Chaque année, entre mi-avril et début-mai, mon mari disparaît dans les bois, à la recherche de jolies demoiselles en forme d'éponge, de couleur blonde, brune ou noire.

Toast aux morilles

La chasse aux morilles est une grande tradition dans la famille. Mon papa en était tellement passionné qu'il a demandé comme dot, lors de nos fiançailles, que Nicolas lui ramène mon poids en morille (le pauvre, il devra encore arpenter les bois pendant de nombreuses années). Du côté de Nicolas et ses frères, la légende dit que le test de chaque fiancée était : "tu préfères qui, ta fiancée ou les morilles ?". Sans mentionner l'ignoble Oncle François qui, sous je ne sais quelle menace obscure, a fait signer à nos enfants un papier promettant de ne jamais manger de morilles. Heureusement, le papier maudit a été égaré !

Voici d'ailleurs le genre de concours auxquel tous les trois se livraient, en avril 2008.

Morilles Morillons
A gauche : morille record, trouvée en 2012. A droite : ne pas confondre morille et morillons. Ces derniers ont nettement moins de goût mais peuvent pousser (et se cuisiner) ensemble avec les "vraies" morilles.


Après cette longue introduction, vous vous dites "Ca y est ? elle va enfin nous les révéléer, ses places à morilles ???". Que nenni ! On ne donne pas ses places même à sa femme comme disait mon papa... à moins d'être sur son lit de mort !

Chasse aux morilles

Trouver une "place à morilles" requiert de maîtriser deux conditions : le bon endroit et le bon moment.

Pour le moment, surveillez les gens trop bavards sur leur blog ou leur page Facebook (je ne vise personne...). Si ils en trouvent dans votre région, il y a de fortes chances que "les vôtres" soient également sorties. Une période de douceur après une longue période de froid et un peu de pluie donne en général une bonne année. Après le 1er mai, il devient très difficile de repérer les morilles, car la végétation pousse dans les sous-bois et cache le sol.

Pour l'endroit, sachez que la morille est fidèle. Elle reviendra probablement chaque année là où vous l'avez trouvée, à moins que le terrain n'ai été profondément modifié par l'homme.

Bois à morilles

Voici quelques indices....
  • La morille pousse dans les sous-bois (noisetiers, frênes,...), de préférence à la lisière du bois
  • Elle aime les talus, les éboulis, les vieilles souches, les vieux feux et même les vieux journaux
  • La morille est un champion des sols calcaires. Si vous avez des carrières de calcaire ou de dolomie dans le coin, c'est un bon indice.
  • Vous pourrez également repérer le biotope propice aux plantes suivantes, qui y poussent.
Indicateurs d'un biotope propice aux morilles

Avez-vous vu ces fleurs dans les sous-bois ? Alors, soyez attentif aux morilles !
  • Doronic (j'ai un doute, là)
  • Parisette à quatre feuilles
  • Orchis maculata et/ou mascula (orchidée sauvage protégée)
  • Euphorbe
  • Anémone Sylvie
  • Sceau de Salomon
Mais pourquoi faire tant d'histoire autour d'un simple champignon de printemps ? Parce que c'est tout simplement un délice inimitable !

Toast aux morilles

Alors, si vous avez de la chance ou du flair... bon appétit !