on craint les limaces égarées.

Soupe aux fanes de radis Soupe aux fanes de radis

Dans une casserole à fond épais, on fait fondre un oignon, on ajoute les fanes, 3 pommes de terre, de l'eau, de poivre et un ou deux cubes de poule.

On sert le tout dans un joli bol avec un peu de crème fraîche... Sans oublier de se régaler des radis à la croque au sel !

dimanche 15 avril 2012

Je veux des poules !

Le titre de ce post n'est pas de nous... C'est celui d'un petit guide désopilant écrit par Patricia Beucher à l'intention de ceux qui, comme nous, rêvent d'inviter des poules dans leur jardin.

Guide Je veux des poules ! Guide Je veux des poules !

Mais pourquoi des poules ?!!

Les poules sont un vrai allié du jardinier ! Dévoreuses de limaces, productrices de fumier riche en azote, recycleuses de déchets de cuisine,... Sans oublier bien sûr les délicieux oeufs. Car tant qu'à faire, nous voulons de bonnes pondeuses, pas ces races de musée superbes, mais qui s'envolent et ne produisent presque rien à manger !

La poule, alliée du jardinier

L'achat du poulaillier

Après moultes tergiversations sur le poulailler "fait-maison", puis les essais -vains !- de subtiliser la cabane perchée de Florine (en arrière-plan sur la photo du montage), nous avons opté pour le poulailler "de luxe", vendu chez Makro et fabriqué (snif) en Chine. Les prix de ce modèle varient de 179 EUR à 375 EUR (en jardinerie). Faites donc un tour du marché pour de substantielles économies !

Tant que vous y êtes, pensez aussi à acheter :

- 20 mètres de clôture : nous avons opté pour les piquets de chataigner de1m20 de hauteur, assez chers (110 EUR le rouleau de 10m) mais très jolis.
- 8 piquets en fer pour les angles et le support de la clôture - de la paille ou des copeaux
- des grains de maïs concassés, que l'on diminuera progressivement pour introduire les "légumes" et les protéines (comprenez les limaces, gniark gniark gniark).

Budget total : 450 EUR

Achat du poulailler

Comme d'habitude, on a les yeux plus grands que le coffre, et une fois que tout est dans la voiture (ouf !), on se demande bien où l'on va caser les 3 enfants et le siège bébé...

L'installation du poulaillier

Montage du poulailler

Pas de difficulté particulière pour le montage : en 2 heures relax, voici le résultat.

Poulailler Delta monté

Ca y est, il est monté ! Et maintenant, on le met où le poulailler ?

Poulailler Delta monté

Quelques essais et déplacements plus tard, nous optons pour un joli coin de pelouse, bien ensoleillée, derrière le potager.

Clôture du poulailler

L'enclos fait environ 10 m², surface du poulailler inclue, mais je compte bien laisser les poules batifoler à leur aise dans le jardin, à la chasse aux limaces ! Bon, on verra plus tard si elles s'attaquent aux semis et aux massifs de fleurs...

Le choix des poules

Le grand jour est arrivé ! Nous partons au marché voisin, très émus à l'idée de choisir nos poulettes... Notre critère : bonnes pondeuses plutôt que poules de luxe.

Chaque enfant peut choisir sa préférée...

- La rousse Sexling de Ferdinand s'appellera Georgette
- La noire Harco de Joséphine s'appellera Mignonette
- La grise Coucou de Malines de Florine s'appellera Pipelette

Achat des poules Achat des poules

Achat des poules

Bienvenues les poulettes !

Achat des poules Achat des poules

Achat des poules

Une belle histoire à suivre...

samedi 7 avril 2012

Savez-vous faire des cocognes ?

Cocognes

Chaque année, pour Pâques, Nicolas réalise de magnifiques "cocognes". Mais qui connaît encore le secret de ces oeufs durs magnifiquement colorés en brun ?

La recette est on ne peut plus simple :

Cocognes Cocognes

Pendant tout le Carême, récoltez des pelures d'oignons. Ajoutez-en si nécessaire, pour avoir une grosse casserole d'épluchures. Remplissez la casserole d'eau et déposez-y délicatement les oeufs.

Cocognes

Portez à ébullition et laissez cuire les oeufs une dizaine de minutes, comme des oeufs durs classiques.

Cocognes Cocognes

Retirez les oeufs et plongez-les dans l'eau froide pour qu'ils s'écaillent facilement.

Cocognes

Pour des cocognes bien luisantes, frottez-les avec de l'huile d'olive ou de l'huile végétale.

Cocognes Cocognes

Les cloches n'ont plus qu'à passer... Joyeuses Pâques !

Petits pots en papier (pliage)

C'est Christian, de l'Ecole Défis, qui nous a montré un super pliage pour réaliser des petits pots en papier, à partir d'une simple feuille A4.

Petits pots en papier (pliage) Petits pots en papier (pliage)

Selon Christian, pas de risque de pollution si on enfuit les petits pots dans la terre une fois que les graines ont germé. Le pliage est également utilisé pour fabriquer des "grenades végétales".

Joséphine vous explique comment faire, et Ferdinand essaie de l'imiter. Prenez une feuille et tentez de les suivre...



Bon amusement et surtout bons semis !

Pour les semis : presse-motte ou petits pots "maison" ?

Avec l'arrivée du printemps, les jardiniers brûlent d'envie de réaliser leurs premiers semis à l'intérieur, près d'une fenêtre bien exposée, ou en serre pour les plus chanceux.

Premiers semis de printemps

Piments, poivrons et tomates se sèment dès le mois de mars, mais on peut également commencer les semis de laitue, chou, betteraves, céleri, tagètes, que l'on repiquera au potager après les gelées.

Premiers semis de printemps

Si l'achat d'un terreau "spécial semis" est fortement recommandé, les petits pots en tourbe, très chers et pas vraiment écologiques, peuvent être remplacés par diverses alternatives "maison". Nous les avons testées pour vous.

Le presse-motte

Le secret du presse-motte, c'est qu'il ne suffit pas d'humidifier le terreau. Dans un seau, vous réaliserez une infâme "popote" ("mish-mash" ou "toutouille" selon les jargons). Un truc, laissez faire vos enfants, ils adoreront.

On bourre le presse-motte de cette "gadoue", on presse l'eau excédentaire et on détache délicatement la motte. Il n'est pas nécessaire de remplir le presse-motte jusqu'au-dessus, 2/3 de la hauteur suffisent amplement.

Presse-motte pour les semis

Le défaut du presse-motte, à mon avis, c'est qu'il faut vraiment beaucoup de terreau pour peu de semis. OK pour les tomates, mais pour les laitues, c'est un peu du luxe.

Les boites d'oeufs

Evitez de semer dans la moitié creuse des boites d'oeufs, car le terreau y sèche très vite et la boite se détériore (et se raplatit) à l'arrosage. Par contre, si on découpe le couvercle de la boite d'oeuf, on a un conteneur très simple et vite prêt.

Semis dans des boites d'oeufs

Encore plus joli, les "oeufs à semer". Lorsque vous les replantez, n'oubliez pas de casser la coquille. Et évitez de trop arroser. Mignon, non ? Le truc pour obtenir une cassure bien nette : le "toqueur", petit accessoire un peu gadget mais que l'on adore.

