Quoi de neuf au potager ?

>> Retour au site de notre jardin











Suivez-nous ! facebook  twitter                            

dimanche 28 juin 2015

Pourquoi j'arrête la permaculture

La permaculture, c'est fort joli et même "militant", mais ça n'a pas que des avantages (perte de place, invasives, manque de paillage en été,...). Après plus de 3 ans avec 5 buttes en permaculture, j'ai décidé de revenir à un potager plus classique. C'est avec plaisir que je partage mon expérience avec vous.

Inconvénients de la permaculture :

- Sol (argileux) très compact et sec en haut des buttes, qui ont tendance à se découvrir. Pour vous donner une idée, même debout sur ma fourche-bêche, je ne parvenais pas toujours à creuser un trou de plantation pour mes plantes !

- Présence d'invasives (liseron, chiendent) qui font des racines en profondeur, impossibles à retirer sans retourner le sol

- Manque de paillage en été (la permaculture a pour principe de recycler ce qui vient du jardin sans importer d'autres matières comme la sciure ou la paille de lin)

- La permaculture ne convient pas aux légumes-racine ni aux semis (il faut tout repiquer... et essayez toujours de repiquer une carotte !), les haricots y dessèchent ou se font dévorer et les pommes de terre envahissent tout.

- Perte de place avec les buttes (allées et cotés des buttes peu faciles à cultiver). Impossible de créer des "trous de serrure" dans un petit jardin

Au final, un potager esthétique mais qui ne nourrit pas ma famille de 5 personnes de façon variée et productive, loin de là.

Pourquoi j'arrête la permaculture
J'ai donc décidé de retourner mes buttes de permaculture à la fourche-bêche

Avantages de la permaculture

- Mon sol s'est nettement amélioré par endroits, surtout dans les zones cultivées en buttes plates qui ont moins desséché. La terre est noire et sent bon, les vers de terre y sont très nombreux.

- Les buttes sont pratiques pour cultiver les gros légumes (choux, bettes, arroche,...) et les légumes vivaces

- Le côté "melting-pot" est très esthétique

Buttes de permaculture Buttes de permaculture

Ce que je garderai de mon expérience en permaculture

Je garde une butte en permaculture pour les choux, les légumes vivaces, quelques patates et pour repiquer les légumes qui ne trouvent pas leur place ailleurs.

Je continuerai à mélanger les légumes et à les laisser se ressemer naturellement

Le sol sera paillé partout dans la mesure du possible : j'étendrai sur le potager les tontes de haies (BRF) en automne, de pelouse (chicken mulch), la paille du poulailler, et j'y jetterai même mon compost en hiver.

Je continuerai à tolérer les limaces pour autant qu'elles ne dépassent pas le quota que je leur accorde (10% des récoltes).

Pourquoi j'arrête la permaculture

Et maintenant ?

Je ne bêche pas le sol en profondeur mais je le nettoie chaque année (racines de liseron et chiendent) et je casse les grosses mottes d'argile au moyen d'une fourche-bêche (j'ai essayé la grelinette, très chère, qui ne casse pas les mottes).

Je retire le paillage au moment des semis et je le remets quand les plants seront assez robustes (cela permet de limiter les dégâts des limaces, de réchauffer le sol et surtout de voir si ça pousse !).

J'avoue que j'ai quand même dû renoncer à mes rêves de carottes, navets et autres légumes racine : le sol argileux, même bien travaillé, ne leur convient décidément pas. J'ai également du mal avec les haricots... Mais j'ai pu enfin mettre des lignes de poireaux, de fêves, de petits pois et de pommes de terre.

Pour le reste, les petites graines enfouies dans le sol ont germé toutes seules : le potager "en lignes" ressemble à nouveau à une jungle, avec arroche, bettes, bourrache, soucis. Adieu mes rêves de lignes bien régulières de légumes bien rangés !

Pourquoi j'arrête la permaculture
Au mois de juin, il faut avouer que les cultures en lignes ne sont pas au rendez-vous...

Spanakopita aux feuilles d'arroche, jeunes bettes et épinards

La "spanakopita" (ou spanacopita) est une recette grecque de chausson aux épinards que j'ai adaptée en fonction de ce que j'avais sous la main, tant au potager que dans mon frigo.

Recette de spanakopita aux feuilles d'arroche, jeunes bettes et épinards

Ingrédients

- un grand saladier et demi de légumes "feuilles" : épinards, arroche, jeunes bettes (poirée), chénopode, etc.
- un rouleau de pâte feuilletée (la recette originale se fait avec des feuilles de brick mais j'ai pris ce que j'avais au frigo et la pâte feuilletée va très bien aussi)
- une barquette de fêta (fromage grec) ou Salakis (le même fromage, fabriqué en France)
- deux oignons
- deux grosses gousses d'ail
- deux œufs moyens
- huile d'olive

Et pour épicer : sel, poivre, origan, thym et fenouil (frais ou séché).

Recette :

- ébouillanter les feuilles d'épinard & co pendant 5 minutes et bien les essorer (on peut aussi les cuire directement avec les oignons, ça fait moins de vaisselle)
- faire revenir les oignons émincés dans l'huile d'olive, ajouter l'ail, puis les épinards, laisser mijoter en remuant et en veillant à évaporer le jus de cuisson
- ajouter les herbes aromatiques et les épices
- hors du feu, mélanger avec les œufs et la fêta émiettée

Prendre un plat à tarte et y disposer la pâte feuilletée
Répartir le mélange sur la moitié du cercle et replier la pâte en deux (comme pour une pizza calzone), coller les bords pour bien fermer le chausson
Cuire au four environ 20 minutes, jusqu'à ce que la pâte soit bien dorée.

Servir chaud coupé en larges lanières. C'est délicieux en apéritif dînatoire ou comme entrée.

Bon appétit !

dimanche 17 mai 2015

Des poules en liberté au jardin : une utopie ?

Nous adorons voir nos poules gambader, heureuses, en liberté, dans tout le jardin et même les prés voisins. Et pourtant, on nous pose toujours les mêmes questions : Ne mangent-elles pas les fleurs ? Ne vont-elles pas se faire dévorer ou écraser ? N'avez-vous pas peur ?

