La permaculture, c'est fort joli et même "militant", mais ça n'a pas que des avantages (perte de place, invasives, manque de paillage en été,...). Après plus de 3 ans avec 5 buttes en permaculture, j'ai décidé de revenir à un potager plus classique. C'est avec plaisir que je partage mon expérience avec vous.

Inconvénients de la permaculture :

- Sol (argileux) très compact et sec en haut des buttes, qui ont tendance à se découvrir. Pour vous donner une idée, même debout sur ma fourche-bêche, je ne parvenais pas toujours à creuser un trou de plantation pour mes plantes !

- Présence d'invasives (liseron, chiendent) qui font des racines en profondeur, impossibles à retirer sans retourner le sol

- Manque de paillage en été (la permaculture a pour principe de recycler ce qui vient du jardin sans importer d'autres matières comme la sciure ou la paille de lin)

- La permaculture ne convient pas aux légumes-racine ni aux semis (il faut tout repiquer... et essayez toujours de repiquer une carotte !), les haricots y dessèchent ou se font dévorer et les pommes de terre envahissent tout.

- Perte de place avec les buttes (allées et cotés des buttes peu faciles à cultiver). Impossible de créer des "trous de serrure" dans un petit jardin

Au final, un potager esthétique mais qui ne nourrit pas ma famille de 5 personnes de façon variée et productive, loin de là.

Pourquoi j'arrête la permaculture
J'ai donc décidé de retourner mes buttes de permaculture à la fourche-bêche

Avantages de la permaculture

- Mon sol s'est nettement amélioré par endroits, surtout dans les zones cultivées en buttes plates qui ont moins desséché. La terre est noire et sent bon, les vers de terre y sont très nombreux.

- Les buttes sont pratiques pour cultiver les gros légumes (choux, bettes, arroche,...) et les légumes vivaces

- Le côté "melting-pot" est très esthétique

Buttes de permaculture Buttes de permaculture

Ce que je garderai de mon expérience en permaculture

Je garde une butte en permaculture pour les choux, les légumes vivaces, quelques patates et pour repiquer les légumes qui ne trouvent pas leur place ailleurs.

Je continuerai à mélanger les légumes et à les laisser se ressemer naturellement

Le sol sera paillé partout dans la mesure du possible : j'étendrai sur le potager les tontes de haies (BRF) en automne, de pelouse (chicken mulch), la paille du poulailler, et j'y jetterai même mon compost en hiver.

Je continuerai à tolérer les limaces pour autant qu'elles ne dépassent pas le quota que je leur accorde (10% des récoltes).

Pourquoi j'arrête la permaculture

Et maintenant ?

Je ne bêche pas le sol en profondeur mais je le nettoie chaque année (racines de liseron et chiendent) et je casse les grosses mottes d'argile au moyen d'une fourche-bêche (j'ai essayé la grelinette, très chère, qui ne casse pas les mottes).

Je retire le paillage au moment des semis et je le remets quand les plants seront assez robustes (cela permet de limiter les dégâts des limaces, de réchauffer le sol et surtout de voir si ça pousse !).

J'avoue que j'ai quand même dû renoncer à mes rêves de carottes, navets et autres légumes racine : le sol argileux, même bien travaillé, ne leur convient décidément pas. J'ai également du mal avec les haricots... Mais j'ai pu enfin mettre des lignes de poireaux, de fêves, de petits pois et de pommes de terre.

Pour le reste, les petites graines enfouies dans le sol ont germé toutes seules : le potager "en lignes" ressemble à nouveau à une jungle, avec arroche, bettes, bourrache, soucis. Adieu mes rêves de lignes bien régulières de légumes bien rangés !

Pourquoi j'arrête la permaculture
Au mois de juin, il faut avouer que les cultures en lignes ne sont pas au rendez-vous...