Semis dans des boites d'oeufs Semis dans des boites d'oeufs

Les petits pots "faits maison" en carton ou en papier

Les rouleaux de papier WC permettent de réaliser des pots cylindriques avec un fond (indispensable !). Utilisez le roleau complet (sans le couper comme sur la photo). Idéal pour les grimpantes (pois de senteur, haricots grimpants, ipomées,...). Nous avons également appris un pliage pour réaliser des petits pots en papier, à partir d'une feuille de format A4.

Petit pots en rouleau de papier WC Petit pots en papier plié

Le conseil de Nicolas : placer les pots sur un lit de sable qui absorbera l'excédent d'eau et évitera au fond des pots de se détériorer.

L'idéal pour les semis : les boites en frigolithe

Le polystyrène expansé est, selon moi, le conditionnement idéal pour les premiers semis. Bonne proportion terreau / graines, il garde l'humidité et peut être recouvert aisément d'une plaque de verre avant la levée. Il ne faut pas percer la boite et arroser modérément. Taux de réussite des semis maximal. Les boites se recyclent plusieurs années d'affilée.

Semis de printemps dans des boites en frigolithe

Encore mieux : les grandes boites en frigolithe que vous pouvez demander chez votre poissonnier, avec le couvercle qui peut garder les semis au chaud jusqu'à la levée.

Les pots en terre et jardinières

Coriandre, basilic, ciboulette, ciboule et persil donnent de très bons résultats cultivés en jardinière...

Semis à l'intérieur en jardinière Semis intérieur dans des pots en terre

vendredi 6 avril 2012

"Tout ce qui pousse en mars, avril le mange"

En général, le mois de mars est très humide, et les premiers semis font le délice des limaces. Alors cette année, c'est avec fierté (mais un peu d'inquiétude pour la sécheresse prolongée) que nous regardons les semis pousser dans notre potager en carrés.

Le potager en carrés en avril

Le potager en carrés en avril

Le potager en carrés en avril

samedi 31 mars 2012

Bordure en noisetier (plessis)

Réaliser une bordure de massif en branches de noisetier (ou plessis) est un petit bricolage très simple, et qui donne un superbe résultat.

Bordure en noisetier ou plessis

La principale difficulté est de rassembler un grand nombre de branches, qui doivent être longues, bien droites et de préférence en bois vert. Les noisetiers sont, dans nos régions, les arbustes donnant un maximum de ramures adaptées.

Bordure en noisetier ou plessis Bordure en noisetier ou plessis

Commencez en plantant, tous les 30 à 50 cm, des bâtons de 50 cm de long, de section plus épaisse que les branches longitudinales.

Bordure en noisetier ou plessis Bordure en noisetier ou plessis

Tissez ensuite les branches autour des piquets, de façon alternée, en commençant par un côté, puis par l'autre. A l'aide d'un sécateur, recoupez les branches pour qu'elles s'arrêtent environ 5 cm après chaque piquet.

Bordure en noisetier ou plessis Bordure en noisetier ou plessis

Et voilà le résultat !

Bordure en noisetier ou plessis Bordure en noisetier ou plessis

Bordure en noisetier ou plessis

Petits pots en rouleaux de papier WC

Les rouleaux de papier WC et d'essuie-tout (Sopalin en France !) permettent de réaliser de chouettes petits pots carrés, avec un fond (indispensable !).

Mode d'emploi :

- Aplatir le tube de carton pour lui donner une forme carrée
- Couper le tube sur une longueur de 5 cm (1/2 rouleau de papier WC)
- Couper 4 crans de 1 cm, sur un des côtés
- Replier les bords pour former le fond du pot

Petit pots en rouleau de papier WC Petit pots en rouleau de papier WC

Petit pots en rouleau de papier WC Petit pots en rouleau de papier WC

Petit pots en rouleau de papier WC Petit pots en rouleau de papier WC

ATTENTION : dans la taille montrée sur ces photos, les plantes dessèchent très rapidement. Privilégiez les pots de 8 cm de haut, et semez-y vos grimpantes annuelles (ipomées, pois de senteur, haricots grimpants,...). Maintenez les pots bien serrés dans une boîte en plastic, sur un lit de sable qui absorbera l'excédent d'eau et évitera au fond des pots de se détériorer.

jeudi 15 mars 2012

Récolte de sève de bouleau

Récolte de sève de bouleau

Suite à la lecture d'un article consacré au bouleau (La Libre, 10 mars 2012), Nicolas a pris sa foreuse sans fil et tenté l'expérience de la récolte de sève de bouleau.

Récolte de sève de bouleau Récolte de sève de bouleau

A peine le trou foré, la sève, claire comme de l'eau, coulait abondamment.

C'est frais, transparent et légèrement sucré. Plein de qualités, surtout sur Google !

Récolte de sève de bouleau

Mode d'emploi :

- équipez votre foreuse d'une mèche à bois de 6mm
- forez un trou de 3 à 4 cm de profondeur à 1m20 du sol (plus bas, la sève de bouleau est trouble)
- enfoncez-y un petit tuyau comme déversoir (on a pris un morceau de stylo à bille en plastic)
- attachez une bouteille pour récupérer le liquide
- surveillez le remplissage
- rebouchez le trou à l'aide d'une cheville.

Récolte de sève de bouleau Récolte de sève de bouleau

La meilleure période de récolte : en mars, lorsque la sève monte dans les arbres.

dimanche 11 mars 2012

Abri à forficules

En cette fin d'hiver, il est courant de débarrasser les massifs de vivaces de leurs tiges sèches et autres fanes. Plutôt que de composter ou de brûler les pailles ainsi récoltées, pourquoi ne pas en faire des abris à forficules (perce-oreilles) ?

Abri à forficules

Ces petits insectes sont des auxiliaires utiles au potager (ils adorent les pucerons) et au verger (où ils combattent les psylles). Les perce-oreilles sortent la nuit, et seront ravis de trouver un abri non loin de leur garde-manger, pour se reposer le jour dans un petit nid de paille.

La fabrication de l'abri à forficules se passe de commentaires :

Abri à perce-oreilles Abri à pince-oreilles

Et en plus, c'est joli !

Abri à perce-oreilles Abri à pince-oreilles

En savoir plus sur le perce-oreille au jardin
En savoir plus sur les abris à insectes

mercredi 29 février 2012

Topinambours rissolés

Depuis notre réveillon de Noël aux légumes oubliés, nous n'avions plus récolté de topinambours.

Topinambours

Cette fois, pas de recette compliquée ni d'heures passées à peler les tubercules. Nous les plongeons dans l'eau bouillante salée

Topinambours Topinambours

Pour les peler, rien de plus simple que d'utiliser ses doigts : la peau, épaisse, s'enlève toute seule.

Topinambours

Ensuite, on les mets dans la poële et on les rissole avec de l'huile ou du beurre.

Topinambours

Topinambours

Avec leur goût d'artichaud, ces légumes oubliés sont un délice !

dimanche 26 février 2012

Nos trucs anti-gaspi

Récemment, les nouvelles ont mis le doigt sur le gaspillage alimentaire dans nos pays occidentaux. Gaspillage à la source (produits non calibrés à la poubelle, pommes tombées trop chères à ramasser,...), gaspillage lors du transport, du stockage et de la vente, puis gaspillage chez les consommateurs, qui jetteraient à eux seuls 20 kilos de nourriture par an.