Des poules en liberté au jardin

Des dégâts aux plantes ?

Contrairement à une idée reçue, laisser 2 ou 3 poules courir en liberté dans un jardin de quelques ares n'occasionne pas de gros dégâts aux plantes, à condition de protéger temporairement les jeunes plantations et de barrer l'accès au potager.

Des poules en liberté au jardin Des poules en liberté au jardin

Gratter

Le plus grand plaisir de la poule, c'est de gratter le sol. En particulier si elle voit la terre nue, synonyme de vers de terre, elle ne se tient plus. Et c'est ce grattage qui cause le plus de dégâts. Mieux vaut donc ne pas trop nettoyer vos parterres pour éviter de mettre la terre à nu entre les plantes. Les plantes vivaces, robustes, sont à privilégier par rapport aux annuelles qui nécessitent semis ou repiquage.

Creuser des "nids de poule"

Des poules en liberté au jardin

Les poules adorent également creuser une cuvette dans la terre, généralement dans un endroit sec et ensoleillé, vide de plantes. Une fois qu'elle a creusé son bain de poussières, la cocotte retourne chaque jour "se baigner" au même endroit.

Des poules en liberté au jardin Des poules en liberté au jardin

Nos poules apprécient les abords du bac à sable où, à part quelques trous dans la pelouse, elles ne nous causent aucun ennui. Si elles décident de creuser un nid dans un parterre, je mets un grillage et quelques plantes pour leur en passer l'envie... ou je leur laisse leur petit bain de poussière et tant pis pour les plantes que je planterai ailleurs.

Manger

Laissée en liberté, la poule se nourrit de vers, larves, chenilles, insectes, petits escargots,... Elle mange très peu les feuilles des plantes, si peu que ses coups de becs passent pratiquement inaperçus. Elle aime l'herbe, les feuilles de bettes, les fleurs de chou et bien entendu la salade. C'est pourquoi il faut la bannir du potager.

Petites poules, petits dégâts

Si vous n'êtes pas convaincus par ma démonstration, ou si vous voulez laisser les poules courir partout, même au potager, choisissez une toute petite variété anglaise. Petites pattes, petites griffes, petits dégâts (et petits œufs aussi).

Grillager le potager, pas le poulailler !

Plutôt que d'enfermer les poulettes dans un petit enclos très vite privé d'herbe à cause du grattage, mieux vaut entourer le potager de grillages et y permettre l'accès du jardinier au moyen d'une porte infranchissable par nos cocottes.

Des poules en liberté au jardin

Quelques trucs tout bêtes pour empêcher les dégâts des poules à vos jeunes plantations :

- des pots de fleur en terre cuite retournés sur les semis
- un cageot de bois retourné après la plantation des dahlias (en plus de gêner la poule, il maintient le sol bien frais)
- un grillage posé sur le sol et maintenu par 3 ou 4 bâtonnets
- une clôture temporaire autour des semis et plantations' avec des piquets légers et du grillage fin, pas trop visible
- des cercles rigides constitués d'une grille enroulée sur elle-même, très faciles à déplacer pour protéger une plante fraîchement replantée

Des poules en liberté au jardin Des poules en liberté au jardin

Attention, ponte sauvage !

Un des inconvénients de la vie en liberté est que nos poules ont perdu l'habitude de pondre au poulailler : nous avons retrouvé un jour un joli nid avec une dizaine d'œuf sur dans un parterre !

Des poules en liberté au jardin Des poules en liberté au jardin

Pas contents, les voisins ?

Si votre voisin a un potager, il faut absolument éviter que les poules aille y "mettre le souk". Veillez donc à vos grillages "frontaliers" : pas de trous en-dessous, pas trop bas non plus.

Des poules en liberté au jardin Des poules en liberté au jardin

Nous n'avons pas eu de plaintes de nos voisins mais ils ont dû asséner une bonne correction à nos poules la fois où elles ont osé passer chez eux. Résultat : plus jamais elles n'ont tenté de partir de ce côté. Par contre, elles traversent allègrement la route pour aller à la chasse dans le pré de la ferme, ou chercher des restes de légumes chez notre gentille voisine d'en face. Je suis certaine que les poules se rappellent où elles sont bienvenues... et inversement !

Et les prédateurs ?

Nous n'avons jamais eu peur des buses, des fouines ou des renards. Pourtant, à entendre les voisins, ces prédateurs font des ravages tout autour de chez nous, et jamais chez nous. Est-ce un coup de chance ? Notre odeur dans le jardin ? La présence d'une végétation nombreuse ?

Nos poules se défendent pas mal contre les chats et les chiens errants, même si elles ne peuvent pas voler (je rêve de poulettes anglaises qui pourraient se réfugier en haut des arbres !).

Le soir, elles rentrent bravement dans leur maisonnette, et j'avoue que je ne vais m pas fermer la porte le soir. Si un prédateur passait, c'est clair, il rentre sans problème. Mais au pire, si elles se font croquer, tant pis, nos poules auront eu une belle vie.

Des poules en liberté au jardin

samedi 16 mai 2015

Le buis au jardin : autant de charme que de formes

Dès la création de notre potager, nous l'avons entouré d'une haie de buis. Sans trop nous poser de questions, juste pour son côté esthétique : le buis se taille bien et reste vert en hiver.

Buis taillés au potager

Sans vouloir ressembler au Parc des Topiaires de Durbuy, nous avons beaucoup de plaisir à jouer sur les formes et les tailles de nos buis.

Buis taillés au potager

Bouturage du buis

Nous avons acheté notre première rangée de buis en pots. Mais à chaque coupe, nous avons bouturé quelques branches, en pots ou en pleine terre, ce qui nous a permis d'agrandir la haie (avec l'agrandissement du potager), de créer de nouvelles formes et de mettre aussi des buis autour des parterres.

