Quoi de neuf au potager ?

>> Retour au site de notre jardin











Suivez-nous ! facebook  twitter                            

dimanche 20 novembre 2011

Plantation des chicons (endives) dans la cave

Un grand merci à Nicolas qui a réalisé ce petit reportage photo sur la plantation des chicons...

Plantation des chicons en cave

Il vous faut des "griffes" (racines) de chicons et un bac en plastic, menu d'un bout de tuyau (pour un arrosage des racines sans faire pourrir les collets).

Plantation des chicons en cave Plantation des chicons en cave

On trouve les griffes en jardinerie (nous les achetons chez Tirtiaux à Andenne)

Plantation des chicons en cave

Ensuite, un bon terreau "maison" ou en sachet...

Plantation des chicons en cave Plantation des chicons en cave

Comment remplir le bac de terreau en tenant les chicons bien droits ?

Il y a un truc :
  • poser le bac sur le grand côté
  • déposer les chicons à plat
  • alterner les couches de terreau et de chicons
  • ensuite, redresser le bac, et le tour est joué !


Plantation des chicons en cave

Placez les chicons dans la cave en les couvrant avec un plastic noir percé de trous (surtout si il y a de la lumière dans la cave).

Plantation des chicons en cave

Et après quelques semaines... place à de délicieuses récoltes !

Récolte de chicons en cave

Le 2 février, nos chicons étaient les invités d'honneur de l'émission télé "Sans Chichis", sur le thème "Cultiver des légumes à l'intérieur en hiver, c'est possible !". La récolte n'avait plus aussi fière allure mais avec un brin de maquillage, le passage en télé s'est très bien passé !

Récolte de chicons en cave

mardi 8 novembre 2011

Mon premier panier bio

Je vous ai parlé tout récemment de ma prise de conscience éco-alimentaire et de mes bonnes résolutions. Quoi de plus naturel, dans cette démarche, de commander un panier de légumes bio au GAC (Groupement d'Achat Commun) de Sart d'Avril (Fernelmont), à deux pas de chez nous ?

Une première livraison que je suis allée chercher ce samedi matin. Et déjà, je suis convaincue !

Panier bio au GAC de Sart d'Avril, près de Fernelmont Panier bio au GAC de Sart d'Avril, près de Fernelmont

Les avantages de la formule :
  • Aucun abonnement n'est demandé : si on a des légumes dans le potager, on ne commande rien, ou juste un supplément de fruits ou de pommes de terre. Et plusieurs formules sont possibles, du petit panier au grand, avec ou sans fruits, avec ou sans suppléments. Une flexibilité vraiment appréciable pour ne pas gaspiller.
  • Aucun emballage : les casiers sont recyclés et chacun vient avec ses sacs. A la maison, j'ai ressorti de jolis paniers pour les pommes de terre, les fruits, les oignons, que c'est beau !
  • De délicieux légumes tout frais : on a déjà dévoré les pommes de terre, la moitié des champignons en toasts hier soir et la scarole, ce soir, en potée, avec les poires au chocolat comme dessert, un délice.
  • De nouveaux légumes à découvrir, comme ce joli chou pointu, et de nouvelles recettes à essayer, miam !
  • Un sympathique moment de convivialité le samedi matin. Christian attend ses "clients" entre 10h30 et 12h30 à l'Ecole Défis, avec une tasse de café ou de thé autour d'une jolie table. On y fait de chouettes rencontres et meme des retrouvailles avec une ancienne copine de classe.
Tout cela m'a donné encore plus de motivation à manger les légumes du jardin, car nous aussi on a de la scarole et de la claytonne de Cuba ! Mais le complément de légumes du GAC est vraiment apprécié.

Et cerise sur le gâteau, Christian propose certaines semaines d'autres produits locaux et de qualité, comme du pain, du miel de Marche-les-Dames, du fromage wallon,...

Je me réjouis déjà de passer prendre ma prochaine commande à l'Ecole Défis !

PS : désolée pour le manque de photos dans cet article, mais mon appareil Canon est victime d'obsolescence programmée : il ne me reste plus que le GSM pour faire des photos :-(

Ma prise de conscience éco-alimentaire

Eh oui, cela vous peut-être vous surprendre, mais ma prise de conscience sur la nécessité de mieux choisir son alimentation est beaucoup plus récente que ma passion pour le potager et le jardinage.