Gaspillage alimentaire Gaspillage alimentaire

Comment éviter de gaspiller la nourriture ? Suite à l'appel de Madame Nature (lisez son article sur le gaspillage alimentaire), j'ai commencé à lister quelques astuces qui nous permettent de ne presque plus jeter de nourriture.

Acheter moins

  • Ne pas trop acheter à la fois (même si les petits sauts au magasin ne sont pas très écologiques)
  • Vider entièrement son frigo avant de refaire des courses
  • Manger systématiquement les produits quelle que soit leur date de péremption (après les avoir goûtés et hormis les viandes et poissons crus).
  • Aller d'abord faire un tour du potager avant de faire un tour au supermarché
  • Penser à manger des plantes sauvages (orties, pissenlits, ail des ours, mouron, bourrache...), à accomoder les fanes (ex : fanes de radis, cosses de petits pois, salades montées,...)

Acheter mieux

  • Baser les menus de la semaine sur un gros panier de légumes variés (bio) acheté dans un GAC ou sur les légumes du potager (en saison)
  • Eviter les tentations du supermarché (faire une liste, ne pas passer dans les rayons "tentations").
  • N'acheter qu'une fois par semaine une viande ou un poisson comme "base de repas" et le préparer immédiatement.
  • Eviter les "achats en gros" (caisse de fruits ou légumes au marché par exemple).
  • Privilégier les commerces de proximité "mono-produits" (fromager, boucher, légumier,...). Il y a moins de tentations "annexes", les produits sont de qualité et souvent plus frais car produits localement.

Conserver mieux

  • Conserver systématiquement la soupe au frais dès qu'elle a refroidi. La réchauffer par petites quantités.
  • Conserver les légumes frais dans la cave.
  • Conserver le pain au congélateur et le dégeler tranche par tranche.
  • Recycler les restes de repas du soir dans la boite à tartines des enfants (ne me traitez pas de mère indigne SVP !)
  • Cuire la viande (ex : saucisses, roti) si on ne peut pas la manger immédiatement. La viande cuite se conserve plus longtemps. Et une saucisse froide à la moutarde, quel régal !


Gaspillage alimentaire Gaspillage alimentaire

Cuisiner (un peu) plus

  • Congeler un stock de produits de base : fromage rapé, beurre, lardons, cubes de jambon, pâte pour quiche, pour accomoder facilement tous les légumes
  • Avoir toujours en stock : farine, oeufs, lait, crème fraiche, pommes de terre, ce qui permet de réaliser pas mal de repas complets à base des légumes du jardin ou du panier bio.
  • Faire de la soupe avec les légumes défraîchis.
  • Préparer soi-même ses yaourts au fur et à mesure des besoins (garder un pot de 500 ml de yaourt entier bio comme "ferment", il se conserve 2 semaines au frigo).
  • Préparer soi-même la mayonnaise quand on en a besoin.

Comprendre la vraie valeur d'un aliment

La meilleure leçon de notre potager, c'est que la valeur pécunière d'un aliment ne reflète en rien sa vraie valeur. Une salade à 50 centimes au supermarché, c'est dérisoire, et cela ne motive pas le consommateur à faire des efforts. "Le gratuit ne s'apprécie pas".

Lorsque vous cultivez (parfois à grand peine) vos laitues au potager, vous savez combien il faut d'effort pour semer, amender le sol, repiquer, protéger vos plants des limaces et du soleil, les arroser,...

Je ne plaide ni pour une augmentation des prix, ni pour un retour au potager pour tous, mais simplement pour une prise de conscience : le vrai gaspillage n'est pas financier, il est dans ce que nous demandons à la terre comme force et comme matière vivante pour produire à manger.

dimanche 19 février 2012

Culture de pleurotes au garage (et non en cave !)

Suite au reportage télévisé qu'elle a réalisé sur la culture des légumes à l'intérieur en hiver, Madame Nature nous a offert une belle caisse de "Champi Kit" avec un mycélium de pleurotes.

Culture de pleurotes Culture de pleurotes

Comme elle l'explique dans l'émission, la culture des pleurotes chez soi est excessivement simple : on troue la boite avec un couteau (8 trous sur deux côtés) et on la place dans une pièce pas trop sèche, éclairée et entre 15 et 18 °C. Un garage ou une buanderie font parfaitement l'affaire, mais pas la cave, trop froide et pas assez éclairée.

Culture de pleurotes

Après 7 jours, nous avons vu apparaître les premiers "bébés pleurotes" par un des trous. Cinq jours après leur apparition, les premières pleurotes peuvent être récoltées. Leur croissance est impressionnante.

Culture de pleurotes

Les pleurotes suivantes sortent déjà, mais pas par les trous : elles préfèrent percer elles-mêmes les arêtes de la boite !

Culture de pleurotes

Les pleurotes sont un délice sur un toast pour une Saint Valentin cool au coin du feu de bois...

Après une première campagne de récolte, quand le "Champi Kit" semble épuisé, on le descend à la cave pendant 3 à 6 semaines. On le remet ensuite dans la buanderie pour une seconde récolte, encore plus impressionnante que la première. Jugez plutôt :

Deuxième récolte de pleurotes Deuxième récolte de pleurotes

mardi 10 janvier 2012

La cardère, plante au riche passé industriel

Voici comment on utilisait les cardères pour carder les draps de laine à Verviers.



Cette machine à carder, présentée au musée de la laine, mesure près de deux mètres de large !



Tandis qu'aujourd'hui, les cardères sont surtout un excellent abreuvoir pour les oiseaux...



...et les reines de l'hiver au jardin givré !

lundi 26 décembre 2011

Réveillon de Noël aux légumes oubliés... du jardin !

Ce 24 décembre, je n'avais vraiment pas envie de faire la file au supermarché... Alors, pour le repas de réveillon, sortie récolte au potager, sous un joli petit soleil d'hiver.

Légumes oubliés en décembre

Première récolte de crosnes du Japon depuis 3 ans, un demi-carré monopolisé pour... un petit bol de crosnes récoltés, mais un effet boeuf lors du souper.

Crosnes du Japon Crosnes du Japon

Première récolte également du coté des topinambours, plantés il y a 2 ans. Une racine plus productive que les crosnes (rien à voir toutefois avec le rendement des pommes de terre), mais nettement plus fastidieuse à préparer ! Soit on les pèle crus et on les plonge immédiatement dans de l'eau citronnée, avant de les blanchir ou de les cuire au beurre. Soit on les plonge dans l'eau bouillante avec la peau et on les pèle ensuite... Je cite Nicolas, goguenard : "Ben oui, si on les a oubliés, ces légumes, ce n'est pas par hasard..."

Crosnes du Japon Topinambour

J'ajouterai que les topinambours de mon panier bio sont 4 fois plus gros que ceux du potager, quelle injustice, mais au moins on aura de quoi nourrir nos 8 convives !

Topinambour

Sans oublier quelques surprises du potager en cette fin-décembre, comme les jeunes carottes, le cresson, la doucette, la claytone de Cuba, le persil frisé, les chicons de la cave, une courge spaghetti bien conservée, et voici un super menu de réveillon, 100% légumes de saison.