Taille du buis

Je taille les buis plusieurs fois par an, en général au printemps et en automne, pour qu'ils soient bien nets sous la neige, en hiver. Il faut éviter les journées de grand soleil lors de la taille et juste après celle-ci, pour éviter que les feuilles ne jaunissent.

Pour les boules, je travaille "à l'oeil", mais il est également possible d'utiliser un gabarit, sorte de demi-cercle en creux découpé dans une planche.

Buis taillés au potager

Maladie du buis

Nous avons heureusement été épargnés (touchons du buis !) par le terrible champignon qui touche les buis (cylindrocladium buxicola), les rendant tout bruns et obligeant généralement leur arrachage complet. Ce fut hélas le cas de Sophie qui explique qu'aucun fongicide n'est venu à bout de cette attaque. Pareil chez mon amie Frédérique, en plein coeur de Mons.

Les buis et la fertilité du potager

J'ai déjà entendu dire que le buis n'était pas bon au potager. C'est vrai que ses racines s'enfoncent loin dans la terre, faisant de la concurrence aux légumes. Je m'arrange donc pour créer une allée de minimum 30 cm entre les buis et la zone cultivée.

De l'engrais pour les buis ?

J'avoue n'utiliser aucun engrais au jardin, ni sur le potager, ni sur les plantes, et encore moins sur les buis qui se débrouillent très bien pour pousser tout seuls dans notre sol à tendance calcaire.

Buis taillés au potager Buis taillés au potager

L'odeur du buis ?

Certaines personnes n'aiment pas l'odeur du buis, qui selon elles ressemble au "pipi de chat". Personnellement, j'adore l'odeur du buis qui me rappelle le jardin de ma grand-mère et les énormes buis où nous allions nous cacher, enfants, avec mes cousins. Mais la vérité, c'est que l'espèce de buis à croissance rapide que nous avons chez nous n'a pratiquement aucune odeur...

Sans vouloir ressembler aux Jardins de Marqueyssac ni au Parc des Topiaires, nous avons beaucoup de plaisir à jouer sur les formes et les tailles de nos buis.

Buis taillés au potager

Quel changement depuis les premiers essais de taille ! Mais il nous reste aussi du travail pour imiter les magnifiques topiaires du Jardin de Hoegaarden ou, mieux encore, des fabuleux Jardins de Marqueyssac.

vendredi 17 avril 2015

Frittata à l'égopode podagraire

Par une belle journée d'avril, j'ai préparé aux enfants cette omelette italienne, servie froide ou tiède et découpée en quartiers. Ils se sont régalés !

Frittata à l'égopode podagraire

La "fausse angélique" ou égopode podagraire est l'une des pires invasives au jardin potager, mais par chance, c'est également une excellente plante comestible.

Frittata à l'égopode podagraire

La recette

  • Cueillir un grand saladier de feuilles et tiges d'égopode (si possible jeunes)
  • Les ébouillanter pendant 5 minutes et les hacher grossièrement avec des ciseaux (pendant qu'elles trempent dans l'eau bouillante)
  • Essorer les feuilles - récupérer le jus de cuisson pour votre soupe
  • Mélanger dans un grand bol 6 oeufs, 100 ml de crème fraîche, les feuilles hachées, sel, poivre et muscade
  • Prendre une poële anti-adhésive assez creuse, verser un peu d'huile d'olive et y verser le mélange
  • Cuire à feu doux avec un couvercle
  • Retourner la frittata en la glissant sur le couvercle et en renversant la poële dessus, puis retourner le tout
  • La frittata doit être bien cuite et bien dorée. Servez sur un plat coloré avec une petite feuille de fausse angélique fraîche pour garnir et... surprendre vos invités !
Frittata à l'égopode podagraire Frittata à l'égopode podagraire

Très bon comme plat principal ou à l'apéritif (petites portions servies avec un cure-dent).

Frittata à l'égopode podagraire Frittata à l'égopode podagraire

D'autres recettes à base d'égopode :

samedi 21 mars 2015

Trois recettes apéritives à base d'orties

Dès les premiers jours du printemps, juste après l'ail des ours, voici que poussent les premières orties. L'occasion de faire le plein de fer et de vitamines, tout en se léchant les babines, avec ces trois recettes pour l'apéritif !

Trois recettes faciles à base d'orties

Cueillette des orties

Mieux vaut éviter les orties proches des routes et des bestiaux. Un lavage peut s'avérer utile. N'oubliez pas vos gants !

Trois recettes faciles à base d'orties Trois recettes faciles à base d'orties

Soupe aux orties

Des orties, du pain un oignon : une délicieuse soupe prête en 20 minutes.

Trois recettes faciles à base d'orties Trois recettes faciles à base d'orties

La recette :
  • Faire fondre un gros oignon dans une casserole
  • Y verser un grand saladier d'orties et un demi verre d'eau, laisser réduire
  • Ajouter sel, poivre, un cube de bouillon de poule et des morceaux de pain sec
  • Couvrir d'eau (chaude si vous êtes pressé) jusqu'au dessus des feuilles réduites
  • Cuire 20 minutes et mixer
Un peu plus tard dans la saison, n'hésitez pas à mélanger 50% d'orties et 50% et d'égopode podagraire.

Trois recettes faciles à base d'orties Trois recettes faciles à base d'orties

La soupe d'ortie se sert chaude ou froide, avec un peu de crème fraîche pour adoucir le goût.

Beurre d'ortie

Hacher finement les orties, tourner 3 cuillers à soupe de beurre en pommade, ajouter une cuiller à café de moutarde, sel, poivre, et mélanger le tout. Servir sur des toasts.

Trois recettes faciles à base d'orties

Trois recettes faciles à base d'orties Trois recettes faciles à base d'orties

Trois recettes faciles à base d'orties Trois recettes faciles à base d'orties

Petit défaut, le beurre d'orties attrape vite un petit goût rance. Mais quand il est frais, c'est la recette qui révèle le mieux le goût de l'ortie. Et... non, ça ne pique pas !

