Le catalogue "Portes Ouvertes" de Nature et Progrès permet de découvrir des jardins insolites, dont les propriétaires partagent avec passion leurs trucs et astuces en jardinage biologique.



Après Patricia Gramme à Wavre, cap sur Theux (Province de Liège), pour découvrir le jardin de l'association Salvia, un ilot de biodiversité au milieu des bocages et des ravissantes collines qui ondulent vers Spa.



Jacques et Jeannine sont arrivés il y a 16 ans à Hobdomont. Après avoir construit une maison en matériaux naturels, ils ont entrepris de transformer une "prairie à vaches" en un jardin où la Nature foisonne dans un joyeux désordre d'espèces, de formes et de couleurs, à l'image d'un monde végétal où l'Homme serait un invité plus qu'un ouvrier.



Ils fondent ensuite Salvia, une asbl pour promouvoir le concept de jardin "sauvage". Mais qu'est-ce qu'un jardin sauvage ?

C'est d'abord un biotope accueillant pour nombreuses espèces menacées : oiseaux, batraciens, hérissons, insectes,... On y trouve des haies vives, des mares, des fleurs mellifères, des coins sauvages,...



C'est aussi un jardin où la Nature a trouvé un certain équilibre : les hérissons et les poules mangent les limaces, les déchets verts fournissent du compost, les plantes associées se protègent mutuellement,...

C'est enfin un jardin qui a du volume et des couleurs en toutes saisons, qui offre chaque jour de nouvelles floraisons et récoltes, qui évolue un peu chaque année, pour le plus grand plaisir de nos hôtes jardiniers.



Jacques au potager, bio bien entendu, Jeannine aux massifs de fleurs, arbres fruitiers et petit élevage. Plus de 130 espèces de roses cohabitent ici avec des géraniums vivaces, des buissons fleuris, des grimpantes et une multitude de petits objets en céramique créés par notre jardinière-artiste lors des longues soirées d'hiver.



Dans ce jardin labyrinthe, où serpentent les sentiers secrets, vous ne verrez pas un cm2 de terre nue et ne trouverez bientôt plus le moindre espace d'herbe : chaque recoin abrite en effet un massif, une mare, un petit banc pour le repos du jardinier...

L'inspiration guide nos jardiniers : un jour ils plantent un poirier, en fleurissent le pied, un autre ils creusent une mare, l'entourent de vivaces, toujours ils testent, apprennent, découvrent,... Car si "les érudits savent quantité de choses de seconde main, le jardinier, lui, sait peu de choses, mais de sa propre main". Pas étonnant que Jacques et Jeannine aient fait leurs cette phrase de Nan Chan !