Légumes oubliés de décembre Salade de décembre

Quelques extraits de notre menu de fête :

Apéro :

- petites carottes croquantes "récolte du matin"
- feuilles de jeunes chicons, mayonnaise maison et crevettes grises

Entrée, avec des coquilles Saint Jacques et du saumon
- salade de topinambours froids aux noisettes et huile d'argan
- salade de saison : mâche, cresson de jardin, claytone de Cuba et crosnes du Japon

Repas, en accompagnement d'un bon gibier :

- petits flans de courges spaghettis cuits au bain-Marie
- topinambours à l'Anglaise (pelés, blanchis 5 minutes, puis cuits au beurre 20 min dans une cocotte, ensuite laisser frémir 10 minutes avec de la crème épaisse).

Les convives ont beaucoup apprécié ces découvertes culinaires et cette petite cure de vitamines. Et vous, avez-vous préparé des légumes de votre jardin au réveillon ?

dimanche 20 novembre 2011

Plantation des chicons (endives) dans la cave

Un grand merci à Nicolas qui a réalisé ce petit reportage photo sur la plantation des chicons...

Plantation des chicons en cave

Il vous faut des "griffes" (racines) de chicons et un bac en plastic, menu d'un bout de tuyau (pour un arrosage des racines sans faire pourrir les collets).

Plantation des chicons en cave Plantation des chicons en cave

On trouve les griffes en jardinerie (nous les achetons chez Tirtiaux à Andenne)

Plantation des chicons en cave

Ensuite, un bon terreau "maison" ou en sachet...

Plantation des chicons en cave Plantation des chicons en cave

Comment remplir le bac de terreau en tenant les chicons bien droits ?

Il y a un truc :
  • poser le bac sur le grand côté
  • déposer les chicons à plat
  • alterner les couches de terreau et de chicons
  • ensuite, redresser le bac, et le tour est joué !


Plantation des chicons en cave

Placez les chicons dans la cave en les couvrant avec un plastic noir percé de trous (surtout si il y a de la lumière dans la cave).

Plantation des chicons en cave

Et après quelques semaines... place à de délicieuses récoltes !

Récolte de chicons en cave

Le 2 février, nos chicons étaient les invités d'honneur de l'émission télé "Sans Chichis", sur le thème "Cultiver des légumes à l'intérieur en hiver, c'est possible !". La récolte n'avait plus aussi fière allure mais avec un brin de maquillage, le passage en télé s'est très bien passé !

Récolte de chicons en cave

mardi 8 novembre 2011

Mon premier panier bio

Je vous ai parlé tout récemment de ma prise de conscience éco-alimentaire et de mes bonnes résolutions. Quoi de plus naturel, dans cette démarche, de commander un panier de légumes bio au GAC (Groupement d'Achat Commun) de Sart d'Avril (Fernelmont), à deux pas de chez nous ?

Une première livraison que je suis allée chercher ce samedi matin. Et déjà, je suis convaincue !

Panier bio au GAC de Sart d'Avril, près de Fernelmont Panier bio au GAC de Sart d'Avril, près de Fernelmont

Les avantages de la formule :
  • Aucun abonnement n'est demandé : si on a des légumes dans le potager, on ne commande rien, ou juste un supplément de fruits ou de pommes de terre. Et plusieurs formules sont possibles, du petit panier au grand, avec ou sans fruits, avec ou sans suppléments. Une flexibilité vraiment appréciable pour ne pas gaspiller.
  • Aucun emballage : les casiers sont recyclés et chacun vient avec ses sacs. A la maison, j'ai ressorti de jolis paniers pour les pommes de terre, les fruits, les oignons, que c'est beau !
  • De délicieux légumes tout frais : on a déjà dévoré les pommes de terre, la moitié des champignons en toasts hier soir et la scarole, ce soir, en potée, avec les poires au chocolat comme dessert, un délice.
  • De nouveaux légumes à découvrir, comme ce joli chou pointu, et de nouvelles recettes à essayer, miam !
  • Un sympathique moment de convivialité le samedi matin. Christian attend ses "clients" entre 10h30 et 12h30 à l'Ecole Défis, avec une tasse de café ou de thé autour d'une jolie table. On y fait de chouettes rencontres et meme des retrouvailles avec une ancienne copine de classe.
Tout cela m'a donné encore plus de motivation à manger les légumes du jardin, car nous aussi on a de la scarole et de la claytonne de Cuba ! Mais le complément de légumes du GAC est vraiment apprécié.

Et cerise sur le gâteau, Christian propose certaines semaines d'autres produits locaux et de qualité, comme du pain, du miel de Marche-les-Dames, du fromage wallon,...

Je me réjouis déjà de passer prendre ma prochaine commande à l'Ecole Défis !

PS : désolée pour le manque de photos dans cet article, mais mon appareil Canon est victime d'obsolescence programmée : il ne me reste plus que le GSM pour faire des photos :-(

Ma prise de conscience éco-alimentaire

Eh oui, cela vous peut-être vous surprendre, mais ma prise de conscience sur la nécessité de mieux choisir son alimentation est beaucoup plus récente que ma passion pour le potager et le jardinage.

Mais comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, je me suis lancée depuis septembre dans une série de bonnes résolutions :

  1. Me mettre à la cuisine (15 ans que mon mari chéri est aux fourneaux, à part pour les potages et quelques expériences à base de plantes sauvages)
  2. Acheter uniquement (j'essaie du moins !) les denrées alimentaires dans des petits commerces de qualité (boulanger, boucher, légumier, fromager).
  3. Garder le supermarché pour les aliments de base (bio si possible), une fois par semaine et une liste à la main
  4. Eviter les aliments préparés ou manufacturés (avec quelques exceptions quand même pour les enfants...)
  5. Faire les courses en évitant tout déplacement superflu (le saut de puce à la supérette pour un oui ou pour un non, vous connaissez ?)
  6. Bannir les emballages en plastic et en polystyrène qui encombrent les poubelles
  7. Et, last but not least, manger les légumes du potager ! Oui, vous avez bien lu, il m'est souvent arrivé de les regarder pousser sans les cueillir, par souci esthétique et par inconscience. Hurlez, j'ai honte mais j'assume !
Pourquoi ces bonnes résolutions ?

Pour prendre le temps de préparer de bons petits repas en famille, pour manger mieux, pour "mettre de l'amour" dans notre cuisine, pour manger notre propre production, pour donner un exemple à nos enfants. En résumé : pour plus de PLAISIR !

La lecture du livre "Eloge de la Lenteur" de Carl Honoré, m'a, je l'avoue, bien influencée, notamment avec son chapitre sur la "slow food".

Eloge de la Lenteur, livre de Carl Honoré

PS : désolée pour le manque de photos dans cet article, mais mon appareil Canon est victime d'obsolescence programmée : il ne me reste plus que le GSM pour faire des photos :-(

dimanche 6 novembre 2011

Ras-le-bol de l'obsolescence programmée !

A première vue, cet article n'a rien à voir avec le blog de notre potager, sauf que... il concerne un de mes meilleurs complices : mon appareil photo canon Ixus 95 IS avec lequel j'ai pris depuis 2 ans une grande partie de nos photos en extérieur, notamment lors des visites de jardin.

C'est aussi un cri de rage contre le gaspillage auquel notre société de la croissance nous condamne... et face auquel je me sens vraiment impuissante.