Pesto d'ortie

Déjà bien connue avec l'ail des ours, le pesto d'ortie se réalise en broyant, au mortier ou au robot :
  • des feuilles d'ortie finement ciselées
  • des pignons de pin ou des graines de tournesol
  • du gros sel
  • de parmesan rapé.
Trois recettes faciles à base d'orties

Sur ce, je vous souhaite de délicieux apéritifs à base d'orties !

vendredi 31 octobre 2014

Les Jardins d'Oo

De délicieux légumes, cultivés au naturel par Xavier et Bili, son cheval de trait brabançon, vous attendent aux Jardins d'Oo, rue de la Victoire à Noville-les-Bois (Fernelmont). Coup de projecteur sur un maraîcher pas comme les autres...

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

L'organisation organique

"Nous nous devons de nous orienter vers des actes bénéfiques, joyeux et qui rendent heureux. Nos métiers ne peuvent plus nous étouffer, mais doivent nous donner de l'énergie, de l'espoir et du bonheur."

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Sur base de valeurs fortes (être libre, solidaire et biopositif), Xavier quitte une carrière bien chargée de manager dans le monde associatif pour retourner à la Terre, vivante et nourricière et se relier aux animaux.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

"Je propose de nous organiser comme la Nature et d'y puiser des idées pour de nouvelles solutions. Cette organisation organique (Oo) peut s'appliquer à toute organisation humaine, communauté, association et même aux entreprises."

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Retour au Jardin... d'Oo

Début 2014, Xavier a commencé à cultiver un champ d'un quart d'hectare à Noville-les-Bois, au cœur du fertile plateau hesbigon. Aujourd'hui, vous pouvez aller y chercher vos légumes, en échange de quelques pièces laissées en toute confiance dans une tirelire.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Le choix est vaste et varie en fonction de la saison. En ce moment, de délicieuses carottes sont prêtes à déterrer, vous pouvez cueillir des pains de sucre et des aromates, mais aussi choisir dans un bel assortiment de courges, d'oignons et d'échalotes.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

En pratique

- Téléphonez à Xavier (0498 321 481 - 081 510 166) ou envoyez-lui un mail (info@ooexperience.be) pour devenir membre des Jardins d'Oo (inscription gratuite et sans engagement)
- Le champ est accessible jour et nuit, toute la semaine. Il vous manque une échalote ? Hop, prenez votre vélo et venez vous servir (selon la saison) en laissant le prix indiqué dans la tire-lire
- N'oubliez pas vos sacs et emballages !
- Adresse du champ : Jardins d'Oo, rue de la Victoire, juste à gauche de la police, à Noville-les-Bois (Fernelmont).
- Le samedi matin, vous serez accueilli par le jardinier lui-même, c'est encore plus sympa.

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Les Jardins d'Oo à Fernelmont

Pour connaître la liste des légumes du moment, consultez le site http://www.ooexperience.be/ ou inscrivez-vous à la newsletter.

Conclusion

Vous l'avez compris, les Jardins d'Oo, c'est bien plus qu'un champ de légumes bio en libre service. C'est une façon concrète de nous relier, à la terre qui nous nourrit, aux animaux qui nous ont tant aidés dans l'évolution de notre société, et surtout à nous relier aux autres.

samedi 17 mai 2014

Galettes d'arroche à la ricotta

C'est la première fois que j'utilise de la ricotta en cuisine et c'est un fromage délicieux ! On le fabrique avec du lactosérum (ce qui reste du lait après la fabrication du fromage).

Galettes d'arroche à la ricotta

En ce moment, nous avons de très beaux plants d'arroche (semis spontané) et j'avais entendu que les feuilles se cuisinent comme les épinards. Surprise : la superbe couleur rose fuschia de l'eau de cuisson.

Arroche Feuilles d'arroche

Mais assez bavardé, passons à la recette de nos galettes :

Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

Les ingrédients :
  • 3 œufs
  • Un pot de ricotta (Galbani)
  • Zeste d'un demi citron
  • Un saladier de feuilles d'arroche (ou autre légume-feuille, voir ci-dessous)
  • Un petit bol de chapelure (biscottes ou pain sec écrasé)
  • Un petit bol de fromage râpé
  • Sel, poivre, muscade.


Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

La recette :

  • Ébouillanter les feuilles d'arroche durant 3 minutes, les hacher et les essorer.
  • Fouetter les œufs et la ricotta pour obtenir une pâte sans grumeaux
  • Ajouter les autres ingrédients
  • Dans une poêle à frire, mettre rissoler dans l'huile des petits "poquets" de ce mélange.
  • Retourner les galettes et reformez les bords avec une spatule
  • Servir chaud ou froid. C'est délicieux !

Galettes d'arroche à la ricotta Galettes d'arroche à la ricotta

Merci à Meret Bissegger qui propose cette recette dans son livre et propose de la réaliser avec les plantes sauvages suivantes : pariétaire, ortie, chénopode, ail des ours, égopode podagraire,...

samedi 10 mai 2014

Douze photos du jardin : choisissez votre fond d'écran préféré !

Chers amis, lecteurs de ce blog, ou vous qui passez par hasard...

Ce matin, le temps était gris, ce qui est souvent propice aux photos. Armée du réflex de Nicolas, j'ai parcouru le jardin pour vous ramener quelques images qui me remplissent le coeur de bonheur. Je suis heureuse de le spartager avec vous (ce qui ne signifie pas que ces photos soient libres de droits !).

Cela me ferait plaisir que vous me laissiez, dans les commentaires, votre avis sur ces photos, ainsi que le nom de celle que vous préférez.

Je débute en photo et j'aimerais m'améliorer, grâce à vous !

Ail décoratif
Ail décoratif

Alchemille
Alchemille

Ancolie
Ancolie

Ancolie
Ancolie

Bourrache officinale
Bourrache officinale

Clématite
Clématite

Coeur de Marie blanc
Coeur de Marie blanc

Feuille de gingko biloba
Feuille de gingko biloba

Hosta panaché
Hosta panaché

Oignon rocambole
Oignon rocambole

Bouton de rose Pierre de Ronsart
Bouton de rose Pierre de Ronsart

Georgette et Pipelette en goguette
Georgette et Pipelette en goguette

N'oubliez pas de voter pour votre photo préférée ! Les 3 photos recueillant le plus de votes (avant le 15 mai) seront téléchargeables comme fond d'écran.