Mais comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, je me suis lancée depuis septembre dans une série de bonnes résolutions :

  1. Me mettre à la cuisine (15 ans que mon mari chéri est aux fourneaux, à part pour les potages et quelques expériences à base de plantes sauvages)
  2. Acheter uniquement (j'essaie du moins !) les denrées alimentaires dans des petits commerces de qualité (boulanger, boucher, légumier, fromager).
  3. Garder le supermarché pour les aliments de base (bio si possible), une fois par semaine et une liste à la main
  4. Eviter les aliments préparés ou manufacturés (avec quelques exceptions quand même pour les enfants...)
  5. Faire les courses en évitant tout déplacement superflu (le saut de puce à la supérette pour un oui ou pour un non, vous connaissez ?)
  6. Bannir les emballages en plastic et en polystyrène qui encombrent les poubelles
  7. Et, last but not least, manger les légumes du potager ! Oui, vous avez bien lu, il m'est souvent arrivé de les regarder pousser sans les cueillir, par souci esthétique et par inconscience. Hurlez, j'ai honte mais j'assume !
Pourquoi ces bonnes résolutions ?

Pour prendre le temps de préparer de bons petits repas en famille, pour manger mieux, pour "mettre de l'amour" dans notre cuisine, pour manger notre propre production, pour donner un exemple à nos enfants. En résumé : pour plus de PLAISIR !

La lecture du livre "Eloge de la Lenteur" de Carl Honoré, m'a, je l'avoue, bien influencée, notamment avec son chapitre sur la "slow food".

Eloge de la Lenteur, livre de Carl Honoré

PS : désolée pour le manque de photos dans cet article, mais mon appareil Canon est victime d'obsolescence programmée : il ne me reste plus que le GSM pour faire des photos :-(

dimanche 6 novembre 2011

Ras-le-bol de l'obsolescence programmée !

A première vue, cet article n'a rien à voir avec le blog de notre potager, sauf que... il concerne un de mes meilleurs complices : mon appareil photo canon Ixus 95 IS avec lequel j'ai pris depuis 2 ans une grande partie de nos photos en extérieur, notamment lors des visites de jardin.

C'est aussi un cri de rage contre le gaspillage auquel notre société de la croissance nous condamne... et face auquel je me sens vraiment impuissante.

Que se passe-t-il ?

Eh bien voilà, alors que je prenais le plus grand soin de mon appareil (pas de chute, pas de sable), mon objectif refuse subitement de démarrer, après seulement 15.000 photos. Message d'erreur : "Erreur objectif, redémarrer".

Obsolescence programmée Canon Ixus

Obsolescence programmée Canon Ixus

La garantie ayant expiré il y a moins de 5 mois, le service technique de mon détaillant (Vandenborre Andenne) réclame 150 EUR pour le faire examiner, sans aucune garantie de réparation. L'appareil neuf ayant couté 198 EUR, c'est vraiment tout faire pour décourager les gens de tenter une réparation.

Et en ce qui me concerne, c'est le deuxième appareil compact en 4 ans victime de la même panne. Le précédent était un Panasonic Lumix, lui aussi "objectif bloqué" du jours au lendemain. Je ne crois plus au hasard...

Vu le nombre de pannes similaires signalées sur les forums (faites une recherche sur "Canon zoom bloqué" juste pour voir...), il semble que ce problème de blocage du zoom sur les appareils photo compacts soit dû à de l'obsolescence programmée. A savoir, des chercheurs qui trouvent LA pièce qui cassera après un certain nombre d'utilisations, mais juste après l'expiration de la garantie.

Le phénomène est connu pour les ampoules électriques (celles du début n'éclataient pas, causant la faillitte des industries les produisant en masse). Mais il s'applique de façon générale à quantité d'appareils électriques et électroniques.

Outre le gaspillage des matériaux et du travail effectué lors de la fabrication de l'appareil, je me retrouve avec un chargeur, une batterie et une pochette tout aussi inutilisables que l'appareil. La pochette était sur mesure pour le Canon IXUS 95 IS, et il me semble très clair que je n'achèterai plus jamais cette marque !

Consommateurs, amis, lecteurs, que pouvons-nous faire pour empêcher les marques comme Canon de se moquer de leurs clients de la sorte ? Pour ma part, le boycott n'est pas une option : difficile en effet de tenir à jour le blog sans faire de photos... N'y aurait-il pas UNE marque qui s'engage à produire des appareils photo compacts et fiables, par exemple avec 5 ans de garantie ?

N'hésitez pas à réagir à cet article et à diffuser ce cri de colère ! Je me sens si impuissante face à ces grandes marques qui fixent toutes les règles du jeu ! A quand le consomm'acteur ? Internet nous y aidera peut-être ?