Que se passe-t-il ?

Eh bien voilà, alors que je prenais le plus grand soin de mon appareil (pas de chute, pas de sable), mon objectif refuse subitement de démarrer, après seulement 15.000 photos. Message d'erreur : "Erreur objectif, redémarrer".

Obsolescence programmée Canon Ixus

Obsolescence programmée Canon Ixus

La garantie ayant expiré il y a moins de 5 mois, le service technique de mon détaillant (Vandenborre Andenne) réclame 150 EUR pour le faire examiner, sans aucune garantie de réparation. L'appareil neuf ayant couté 198 EUR, c'est vraiment tout faire pour décourager les gens de tenter une réparation.

Et en ce qui me concerne, c'est le deuxième appareil compact en 4 ans victime de la même panne. Le précédent était un Panasonic Lumix, lui aussi "objectif bloqué" du jours au lendemain. Je ne crois plus au hasard...

Vu le nombre de pannes similaires signalées sur les forums (faites une recherche sur "Canon zoom bloqué" juste pour voir...), il semble que ce problème de blocage du zoom sur les appareils photo compacts soit dû à de l'obsolescence programmée. A savoir, des chercheurs qui trouvent LA pièce qui cassera après un certain nombre d'utilisations, mais juste après l'expiration de la garantie.

Le phénomène est connu pour les ampoules électriques (celles du début n'éclataient pas, causant la faillitte des industries les produisant en masse). Mais il s'applique de façon générale à quantité d'appareils électriques et électroniques.

Outre le gaspillage des matériaux et du travail effectué lors de la fabrication de l'appareil, je me retrouve avec un chargeur, une batterie et une pochette tout aussi inutilisables que l'appareil. La pochette était sur mesure pour le Canon IXUS 95 IS, et il me semble très clair que je n'achèterai plus jamais cette marque !

Consommateurs, amis, lecteurs, que pouvons-nous faire pour empêcher les marques comme Canon de se moquer de leurs clients de la sorte ? Pour ma part, le boycott n'est pas une option : difficile en effet de tenir à jour le blog sans faire de photos... N'y aurait-il pas UNE marque qui s'engage à produire des appareils photo compacts et fiables, par exemple avec 5 ans de garantie ?

N'hésitez pas à réagir à cet article et à diffuser ce cri de colère ! Je me sens si impuissante face à ces grandes marques qui fixent toutes les règles du jeu ! A quand le consomm'acteur ? Internet nous y aidera peut-être ?

lundi 31 octobre 2011

Un potager généreux, même en novembre

Un des principes de la permaculture, c'est d'offrir un jardin généreux en toutes saisons.

Potager en novembre

Nos premiers essais de culture sur butte vont au-delà de toutes les espérances. En moins de 2 mois, nous voici avec de magnifiques laitues (vertes et frisées), de la mâche, des scaroles, de la ciboulette et, entre les plantes, de tendres feuilles de bettes en semis spontané.

Potager en novembre

Le potager en carrés a bien reverdi après son abandon durant l'été. Il nous offre lui aussi l'abondance : mini-carottes, coriandre et capucines (jeunes feuilles !), mouron des oiseaux, bourrache, radis (semés en septembre), claytone de Cuba (ou pourpier d'hiver),...

Potager en novembre Potager en novembre
Coriandre et radis (à gauche) - Jeunes épinards et bourrache (à droite)

Potager en novembre Potager en novembre
Jeunes feuilles de capucine (à gauche) - Claytone de Cuba (à droite)

Bon, d'accord, dès les premières gelées, je ne donne pas cher des capucines et de la coriandre, mais on se prépare aussi pour la saison froide...

Potager en novembre Potager en novembre
Culture de laitues d'hiver et de pourpier d'hiver dans la serre (à gauche) - Rutabagas (à droite)



Potager en novembre

Quand un potager vous gâte toute l'année, la saison froide semble bien moins longue. Au contraire, les récoltes en plein hiver vous combleront de joie !

dimanche 30 octobre 2011

Trois recettes à base de mouron des oiseaux

Egalement appelé "mouron des oiseaux", "mouron blanc" ou "stellaire intermédiaire", le mouron blanc pousse à merveille dans notre potager en carré. Grâce à Madame Nature et ses bons conseils, j'ai arrêté de l'arracher pour... le manger !

Mouron des oiseaux

Mouron des oiseaux

Voici trois recettes faciles et délicieuses : Mouron des oiseaux Mouron des oiseaux

Soupe verte de sorcière

Soupe verte de sorcière

En cette veille d'Halloween, le potager a été épargné par le gel et recèle encore des trésors, dignes du printemps. J'en ai profité pour concocter une soupe verte digne des meilleurs chaudrons de sorcière !

Soupe verte de sorcière Soupe verte de sorcière

Ingrédients :

  • Cerfeuil musqué
  • Bourrache officinale
  • Mouron des oiseaux BLANC (comestible, à l'inverse du mouron à fleurs rouges !!!)
  • Orties fraichement poussées
  • Fanes des radis semés début-septembre
  • Coriandre fraiche
  • Quelques branches de céleri
Cuire le tout avec 2 pommes de terre et un cube de bouillon, et de l'eau ou du jus de cuisson (pâtes, riz ou légumes). Mixer et régalez-vous !

Soupe verte de sorcière

Jardin de Sorcières : un livre pour Halloween !

Livre Jardin de Sorcières

Bientôt Halloween : l'occasion est trop belle pour vous présenter un de mes livres préférés : Jardin de Sorcières, le grand livre des plantes magiques , paru en 2004 aux éditions Rustica.

Livre Jardin de Sorcières

Erika Laïs nous y fait découvrir 50 plantes apparemment anodines, qui poussent dans nos jardins, au bord des routes, dans les champs,...

Livre Jardin de Sorcières

Rien qu'à lire leur nom populaire (ou vernaculaire), on a envie d'en savoir plus sur le "navet du diable", l'"herbe-aux-gueux", les "gants de Notre-Dame",... Chacune de ces plantes a des vertus ou des pouvoirs maléfiques, selon son dosage et l'auteur de la potion !

Le livre ne donne pas de recettes, mais explique de façon précise comment acclimater ou cultiver ces plantes fascinantes dans son jardin. Une bonne nouvelle pour augmenter encore un peu la biodiversité soi et passionner les visiteurs de son jardin avec des anecdotes sur la mystérieuse mandragore, le sceau de Salomon ou la queue de renard !

Bonne fête de la citrouille !

Happy Halloween
Notre petite citrouille préférée vous souhaite un "Happy Halloween" !

Tout le jardin se pare en orange en ces magnifiques journées de fin-octobre.

Couleurs d'automne Couleurs d'automne

Couleurs d'automne

samedi 29 octobre 2011

Le printemps en automne

Les fleurs que vous allez voir n'ont pas été photographiées au début du printemps, mais fin-octobre. Chance cette année, notre le jardin a été miraculeusement épargné par le gel et nous offre de superbes floraisons, comme au début du printemps !

Floraisons de printemps... en automne
Pois de senteur

Floraisons de printemps... en automne
Valériane

Floraisons de printemps... en automne
Rose trémière

Floraisons de printemps... en automne
Valériane

Floraisons de printemps... en automne
Clématite

Floraisons de printemps... en automne
Anémone du Japon



Floraisons de printemps... en automne
Chardon des Alpes (une de mes fleurs préférées !)