Savez-vous planter des choux...

Avant d'installer nos buttes de permaculture, j'avoue avoir eu beaucoup de mal à récolter des choux au potager. Mais tout a changé, ce 1er mai, en découvrant non pas un, mais 3 énormes choux-fleurs, sur un pied de chou planté en... septembre 2012, soit deux ans plus tôt !

Récolte de chou-fleur

Eh oui, en permaculture, il ne faut pas être trop pressé... mais quelles belles surprises au détour d'un petit tour au jardin !

Nous n'avons pas pesé "la bête" mais à la tête de Florine, on devine qu'il était bien lourd !

Récolte de chou-fleur Récolte de chou-fleur

Quel contraste avec les pieds de chou achetés ce printemps (en mars) et qui, malgré un temps très doux, ont stressé et donné une pomme minuscule.

Récolte de chou-fleur Récolte de chou-fleur

Le chou planté en septembre a pris le temps de s'installer. Après avoir passé un hiver rigoureux sous la neige, il s'est épanoui l'été suivant et nous a ravis par la jolie couleur de ses feuilles. Et lorsque, après encore un hiver, ses collègues se sont mis à monter en fleurs, il nous a gratifié de trois magnifiques récoltes.

Notre chou-fleur durant l'été 2013

Il n'y a pas que le chou-fleur qui se plaît dans la permaculture : nous y avons aussi planté un chou Daubenton, 5 plants de choupin (essai pour les Facultés agronomiques de Gembloux) et du chou vert, qui a lui aussi donné trois belles têtes après deux hivers passés en terre.

Récolte de chou-fleur

Précisons que nous ne traitons ni ne protégeons les choux contre les chenilles, bien au contraire : nous préférons de loin avoir des papillons au jardin, et nous passer de choupin ;-)

Chou Daubenton Choupin

Désormais, nous pouvons fièrement chanter "Savez-vous planter des choux... à la mode de chez nous" !

dimanche 4 mai 2014

Recette du pain maison de Nicolas

Recette du pain maison de Nicolas

Ce matin, en allant à la boulangerie, notre petite Florine a fait une belle gaffe. La boulangère lui signalant qu'il n'y avait plus de croissants, elle répondit gentiment : "ce n'est pas grave, on mangera le bon pain de mon papa". Oups...

Il est vrai que depuis que Nicolas nous pétrit avec amour et lenteur, chaque dimanche, un délicieux pain "maison", nous avons bien du mal à apprécier celui des autres boulangers...

Voici sa recette, trouvée sur Internet et améliorée peu à peu chaque semaine.

Recette du pain maison de Nicolas

Ingrédients :

1 kg de farine
600 ml d'eau
2 petites pincées de sucre (pas indispensable)
1 cuillère à soupe rase de sel
42 gr de levure fraîche

Par facilité du papier anti adhésif.

Préparation :

Émietter la levure dans un bol et y ajouter un peu d'eau. Battre à la fourchette pour la rendre mousseuse. Laisser reposer une dizaine de minutes.

Dans un grand saladier, verser la farine, le sucre, le sel et mélanger.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Creuser un 'puit' y verser le reste de l'eau. Mélanger le tout à la cuillère en bois (ça semble 'sec' au début, c'est normal).

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Ajouter la levure après 10-15 minutes et commencer le pétrissage à la main. Si le mélange paraît trop sec, ajouter un peu d'eau.

Recette du pain maison de Nicolas

Fariner le plan de travail et y mettre la boule de pâte. L'aplatir, la plier en 2, faire tourner d'un quart de tour et recommencer l'opération pendant 15 - 20 min.
Fariner de temps en temps le plan de travail.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Une fois que la boule de pâte devient bien élastique, la mettre sur un papier anti adhésif, couvrir d'un essuie et laisser reposer dans un endroit chaud pendant 3 h.

Recette du pain maison de Nicolas

Au bout de 3 heures, la pâte a doublé de volume.

Recette du pain maison de Nicolas

Recommencer l'opération de pétrissage mais, juste avant de pétrir, faire sortir délicatement l'air contenu dans la pâte en poussant dessus.
Le second pétrissage est plus rapide, il faut veiller à bien emprisonner l'air dans le pain.
Donner la forme définitive à votre pain.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

Recouvrir à nouveau et laisser gonfler encore une heure.

Recette du pain maison de Nicolas

Peu avant l'heure, préchauffer le four sur très chaud (moi j'utilise un four à air pulsé : température max : 190°).

Mettre dans le fond un plat avec de l'eau chaude pour humidifier le four.

Mettre votre pâte sur la plaque du four et, à l'aide d'un couteau très aiguisé, faire 3 ou 4 entailles dans la pâte puis enfourner.

Facultatif : après 20 ou 25 minutes de cuisson, retirer le plat d'eau pour avoir une croûte plus croustillante (attention en ouvrant le four, la vapeur qui s'échappe est brûlante). Remettre à cuire 10 min.

Après 30 ou 35 min de cuisson, retirer le pain et le laisser refroidir sur une grille.

Recette du pain maison de Nicolas Recette du pain maison de Nicolas

En tapotant dessus il doit "résonner".

Recette du pain maison de Nicolas

N'oubliez pas de "signer" votre pain avant de le couper (faire une croix sur le fond du pain).

jeudi 1 mai 2014

Tortilla au chénopode Bon-Henri

C'est dans un potager gallo-romain que j'ai découvert le chénopode Bon-Henri. Jusqu'ici, mes tentatives de le consommer étaient assez décevantes car, crue, la plante est assez amère. Le livre de Meret Bisseger propose d'en faire une tortilla, et c'est très bon.