Floraisons de printemps... en automne
Chicorée sauvage

Floraisons de printemps... en automne
Pavot vivace

Floraisons de printemps... en automne
Tendres feuilles de capucines

Floraisons de printemps... en automne
Souci

Floraisons de printemps... en automne
Seules retardataires : les topinambours, qui fleurissent seulement après toute la saison !

mercredi 19 octobre 2011

Le jardin didactique de Nature et Progrès (Jambes)

"C'est un petit jardin,au fond d'une cour à la Chaussée d'Antin...". On fredonnerait bien cet air de Jacques Dutronc en découvrant, entre les barres d'immeubles de Jambes et la voie ferrée, un petit ilot de nature semi-sauvage.

Le jardin de Nature et Progrès à Jambes

J'avoue avoir eu peur en apprenant, voici 2 ans, que l'extension des bureaux de Nature et Progrès allait amputer ce coin de verdure. Heureusement, le nouveau bâtiment "éco-construit" est assez bien intégré et n'a pas fait trop de ravages dans les plate-bandes d'aromates et de légumes bio.

Le jardin de Nature et Progrès à Jambes Le jardin de Nature et Progrès à Jambes

Comment visiter le jardin ? Des jardiniers bénévoles vous y attendent tous les mardi de 9h à 16h, mais rien ne vous empêche de demander à la charmante libraire de vous en ouvrir la porte si vous passez un autre jour.

Le jardin de Nature et Progrès à Jambes Le jardin de Nature et Progrès à Jambes

Vous découvrirez d'abord la serre, remplie de tomates noires, jaunes, vertes, en grappe ou en forme de fleur, Voire de téton ou de cœur.

Le jardin de Nature et Progrès à Jambes Le jardin de Nature et Progrès à Jambes

Un peu plus loin, des planches de potager font la part belle aux bettes, épinards, cucurbitacées, scaroles,...

Le jardin de Nature et Progrès à Jambes

D'autres planches, dans des bacs surélevés, permettent de jardiner en chaise roulante. Un autre coin du jardin est entretenu par Christian, un jardinier non-voyant. Fermez les yeux pour toucher les feuilles, sentir la terre, gouter un pétale,... Avez-vous déjà fait partager votre passion du jardin à une personne aveugle ? C'est une expérience bouleversante.

Le jardin de Nature et Progrès à Jambes Le jardin de Nature et Progrès à Jambes

Dans un coin, des réservoirs à purin végétal (consoude, ortie, prèle), un beau compost, des abris à insectes,... Tout ce qui est ici illustre de façon pratique et didactique la "Charte du jardinier bio" de Nature et Progrès.

Ne manquez pas leurs prochaines portes ouvertes !

PS : attention, gare à la tentation dans la librairie de Nature et Progrès, en particulier au rayon "jardinage" !

samedi 24 septembre 2011

Paillage et couvre-sol

Le but de la permaculture est d'imiter un écosystème semblable à une forêt (comestible !). En forêt, le sol est jonché de feuilles issues des arbres, qui forment ensuite de l'humus nourrissant les arbres, etc.

Paillage

Le jardinier évitera donc à tout prix de laisser le sol à nu, pour éviter le lessivage des "bonnes choses" qu'il contient par la pluie et l'assèchement par le soleil.

Paillage Paillage

Quelques exemples de paillis (également appelé paillage, mulch ou mulching) :
  • des feuilles de consoude hachées grossièrement (il parait que c'est aussi riche que le fumier et plein de potasse, favorisant la croissance des fruits)
  • des feuilles d'ortie (riches en azote, favorisent la croissance des feuilles), de bourrache (une fois qu'elle pousse, elle devient parfois envahissante)
  • du foin séché (préférer de herbes hautes fauchées et mises à sécher à la simple tonte), de la paille (achetée toute prête en ballot pour ceux qui n'ont pas un champ à faucher), de la paille de lin (apparemment la panacée mais je ne sais pas où m'en procurer)
  • toute plante "indésirable" dans les planches de permaculture (aïe aïe, ici se pose la question : "faut-il limiter l'abondance ?") sera délicatement arrachée et mise à sécher dans l'allée avant de retourner sur la terre d'où elle provient, sauf si elle contient des graines (j'imagine que l'on ne la met pas directement sur la terre pour éviter l'afflux de limaces, ou est-ce pour une raison esthétique ?).
  • du bois raméal fragmenté (BRF), mais attention, pas n'importe quel bois (feuillu). Malheureusement, je n'ai pas de broyeur et j'hésite à en acheter un pour broyer les branches de hêtre et de charme de nos tailles de haies). Je me souviens aussi d'un jardinier qui m'avait mise en garde contre l'utilisation d'écorces ("faim d'azote").
Paillage Paillage

Pour nos premières expériences en permaculture, qui se font en septembre, nous avons également semé de l'engrais vert (mélange de moutarde et de vesce).

Paillage Paillage

Amis permaculteurs, n'hésitez pas à partager votre expérience avec nous ! Merci d'avance...

lundi 19 septembre 2011

Confection de sachets de graines

Après avoir récolté les semences dans votre jardin, je vous propose un chouette "atelier dessin" avec les enfants...

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin

Pour les sachets, je prends une feuille A4 blanche de récupération, que je plie pour former une pochette avec un bord rabattable. Un des enfants est "préposé à la colle". Pendant ce temps, munis du Guide Truffaut ou directement dans le potager, c'est à qui représentera de façon la plus colorée (ou poétique) les légumes en pleine saison...

Et voici le résultat :

Sachets de graines récoltées au jardin
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Autres articles sur le même thème :

Récolter les semences au jardin

Une belle journée de septembre : c'est le moment idéal pour récolter les graines au jardin. Je préfère toujours les semences "séchées sur place" que le séchage plus aléatoire, dans notre maison très humide.

Parmi les espèces faciles à récolter :

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin
L'arroche et les haricots d'Espagne.

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin
La laitue.

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin
L'aneth (à gauche), à ne pas confondre avec le fenouil sauvage (à droite) qui se ressème déjà bien trop tout seul !

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin
Les tagettes avec leurs graines caractéristiques, en forme de petits bâtonnets

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin
Les soucis (que je ne récolte plus tant ils se ressèment facilement)

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin
Les pavots annuels (à gauche) et les oignons (à droite), jamais essayé de les ressemer, on verra bien...

Graines récoltées au jardin Graines récoltées au jardin
La coriandre (dilemne : conserver les graines ou les manger ??!!!)

La confection des sachets constitue un chouette "atelier bricolage" à faire avec des enfants. Leur talent et leur poésie vous épater !

Autres articles sur le même thème :

mardi 13 septembre 2011

Carte postale du jardin en septembre

Le jardin en septembre
Cliquer pour agrandir

samedi 10 septembre 2011

Potirons spontanés sur le compost : un bel exemple de permaculture

Cet été, le potager est resté deux mois sans soins (la faute à une jardinière qui est aussi une grande marcheuse, mais ça, c'est une autre histoire...).

A mon retour début-septembre, plus un seul légume dans le potager "classique" (à part 1/2 ligne de haricots semés en juin) et rien que des fleurs dans le potager en carrés (c'est joli mais ça ne nourrit pas une famille de 5 personnes).