Tortilla au chénopode Bon-Henri Tortilla au chénopode Bon-Henri

La recette :

- Cueillir un grand saladier de chénopode Bon-Henri (j'ai complété avec de l'arroche car je n'ai qu'un plant dans mon jardin).
- Blanchir les feuilles de chénopode pendant 3 minutes, les essorer et les hacher grossièrement
- Cuire des pommes de terre à chair ferme "en chemise" puis les peler et les couper en rondelles de 3 à 5 mm
- Mélanger dans un saladier : 4 à 6 oeufs, les rondelles de pommes de terre, les feuilles cuites, sel, poivre, muscade, piment d'Espelette
- On peut ajouter de l'ail, du xeres, des lardons,... selon les goûts.

Tortilla au chénopode Bon-Henri Tortilla au chénopode Bon-Henri

Beurrer un moule à tarte et faire cuire au four à feu doux pendant 20 minutes (vérifier la cuisson, les oeufs doivent avoir "pris"). C'est encore meilleur servi au jardin !

Cette tortilla peut également se préparer avec des feuilles de blettes (ou bettes), de l'egopode podagraire, de l'arroche, des épinards,...

mercredi 9 avril 2014

Deux recettes à base de renouée du Japon

La renouée du Japon fait partie des abominables plantes invasives et si vous en avez chez vous, mon seul conseil est de l'éradiquer vite fait (arracher et brûler les racines car même au compost, elle reprend).

Si par hasard vous en rencontrez en balade au mois d'avril, profitez-en : la renouée du Japon se consomme à l'état de jeune pousse (max. 50 à 70 cm). Plus tard, elle devient ligneuse.

Jeunes pousses de renouée du Japon

Voici deux recettes tirées du livre de Meret Bissegger : "La Cuisine des Plantes Sauvages", éditions Ulmer.

Tarte à la renouée du Japon (recette sucrée)

La tarte de renouée se prépare comme la tarte à la rhubarbe :

Tarte à la renouée du Japon

- une pâte à tarte "maison" ou toute faite
- couper une vingtaine de jeunes tiges en petits dés (on arrête aux feuilles)
- un mélange de 3 œufs, 250 ml de crème fraîche, une c à s de fromage blanc
- 6 c à s de miel ou de sirop de poire (nous avons mis notre gelée de pétales de pissenlits)
- mélanger le tout, verser sur la pâte et les tronçons de renouée

Cuire 40 minutes au four pas trop chaud. Déguster tiède.

Tarte à la renouée du Japon

Pour être tout à fait franche, le goût est moins bon que la jeune rhubarbe qui pousse en même temps. La tarte est originale, certes, mais si vous avez de la rhubarbe, y'a pas photo !

Renouée du Japon farcie au gratin (recette salée)

Une autre recette, salée cette fois, propose de farcir des sections plus grosses avec du fromage frais et de les gratiner.

Renouée du Japon farcie Renouée du Japon farcie

La farce se compose de fromage blanc, fromage de chèvre, noix pilées et ail des ours.

Vu la difficulté de farcir les tiges (il y a les noeuds et on n'avait pas de douille), on a préféré les couper en deux dans le sens de la longueur, les farcir et ensuite les refermer.

Grosse erreur : on n'avait pas pelé les tiges. L'écorce des tiges de renouées, même jeunes, est très ligneuse. On les a mangées comme des feuilles d'artichauts en grattant l'intérieur.

Renouée du Japon farcie

Le verdict : saveur acidulée franchement... bof. La renouée en cuisine sera plutôt utilisée pour faire des décorations (ou des montages floraux) mais elle n'est pas vraiment mangeable, même jeune.

dimanche 6 avril 2014

Beignets de gaillet gratteron

Le gaillet gratteron forme de longues tiges carrées avec des feuilles verticillées (réunies en cercle autour de la tige, en étages successifs). La tige, les feuilles et les graines collent aux vêtements, d'où mon appellation erronée de "plaque madame" (qui désigne la bardane).


Gaillet gratteron Gaillet gratteron

Ayant découvert dans l'excellent ouvrage de Meret Bissegger que le gaillet (gratteron et blanc) était comestible, j'ai improvisé cette recette en partant de la pâte à beignets préparée pour nos feuilles de consoude.

Cueillir les extrémités des tiges du gratteron (sur 15 cm et à l'état jeune sinon les tiges sont trop coriaces).

Les cuire quelques minutes dans l'eau bouillante (personnellement, je remplis ma bouilloire électrique et je verse l'eau bouillante sur les feuilles dans un plat, sans recuire). Égoutter et couper les tiges en petits morceaux.

Beignets de gaillet gratteron

Préparer une pâte à beignets (œufs, farine, lait : la pâte est moins liquide qu'une pâte à crêpe). Ajouter sel et poivre, et selon les goûts de l'ail et/ou de la sauce soja.

Mélanger les feuilles de gaillet à la pâte et verser... dans les moules de la machine à croque-monsieur (idée venue suite à une panne de gaz !). La recette peut aussi se réaliser dans un appareil à mini-crêpes.

Le résultat : de jolis beignets bien gonflés et dorés, prêts à déguster. Le goût du gaillet gratteron cuit est légèrement amer, il n'en faut donc pas trop (en proportion de la pâte) pour plaire aux enfants.

Gaillet gratteron Gaillet gratteron

Le nec plus ultra : prenez une rallonge électrique et cuisinez sur votre terrasse ou dans votre jardin :-)

N'hésitez pas à me donner votre avis sur la recette et vos suggestions pour l'améliorer !

mercredi 2 avril 2014

Cake salé à l'égopode podagraire

Dans la série "quelle mauvaise herbe allons-nous manger ce soir ?", voici une délicieuse recette, qui nécessite peu de choses et qui a beaucoup plu aux enfants.

Cake à l'égopode Cake à l'égopode

Ingrédients (pour 4 personnes, 8 selon Marmiton mais on a tout dévoré avec les enfants) :

- 200 g de farine
- 1 sachet de levure
- 4 œufs
- 7 cl d'huile
- 12,5 cl de lait
- 100 g de parmesan râpé
- sel
- poivre

Et comme garniture :

Un grand saladier plein de jeunes feuilles d'égopode. On peut aussi utiliser des orties, du chénopode (blanc ou Bon Henri) ou des feuilles de bettes.