Potiron spontané sur le compost

Par contre, une très belle surprise du côté du compost, où 6 magnifiques plants de potirons se sont développés tout seuls, sans semis, sans repiquage, sans arrosage, sans apport de fumier, sans attaque de limaces,... Résultat ce matin, en coupant des feuilles de consoude et des orties fraiches : je découvre non pas 3, mais 6 magnifiques potirons !

Potiron spontané sur le compost

Potiron spontané sur le compost Potiron spontané sur le compost

Potiron spontané sur le compost Potiron spontané sur le compost

Maintenant, vous savez pourquoi je veux passer tout le jardin en permaculture : pour prendre chaque été de loooongues vacances et retrouver un jardin épanoui et productif à mon retour, sans qu'il aie besoin du jardinier pendant 2 mois (OK, OK, je rêve un peu, mais ça me motive !).

mardi 6 septembre 2011

Nos débuts en permaculture

permaculture

Juste avant l'été, nous avons découvert avec grand intérêt le concept de "permaculture" : un potager qui imite un écosystème en équilibre, où les légumes se ressèment à leur gré, où tout pousse dans une joyeuse pagaille... C'était déjà notre philosophie avec le "potager spontané", mais nous avons encore des progrès à faire sur le plan de la productivité (à part les fleurs, peu de résultats !).

permaculture permaculture

Démarrage donc d'un essai de 3 planches en permaculture, sur le site de notre ancien potager en lignes.

Caractéristiques :

permaculture permaculture

- largeur des planches de culture : 1m40 (la plupart des auteurs conseillent 1m20 pour désherber facilement au centre, mais avec les côtés en pente, cela me parait peu comme surface cultivable...)
- largeur des allées : 50 cm (les auteurs conseillent de 20 à 30 cm, mais cela me parait vraiment étroit pour passer à l'aise avec mon seau et mes outils) - les allées serviront aussi à faire sécher les "mauvaises herbes" arrachées dans les planches avant de les remettre sur la terre des planches
- orientation est-ouest (pas de chance, certains auteurs conseillent nord - sud, mais d'autres disent que ça n'a pas d'importance : on verra bien les résultats !)
- constituer une butte de bonne terre, avec la terre des allées (creuser maximum 25 cm) et une abondante couche de compost décomposé
- les bords de la butte plantés de végétaux peu gourmands en eau (pour l'instant, j'ai mis de la ciboule, je compléterai au fur et à mesure)
- le haut de la butte est provisoirement occupé par des plants de scarole, laitue et mâche (histoire que ce soit joli tout de suite !)

permaculture permaculture

On le voit, plusieurs préceptes cohabitent sur le net, et je n'ai pas encore trouvé un bouquin sur la permacultue qui soità la fois valable et agréable à lire... Vos conseils (sites ou livres) sont les bienvenus !

permaculture

jeudi 30 juin 2011

Les jardins ouverts à Mélin (Jodoigne)

Toutes les années impaires, lors du dernier week-end de juin, ce sont les portes ouvertes des jardins particuliers de Mélin. L'occasion de découvrir une trentaine de jardins, et autant de jardinier passionnés.

Jardins ouverts à Melin

Jardins ouverts à Melin

Du splendide jardin paysager aux collections de roses aux mille couleurs, des étangs et cascades aux potagers bien rangés, chaque jardin est à l'image de ses propriétaires : beau et généreux.

Jardins ouverts à Melin Jardins ouverts à Melin

Jardins ouverts à Melin

Nos 3 coups de coeur pour cette édition 2011 :

Le jardin d'Alain et Chantal

Jardins ouverts à Melin

Non loin du centre, ce "jardin du monde" vous invite à la balade par de tout petits sentiers, des chambres secrètes, un potager, un bassin aux koïs remarquables...

Jardins ouverts à Melin Jardins ouverts à Melin

Chaque plante a été semée et cultivée avant d'être mise en terre par le propriétaire. Et grand on lui demande combien de temps il faut pour avoir un aussi beau jardin, Alain vous répond qu'il n'est pas nécessaire de compter, car ces heures sont un pur bonheur.

Le jardin de Natacha

Jardins ouverts à Melin Jardins ouverts à Melin

Chaque matin, pieds nus, Natacha fait le tour de son jardin, dont elle a dessiné chaque massif et choisi chaque plante. Le jardin de cette passionnée de décoration est joli et accueillant, que l'on soit au potager en carrés, près du poulailler ou allongé sous un arbre sur un confortable transat.

Jardins ouverts à Melin

Si notre jardin devait ressembler à un autre, ce serait à celui de Natacha !

Le jardin de Josiane

Jardins ouverts à Melin

C'est la première fois que Josiane ouvre son jardin plein de surprises et de clins d'œils amusants. A mon avis, la propriétaire des lieux a beaucoup d'humour ! Et quel gentil accueil par sa maman...

Jardins ouverts à Melin Jardins ouverts à Melin

Si vous allez à Mélin pour l'édition 2013 des Jardins Ouverts, un petit conseil: prenez vos vélos, car même si la balade à pied est faisable, les distances finissent par compter à la fin de la journée !

Jardins ouverts à Melin Jardins ouverts à Melin

Jardins ouverts à Melin Jardins ouverts à Melin

Voir les photos de la promenade des Jardins en 2009...

vendredi 24 juin 2011

De belles rencontres à la Fête des Plantes de Fallais (Burdinale)

Chaque année, le 3ème WE de juin, c'est la Fête des Plantes au Jardin Patrimonial de Pitet (Fallais).

Une expo-vente placée sous le signe de l'écologie et du respect de la biodiversité, avec des conférences en plein air, des visites thématiques de la collection de plantes, des dégustations de plantes sauvages (nous y avions découvert les beignets de consoude il y a 2 ans) et beaucoup, beaucoup de partage et de passion.

Fête des Plantes de Fallais

Voici mes 3 coups de coeur pour cette édition 2011 :

- Les Balad'anes

Carl est venu avec ses ânes de la Vallée de l'Hermeton. Inlassablement, Ferdinand et Cadichon (à vrai dire, je ne connais pas le vrai nom des deux adorables bourricots) font faire le tour du jardin aux enfants, d'abord craintifs puis émerveillés. Outre sa passion pour les ânes et pour sa jolie région (Sautour, près de Philippeville), Karl produit de la viande de Highland, "plus que bio" car 100% naturelle et très bonne pour la santé.

http://www.baladanes.be

Fête des Plantes de Fallais Fête des Plantes de Fallais

- L'herboristerie Hildegarde

J'avais déjà entendu parler de cette herboristerie de Braives sur le site de Madame Nature, j'avais goûté leur sel aux herbes (genre de sel de céleri mais encore bien plus que ça), et les voilà avec leur biscuits de la joie. L'herboristerie n'est ouverte que le mercredi et elle vaut le détour, que l'on aie ou pas des petits bobos à soigner ou juste l'envie de se faire plaisir.

- Le stand de Fabienne Delcorps

Sur son stand "Cense Equi-Voc", Fabienne présente une incroyable collection de plantes comestibles, sauvages, utiles,... Et quand elle se met à vous parler de sa passion, la permaculture, vous restez suspendu à ses lèvres même sous la drache ! La permaculture, une révélation pour moi ! J'aurai l'occasion de vous en parler prochainement sur ce blog...

Fête des Plantes de Fallais Fête des Plantes de Fallais

Le Jardin des Plantes Patrimoniales de Pitet (Fallais)

Le jardin des plantes de Fallais (entre Huy et Hannut) est un remarquable jardin didactique, installé par des bénévoles dans l'ancien potager du château de Pitet.

Jardin des Plantes Patrimoniales de Pitet

Il propose un vaste ensemble de plantes indigènes, utilisées par l'homme à toutes les époques pour se soigner, s'alimenter, teindre les textiles,... Aujourd'hui, on insiste plus sur les plantes mellifères et l'importance d'accueillir la biodiverité au jardin.

Jardin des Plantes Patrimoniales de Pitet

Outre la collection de plantes dites "patrimoniales" (273 espèces !), le jardin abrite un pré fleuri, un vignoble, un potager au naturel, une spirale d'aromatiques, un abri à insectes et, depuis peu, une parcelle cultivée selon les règles de la permaculture.

Jardin des Plantes Patrimoniales de Pitet Jardin des Plantes Patrimoniales de Pitet

Le jardin ouvre ses grilles de 14h à 17h les dimanches et jours fériés, du 1er mai au 30 septembre (autres dates possibles sur réservation pourles groupes et les écoles, pour qui des visites didactiques peuvent être organisées).

Jardin des Plantes Patrimoniales de Pitet Jardin des Plantes Patrimoniales de Pitet

Le petit "plus" : ce jardin est à deux pas du Ravel Wanze - Hannut (La Traversine). Combinez donc une balade à vélo avec une belle découverte de notre patrimoine naturel !

lundi 20 juin 2011

Portes Ouvertes au jardin de l'Ecole Défis (Sart d'Avril)

Ce dimanche, L'Ecole Défis, une sympathique ASBL à Sart d'Avril (Fernelmont) faisait découvrir son jardin aux membres de Nature et Progrès.

Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril

"Amoureux de la nature et animés par le même désir de partager leurs passions, Christian Baeke, Bérengère Lhomme et Nadia Baeke ont fondé l'Ecole Défis, un lieu de rencontres, de découvertes, de partage de savoirs, de créativité et de jeux, de conférences et table d'hôtes."

Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril

Sous la houlette de Christian le jardinier, nous découvrons un potager décoré de sculptures, où les enfants des écoles voisines viennent planter une petite graine, qui donnera peut-être des semences à partager avec d'autres enfants du Sud.

Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril

Malgré le temps parfois capricieux, on prend plaisir à se promener dans ce jardin plein de poésie, où la Nature a repris la main et où celle de l'homme apporte deci delà une petite touche de couleur ou d'humour...

Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril

Nous rentrons ensuite dans une magnifique maison toute en lumière, pour déguster un café et une crêpe, partager sur le potager en carré ou la permaculture, faire connaissance,...

Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril

Et on est à peine parti de "L'Ecole Défis" que l'on a envie d'y revenir, peut-être pour participer au GAC et acheter de délicieux paniers bios à la rentrée, ou pour assister à une conférence autour d'une bonne table d'hôtes...

Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril Le jardin de l'Ecole Défis, Sart d'Avril

La porte ouverte est également racontée sur le blog de l'ASBL

mercredi 15 juin 2011

Joyeuse pagaille dans les carrés

Chaque année, au mois de juin, je suis émerveillée de voir l'exubérance de la végétation dans les carrés du potager.

Potager en carrés en juin Potager en carrés en juin

Potager en carrés en juin
Le carré de Ferdinand : maïs multicolores au milieu, haricots rouges d'Espagne et concombres prêts à grimper, laitues, roses trémières, pourpier, une carotte en fleurs (pour les chenilles de machaon), un semis (raté) de carottes et une place pour 3 tournesols (à repiquer)...

Potager en carrés en juin
Le carré du milieu : tagettes, consoude, cresson de jardin, roquette, courge (ronde de Nice ou coureuse, on verra bien), pavot, amarante (venus tous seuls),... et encore deux carrés libres pour de prochains semis !

Potager en carrés en juin
Le carré des légumes oubliés : crosne du Japon, chénopode Bon Henri, brede mafane, sauge ananas, basilic vivace, souchet (dont on fait la "horchata"), persil frisé, pavot et soucis, sans oublier les laitues...

Potager en carrés en juin Potager en carrés en juin

lundi 13 juin 2011

Portes ouvertes au jardin de Salvia asbl (Theux)

Le catalogue "Portes Ouvertes" de Nature et Progrès permet de découvrir des jardins insolites, dont les propriétaires partagent avec passion leurs trucs et astuces en jardinage biologique.



Après Patricia Gramme à Wavre, cap sur Theux (Province de Liège), pour découvrir le jardin de l'association Salvia, un ilot de biodiversité au milieu des bocages et des ravissantes collines qui ondulent vers Spa.



Jacques et Jeannine sont arrivés il y a 16 ans à Hobdomont. Après avoir construit une maison en matériaux naturels, ils ont entrepris de transformer une "prairie à vaches" en un jardin où la Nature foisonne dans un joyeux désordre d'espèces, de formes et de couleurs, à l'image d'un monde végétal où l'Homme serait un invité plus qu'un ouvrier.



Ils fondent ensuite Salvia, une asbl pour promouvoir le concept de jardin "sauvage". Mais qu'est-ce qu'un jardin sauvage ?

C'est d'abord un biotope accueillant pour nombreuses espèces menacées : oiseaux, batraciens, hérissons, insectes,... On y trouve des haies vives, des mares, des fleurs mellifères, des coins sauvages,...



C'est aussi un jardin où la Nature a trouvé un certain équilibre : les hérissons et les poules mangent les limaces, les déchets verts fournissent du compost, les plantes associées se protègent mutuellement,...

C'est enfin un jardin qui a du volume et des couleurs en toutes saisons, qui offre chaque jour de nouvelles floraisons et récoltes, qui évolue un peu chaque année, pour le plus grand plaisir de nos hôtes jardiniers.



Jacques au potager, bio bien entendu, Jeannine aux massifs de fleurs, arbres fruitiers et petit élevage. Plus de 130 espèces de roses cohabitent ici avec des géraniums vivaces, des buissons fleuris, des grimpantes et une multitude de petits objets en céramique créés par notre jardinière-artiste lors des longues soirées d'hiver.



Dans ce jardin labyrinthe, où serpentent les sentiers secrets, vous ne verrez pas un cm2 de terre nue et ne trouverez bientôt plus le moindre espace d'herbe : chaque recoin abrite en effet un massif, une mare, un petit banc pour le repos du jardinier...

L'inspiration guide nos jardiniers : un jour ils plantent un poirier, en fleurissent le pied, un autre ils creusent une mare, l'entourent de vivaces, toujours ils testent, apprennent, découvrent,... Car si "les érudits savent quantité de choses de seconde main, le jardinier, lui, sait peu de choses, mais de sa propre main". Pas étonnant que Jacques et Jeannine aient fait leurs cette phrase de Nan Chan !



samedi 4 juin 2011

Les habitants de notre jardin









Arthur et les minimoys

J'ai toujours adoré l'affiche du film "Arthur et les Minimoys". Maintenant je sais pourquoi...