Cake à l'égopode

Blanchir les feuilles, les essorer et les hacher grossièrement. Les insérer au mélange (assez liquide, c'est normal).

Facultatif : quelques fines tranches de lard coupées en petits morceaux.

Cuisson environ 45 minutes à 180 degrés.

La recette de la base de cake vient de Marmiton.

dimanche 30 mars 2014

Plantes sauvages, les premiers légumes de l'année

Avec le retour des beaux jours, de nombreuses plantes sauvages et légumes vivaces pointent leur nez. C'est l'occasion de déguster leurs jeunes pousses tendres et très savoureuses.

Fenouil sauvage Consoude

Chou d'Aubenton Bourrache

Fin-mars :

- ail des ours
- plantain corne de cerf
- fenouil sauvage
- livêche
- cerfeuil musqué
- chou d'Aubenton
- consoude
- ciboule, cive de Saint Jacques, oignon rocambole

Consoude Livèche

Ail des ours Cerfeuil musqué

Ciboule

Et début-avril :

- bourrache
- orties
- pissenlits
- fleurs de pissenlits
- boutons d'ail des ours
- égopode
- gaillet gratteron
- chénopode Bon Henri
- fleurs de plantain
- aspérule odorante (pour le Maitrank, mmmm)

J'ai préparé une soupe avec les jeunes feuilles de fenouil, de la bourrache, de la livêche et un peu de céleri (et des pommes de être pour épaissir). Un goût de soupe au cerfeuil, trop bon !

Également tout simple et délicieux, des tartines des maquée (fromage blanc très épais) à la ciboulette, ou les œufs des poules brouillés à la ciboulette.

Ciboule

Des recettes à base de plantes sauvages et de légumes vivace se trouvent à la rubrique "Recette" de ce blog. N'hésitez pas à nous en suggérer d'autres en laissant un commentaire ci-dessous ! Merci d'avance !

samedi 22 mars 2014

Un potager couvert en permanence, c'est tout bénéfice !

Dans son guide du "nouveau" jardinage, Dominique Soltner préconise de couvrir en permanence le sol du potager d'une épaisse couche de "mulch" (déchets verts, paille, BRF,...).

Cette technique (déjà bien connue en permaculture) favorise la vie dans le sol (vie bactérienne, vers de terre), le rend plus fertile et évite beaucoup de travail au jardinier.

Potager couvert de mulch

Un sol plus fertile

La couverture du sol évite le "lessivage" des minéraux par les pluies d'hiver, une vraie catastrophe pour le sol. Au contraire, bien nourri par le compost en décomposition, le sol s'enrichit en humus durant l'hiver et sera nettement plus fertile.

Fini le bêchage, et le désherbage !

Le sol est travaillé en permanence par les vers de terre sous la couche de mulch. Il sera donc inutile (et même très néfaste) de le labourer, et les indésirables n'y auront plus droit de cité. Finies les corvées du bêchage et du désherbage !

Potager couvert de mulch Potager couvert de mulch

Finis les arrosages !

La couverture permanente du sol évite le dessèchement l'été (où l'on utilisera plutôt de la paille). Finie la corvée d'arrosage (sauf lors des semis et repiquages). Même s'il ne pleut pas, la couche de mulch retient l'eau emmagasinée par le sol durant l'hiver. Sur ce point, je reste un peu sceptique mais on verra après l'été...

Le guide de Dominique Soltner

Le "Guide du nouveau jardinage" est plutôt coûteux (30 eur). Sa mise en page est assez moche (j'ose le dire) et, à la première lecture, on a l'impression que toutes les pages répètent la même chose : il faut couvrir le sol (c'est écrit en rouge et en gras !).

Toutefois, il ne m'a pas fallu 3 pages pour être totalement convaincue de la méthode !

Guide du nouveau jardinage, Dominique Soltner

En relisant le guide de façon approfondie, j'y découvre de précieuses informations, comme la page expliquant de façon didactique ce qu'est l'humus, ou celle, très concrète, sur la culture des pommes de terre.

Chose originale, Dominique Soltner est un fan inconditionnel du compost "industriel" produit à haute température et que l'on trouve dans les parcs à container. Personnellement, je n'ai pas grande confiance dans ce compost dont on ignore l'origine, mais il faut reconnaître que pour le semis, il présente l'avantage de ne plus contenir de graines, à l'opposé de mon compost peu fermenté qui en est bourré !

Quelle différence avec la permaculture ?

La culture sous mulch se pratique en longues plate-bandes de 1m30 de largeur maximum (pour ne pas devoir marcher sur le sol).

Les buttes de permaculture sont également couvertes en permanence. Mais vu leur forme arrondie, le mulch à tendance à glisser vers le bas, laissant parfois le sol à nu. Le dessèchement reste un problème en haut des buttes, même si cela va déjà beaucoup mieux que dans les carrés.

Potager couvert de mulch

Pourquoi changer de méthode de jardinage ?

Le jardinage est un éternel recommencement, et chaque année nous apprend de nouvelles techniques.

Après les carrés, jolis mais peu productifs, nous avons essayé la permaculture.

La forme de la butte ne permet pas la culture en lignes, elle est surtout idéale pour les gros légumes (choux, poirées, scaroles, courgettes) et les légumes vivaces.

Dans les plates-bandes, je compte revenir à une culture en lignes, en essayant d'appliquer les principes de Gertrud Franck (lignes espacées de 50 cm, séparées d'une ligne d'engrais vert ou d'épinards) en alternant les lignes de légumes feuilles, fruits et racines.

J'espère enfin réussir un potager productif, avec des légumes que j'adore mais que je ne suis pas encore parvenue à faire pousser, comme les carottes, les épinards ou les haricots. On vous tient au courant !

vendredi 21 mars 2014

Dernières récoltes : les légumes de fin d'hiver

Dès le 21 mars, les légumes qui ont passé l'hiver au potager vont monter en graines. C'est le moment de récolter ceux qui ont été épargnés par le gel tels que : cresson de jardin, choux, poireaux, bettes, chicorée pain de sucre, scarole, doucette (mâche) et claytone de Cuba.

Choux au printemps

Gardez toujours quelques plantes pour qu'elles se ressèment spontanément (éviter toutefois d'utiliser des semences F1 pour ne pas avoir de curieuses surprises à la seconde génération).

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Légumes à la fin de l'hiver Légumes à la fin de l'hiver

Quelques idées de menus de fin d'hiver aux légumes du potager :

- soupe de cresson de jardin et claytone de Cuba
- poireaux étuvés (par exemple en accompagnement d'un poisson)
- bettes au gratin avec des petits cubes de jambon et une sauce blanche
- risotto de chicorée pain de sucre
- chou farci
- soupe au chou.

mercredi 12 mars 2014

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Après 8 ans de bons et loyaux services, j'ai décidé de sacrifier 3 de nos 6 carrés pour revenir à un potager plus traditionnel, avec des lignes de 1m30 de largeur séparées par une mince allée.

Pourquoi arrêter le potager en carrés ?

Il y a 8 ans, nous étions parmi les tout premiers à adopter cette nouvelle manière de jardiner dans des mouchoirs de poche. Si le potager en carrés nous a donné beaucoup de satisfaction, notamment par son esthétique et sa facilité d'accès, force est de constater que la méthode des carrés présente des faiblesses.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Principaux inconvénients du potager en carrés :
  • Très faible productivité : quand un semis n'est pas raté ni attaqué par les prédateurs, il donne au mieux 16 radis ou 3 laitues. Souvent, c'est juste bon pour l'apéro, mais pas pour nourrir une famille nombreuse !
  • La place occupée par les allées représente une importante surface "perdue" pour la culture
  • Les carrés dessèchent très fort en été si on ne les arrose pas. Les résultats sont très décevants pour les pois, haricots et pour toutes les cucurbitacées, gourmandes en eau. Comme nous ne souhaitons pas devenir esclave de l'arrosage, il ne reste plus au bout de l'été que des fleurs de soucis, tournesols et bourrache, mais plus aucun légume !
  • Il est très difficile, sans abîmer ses carrés, de lutter contre les indésirables aux racines profondes, comme le liseron et le chiendent. Au bout de quelques années ceux-ci finissent pas s'installer profondément sous les carrés où ils ne craignent pas l'arrachage, et ils envahissent tout en lançant leur feuilles vers le haut.
  • Les allées, rapidement colonisées par l'herbe, les renoncules et les pissenlits, représentent un gros travail d'entretien, le tout à la cisaille et à quatre pattes (4 côtés de 1m30 x 6 carrés, plusieurs fois par an, faites le compte...)
  • Le sol, trop riche en azote (apports de compost) et exposé aux pluies (pas facile de pailler quand toute la surface est semée), ne maintient pas seul son équilibre comme en permaculture ou en jardinage sous paillage
  • La pourriture des planches est inévitable au bout de 8 ans (je m'estime heureuse qu'elles aient tenu aussi longtemps).

Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Pourquoi conserver quand même 3 carrés ?

Les carrés sont parfaits pour les semis de printemps (à condition de résister aux limaces). La terre s'y réchauffe plus vite qu'ailleurs au jardin. Les légumes feuilles y poussent très bien (cycle court, terre riche en compost, multiples variétés sur de petites surfaces, l'idéal pour une salade variée). Les aromatiques y sont également à l'aise.

Et puis, ils sont très esthétiques, aussi nous conservons les 3 carrés entourés de buis en boule et agrémentés de diverses structures en bois pour y faire grimper de ipomées ou des haricots d'Espagne purement décoratifs.

On y cultivera des légumes feuilles (roquette, laitue à couper, pourpier, ficoïde, persil puis mâche, cresson de jardin, chicorée et claytone de Cuba en hiver). En revanche, nous n'y avons jamais réussi les épinards, pourtant réputés faciles à cultiver.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Vers un jardin plus productif ?

Les carrés ont été transformés en une grande bande de culture de 1m30 de large, où je cultiverai les légumes en lignes, sans labour et sans marcher sur le sol. Les allées ont été remplies de compost et seules les planches extérieures du rectangle sont conservées, pour contenir la terre surélevée. Le sol sera paillé en permanence entre les lignes de culture, pour éviter l'évaporation en été et favoriser le travail des vers de terre en hiver.

Pourquoi j'arrête le potager en carrés Pourquoi j'arrête le potager en carrés

Premiers semis et plantations (en mars) : fèves, salades et persil sous tunnel, ail, oignons et échalotes. Les résultats suivront... les photos aussi :-) A bientôt !

vendredi 27 décembre 2013

Culture de champignons de Paris

La culture des pleurotes nous ayant donné beaucoup de satisfaction, nous avons décidé cet hiver de tenter celle des champignons de Paris. Nous nous plaignons souvent de notre cave, très humide, mais elle se révèle être une excellente champignonnière !

culture de champignons de Paris

17 novembre : mise en place de la culture. Une simple botte de paille, vendue dans son plastique transparent, qu'il suffit d'ouvrir et de recouvrir d'une couche de terreau (fourni dans le paquet). Le kit coûte une vingtaine d'euros (en jardinerie). Il faut arroser très légèrement le terreau, pas trop souvent pour éviter tout risque de pourriture.

culture de champignons de Paris culture de champignons de Paris

Après 3 semaines, premières petites taches blanches dans le terreau. Nous récoltons notre tout premier champignon le 12 décembre. Il nous étonne par sa fermeté et sa densité : rien à voir avec les champignons tout légers du commerce !

culture de champignons de Paris

Après encore 2 semaines, la production est au plus beau et les champignons semblent grossir de plus en plus vite !

culture de champignons de Paris culture de champignons de Paris

Jusqu'à présent, nous les dégustons crus, nature, en rondelles, à l'apéritif. Nous n'avons pas encore essayé les toasts ni les champignons farcis. Dès que ce sera le cas, je compléterai cette page, promis !

culture de chicons à la cave

Petite info utile, les champignons de Paris cohabitent très bien avec une culture de chicons en bacs. Même époque de l'année et mêmes conditions de culture.